Un peuple et son roi

Critique de Première:

En se lançant dans son diptyque révolutionnaire, Pierre Schoeller entendait se débarrasser du folklore et de la signalétique rabattue pour réinstaller la Révolution française à sa place. Un acte fondateur de la pensée politique et de la démocratie. Un pari fou, à l’opposé de tout ce qui avait été fait au cinéma, mais pas si étonnant que ça de la part du réalisateur de L’Exercice de l’État. Soyons francs : le résultat n’est pas totalement à la hauteur de l’ambition. D’abord parce que le film est pensé en deux parties et, qu’à l’heure actuelle, on ne sait toujours pas si le second film verra le jour. Conséquence : certaines silhouettes aperçues dans le tourment des événements s’apprêtent à sortir dans la lumière, hésitent à s’extraire des coulisses mais semblent finalement rester au bord de la route et de leur destin (Garrel/Robespierre est très peu présent par exemple). On a l’impression à l’issue de la projection qu’il manque un sacré bout du film et de l’Histoire. Mais c’est aussi la promesse du titre qui n’est pas complètement réalisée. Un peuple et son roi suit les événements révolutionnaires parisiens de 1789 à la mort de Louis XVI. L’idée de Schoeller était d’observer la relation qui s’établit entre la nation en construction et son roi en train de disparaître. Le monarque est parfaitement caractérisé dans des scènes hyperréalistes ou fantasmatiques magnifiques, mais le peuple semble étrangement absent ou en tout cas un peu flou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *