La tortue rouge

 

résumé:

À travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte tropicale peuplée de tortues, de crabes et d’oiseaux, La Tortue rouge raconte les grandes étapes de la vie d’un être humain. (source AlloCiné). Il est sorti le 29 Juin 2016, il est réalisé par Michael Dudok de Wit. C’est un film d’animation qui dure 1h21, il est  franco belge japonais. Il a eu deux prix et treize nominations.

Dessin de Célia Maestre

critique:

La tortue rouge est un film qui montre l’évolution de l’Homme et de sa communion avec la nature. Il est très beau graphiquement, l’animation est très fluide, j’ai personnellement aimé l’animation des crabes. On reconnait les traits typiques des plus grands animateurs japonais (Miyazaki  pour le plus connu) , fidèles aux ghibli, ça se voit surtout pour les fonds et pour la mer.  Il n’y pas de dialogue, procédé surtout utilisé dans les courts métrages mais très  risqué pour les longs métrages, mais le film s’en sort très bien dans la globalité, la musique (fait uniquement avec des instruments en bois pour l’anecdote) et les bruits de la nature compensent largement . Puis les dialogues importent peu pour l’histoire, cela dit, c’est possible que ça gène certaines personnes, surtout avec les interactions entre différents personnages. Le seul petit bémol que j’ai avec ce film est que le film est en dessin traditionnel et la tortue rouge en 3D, ce qui créé un léger décalage graphique.  Mais ce n’est pas très gênant.  Bref, que ce soit au niveau de l’histoire ou du graphisme, ce film est incroyable et montre que l’animation française n’a rien à envier à ses réalisateurs étrangers d’outre mer, la fin est très émouvante. Ce film mérite ses prix. Foncez!

Célia Maestre

 

La Tortue Rouge est un film extrêmement beau visuellement de par ses couleurs très vives et contrastées et le jeu des ombres notamment. Il montre l’évolution de la vie, de la projection dans le monde adulte où il faut apprendre à se débrouiller par soi même, jusqu’à la fin de sa vie (interprétation subjective). L’image possède un léger grain très esthétique, et il est extrêmement touchant. L’absence de dialogue est largement comblé par la musique et les bruitages. Personnellement je l’ai adoré et le recommande chaudement.

Rødbjørn PARE

La Tortue Rouge, un film de Michael Dudok de Wit nous présente la vie d’un mystérieux naufragé sur une île complètement déserte à l’exception de quelques petits compagnons les crabes.

Il nous illustre cet événement sous des tons de couleurs qui relèvent une subtile alchimie entre l’Homme et l’animal mais aussi la terre, quand celle-ci reprend ses droits.

Dans ce film l’homme est souvent perçu comme insignifiant et petit par rapport aux arbres et à l’océan, on y ressent un certain chagrin quant à cet homme qui est là,  perdu au milieux de nulle part.

Un des points positifs de cette animation serait qu’il n’y a pas de dialogue, en effet, ce film a la particularité d’avoir besoin seulement de bruitages, et des effets, pour exister, c’est ce qui lui donne tout son charme et nous fait frissonner, les sons parlent à leurs manières et les actes des personnages aussi, leurs cris sont d’autant plus forts et bruyants, qu’ils sont émouvants et poignants.

Les scènes ont toutes leur importance, et aucune d’elles n’est là par hasard, elles nous racontent un sentiment, une action. De son côté la scène finale se suffit à elle même en étant à la fois triste et poignante. Du début à la fin, on a vécu avec le personnage, on a été avec lui dans ces moments, et à la fin toute cette petite famille c’est comme si c’était la nôtre.  Encore un film d’animation qui ne décevra pas le public.

Lisa

 

Les éléments 3D dans l’audiovisuel:

Beaucoup de films utilisent des éléments 3D afin de récréer un décor, un personnage, des éléments de décor, ou même un film entier. Dans la tortue rouge, la tortue est en 3D. On retrouve plusieurs étapes dans l’utilisation d’éléments 3D:

Premièrement: la modélisation;

La modélisation est la première étape, elle consiste simplement a modéliser, sculpter virtuellement l’élément désiré. Généralement on utilise des logiciels comme Zbrush, qui a servit a la modélisation d’éléments de nombreux films, comme « Batman v Superman » « Edge of tomarow » « Avenger » « Terminator » « Les gardiens de la galaxie » « Jurassic Park » ou encore « Game of thrones ».

Résultat de recherche d'images pour "zbrush"

Exemple de rendu avec le logiciel Zbrush.

 

Deuxième étape, le « rig »,

Grossièrement c’est le squelette du personnage, ses axes de mouvement et de rotation. Il peut se faire sous presque n’importe quel logiciel de 3D, tel que Cinema4D, 3ds max, blender etc…

Résultat de recherche d'images pour "rig cgi"

Exemple ici de rig sous C4D

 

Note: le rig n’est pas nécessaire pour des objets inanimés et peut donc être négligé.

 

Troisième étape, l’animation:

L’animation comme son nom l’indique, permet d’animer le personnage avec les axes de mouvement donnés par le rig, ou par simulation pour la chute d’objets par exemple, ou de flammes, de la fumée, d’eau etc… Pareil cette action peut se faire sous n’importe quel logiciel de 3D.

Résultat de recherche d'images pour "animation c4d"

Exemple: Animation de mouvement d’un personnage, la aussi sous C4D

Quatrième étape, le texturing:

Le texturing est une étape importante car elle permet de mettre de la couleur et de la texture sur l’élément 3D, comme de la profondeur, du relief etc… Sur ces textures peuvent êtres appliquées des informations par le biais d’images HDRI par exemple afin de faire interagir l’élément avec son environnement: reflet de la lumière et des couleurs, luminosité, transparence etc….

Image associée

Exemple d’application de texture depuis une image

Image associée

Exemple de textures (ou matériaux) à appliquer sur l’élément 3D voulu.

 

Derniere étape, l’incrustation:

c’est a dire prendre l’élément et l’insérer dans le reste du film, en trackant l’image (récupération des informations de mouvement de la caméra, pour que l’objet bouge et ne soit pas comme un autocollant mis par dessus la vidéo), en réglant la colorimétrie, et en rotoscopant l’image (découper une partie de l’image, pour la mettre par dessus l’élément pour créer de la profondeur et de la perspective, comme un collage). Tout ceci ce fait généralement sur des logiciels comme After Effects.

Image associée

Illustration du principe de rotoscopie

Rødbjørn PARE

 

Avis sur le film

La Tortue Rouge est un film surprenant car avec peu de protagonistes et un seul lieu, plein d’éléments sont exprimés. Ce film est intéressant car il renvoie aux poésies états-d’âmes dans lequel le paysage raconte la vie et les sentiments du poète. Ce film est une réécriture de l’Odyssée car le protagoniste principal est sans cesse en quête de liberté et il veut rentrer chez lui, seulement la mer le mène toujours en échec comme dans l’Odyssée. Pour finir les graphismes des studio Ghibli sont très soignés et d’un réalisme incroyable.

Yoann Rey

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *