Alice et le maire

9H15 – CINÉMA LE LAPÉROUSE

MEILLEUR FILM EUROPÉEN – Europa Cinéma Label – Quinzaine des Réalisateurs – Cannes 2019

France – (2019/1h45)

De Nicolas PARISER, avec Fabrice Luchini , Anaïs Demoustier , Nora Hamzawi , Léonie Simaga, Antoine Reinartz, Maud Wyler,…

Distribution : BAC FILMS – Production : BIZIBI, ARTE FRANCE CINÉMA, CINÉMA SCOPE PICTURES, LES FILMS DU 10.

 

SUME: 

Le maire de Lyon, Paul Theraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Apres trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes.

CRITIQUES:

 » «Alice et le Maire» est un film intéressant qui aborde le monde politique de façon très réaliste, on s’immerge dans un monde assez inconnu, où l’on voit l’envers du décor, le stress des médias, les hypocrisies de ce milieu..

Ce que je trouve d’intéressant dans ce film, c’est un film divertissant pour le spectateur où il peut se retrouver dans cet univers, les touches d’humour ajoutent du rythme et de la sensibilité aux personnages.

Les acteurs font un travail remarquable, Fabrice Luchini par son charisme donne de la vie au film, et Anaïs Demoustier par sa douceur et candeur donne au film une certaine légèreté. Le réalisateur prend le temps de nous faire découvrir les personnalités des deux principaux protagonistes en faisant appel à l’intelligence et à la sensibilité du spectateur. De plus intégrer de la philosophie par le biais de l’étudiante rajoute de la dynamique, cela m’a très intéressée d’en savoir plus sur les notes que donnaient Alice au maire , ainsi que leur discussions sur pourquoi il n’arrive plus à penser.

Pourtant, il n’y a pas de ligne directrice, le film n’a pas de réel but et ne dénonce rien, nous ne faisons que suivre deux personnages perdus dans cet univers politique qui cherchent leurs places. Et le réalisateur malgré tout qui essaie d’exploiter cette relation entre les deux personnages, aucun mot précis n’est mis dessus et tout cela reste très flou. Car bien que la jeune étudiante essaie de l’aider, elle-même sombre dans cette réflexion existentialiste de «qu’est ce que je dois faire?» c’est ce qui établit leur lien. Mais encore entre la carrière politique du maire dont nous ne connaissons rien et la fille fraîchement diplômée, le passé et le futur reste inconnus, et le film ne nous amène  aucune réponse.

Je m’attendais à un film plus plat et précis sur la vie politique, le réalisateur passe tout ce vocabulaire politique et long pour le spectateur, afin de se concentrer sur comment le maire essaie de s’en sortir dans ce milieu qui le dépasse après toutes ces années . Et pourtant malgré l’aspect humoristique et rythmé, le film ne nous prend dans l’histoire, l’on reste spectateur de la situation.

Pour finir, la fin est sans réponse, l’histoire est laissée au dépourvue comme les personnages qui par une éllipse s’en sortent curieusement « 

 Par Clara     
                        

Beaucoup de finesse dans ce film qui aborde la politique dans toute sa complexité sans la bafouer. Il s’agit surtout d’une critique du pouvoir des communicants qui sont toujours dans la forme et non dans le fond. Le jeu d’acteur de Fabrice Luchini  tient très bien dans le rôle du maire, et Anaïs Demoustier joue, elle aussi, magnifiquement bien. Pour ma part je conseille vivement ce film.

Paul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *