Naissances à l’école !

L’éclosion des oeufs a commencé mercredi 5 juin, tout doucement.

On entendait les poussins dire « Piou piou » dans leurs oeufs, avant même de les fendre !!!

Notre couveuse est devenue une couveuse parlante !

Sur la photo ci-dessous, on voit un oeuf en train d’être brisé par le diamant du bec du poussin.

On voit aussi des œufs déjà vide, et à droite un poussin encore tout mouillé.

Maîtresse Muriel a filmé quelques éclosions où on entend bien le « crac » final avant que le poussin puisse s’extraire de sa coquille.

Gilbert, notre aviculteur, nous a conseillé de laisser les poussins dans la couveuse jusqu’à ce qu’ils soient secs, puis de les mettre dans la poussinière.

Le 6 juin fut le jour du débarquement  😉  massif des…. poussins dans notre école: tous ont été posés, une fois secs, dans la poussinière.

Voici la couveuse quand on l’a ouverte: un vrai beau Kinder Surprise !

Un poussin encore mouillé voulait se réfugier dans sa coquille car il avait froid à cause de l’ouverture de la porte de la couveuse !

Mais les adultes ont bien fait attention à ne transférer dans la poussinière que les poussins bien secs.

Sur les 50 oeufs, 29 bébés sont nés. Gilbert en a repris un qui était picoré par les autres car il saignait un peu pour le faire guérir seul chez lui.

Les autres oeufs étaient des oeufs clairs, c’est à dire non fécondés par le coq.

La maîtresse a versé au fond de la poussinière un seau de paillage de chanvre, pour absorber le pipi et le caca des poussins.

Face à la poussinière, les Grands ont trouvé les 5 besoins vitaux des oisillons:

-manger (ici, les petites céréales dans la boîte à oeufs)

-boire (l’assiette rouge)

-respirer (par les narines du bec ou le bec ouvert)

-dormir (les poussins font de nombreux dodos courts)

-avoir chaud (la chaleur est apportée par les 2 lampes au dessus des poussins)

Ces poussins sont des poussins de race de poule alsacienne, ils sont noirs ou gris foncé.

Le 7 juin, nos poussins étaient un peu plus costauds pour être portés dans nos mains, après avoir calmement récapitulé leur 5 besoins vitaux.

Surveillez les DNA, il y aura certainement un article sur ces naissances.

Certains avaient peur de faire mal, de laisser tomber le petit être vivant…

Demandez à votre enfant comment c’était de porter délicatement (mais fermement) ce petit oiseau.

Certains fondaient de bonheur au contact du duvet chaud…

En attendant, les adultes de l’école continuent de passer à la bibliothèque les jours de repos pour changer l’eau des petits picoreurs.

 

 

Miam, les radis !

Lundi 3 juin, au retour du long week-end, nous avons constitué 4 équipes pour s’occuper des radis semés en avril.

Une équipe d’arracheurs.

Une équipe de laveurs.

Je n’ai pas pu les prendre en photo puisqu’ils étaient accompagnés de Christine, hors de la classe.

Mais voici la 3ème équipe, celle des tartineurs.

Beurre salé sur pain de campagne…

Puis voici l’équipe des coupeurs: il fallait enlever les feuilles et le petit bout de racine au bout du radis.

Les 4 équipes ont été richement récompensées avec 3 radis par enfants !

Même si à la maison certains n’aiment pas les radis, ceux que nous avons semés, arrosés et observés étaient meilleurs, car CHACUN a croqué ses radis.

Le pain de campagne tartiné de beurre salé a eu un énorme succès, surtout à 11h du matin, quand on a bien faim après la récréation !

6 ans en mai 2019

Il y a 6 ans, le mois de mai a été porteur de 4 enfants actuellement en GS: Maëron, Alicia S, Milla et Ambre.

Les voici tous les 4 en cette fin mai, ils ont bien grandi depuis le jour de leur naissance !

Et ce n’est pas fini …

Pour qu’on voit les magnifiques gâteaux faits maison, j’ai fait une photo sans flash, juste à la lumière des bougies.

Et comme toujours: 5 + 1 = 6.

A présent, il faut sortir 2 mains pour montrer son âge sur ses doigts !

Merci aux mamans de Milla et Maëron pour ce régal des yeux et des papilles !

Toute la classe s’est régalée, les gâteaux embaumaient tout le bureau de Christine.

Bon WE de l’ascension à tous.

Les petits poussins devraient éclore mercredi et jeudi, 3 semaines sont déjà presque passées.

(Voir article précédent)

Lundi, les Grands, en 4 équipes, arracheront les radis devenus magnifiquement grands, les laveront, les couperont tandis que d’autres feront des tartines de beurre salé afin de les déguster. Miam ! (voir article sur les semis et plantation)

Merci pour vos commentaires !   😀

une couveuse à l’école

Jeudi 16 mai, Gilbert Schaffhauser, habitant du village et aviculteur passionné a apporté une couveuse avec 50 oeufs à l’école.

Les oeufs ont été pondus par des poules qui ont pu s’accoupler avec un coq.

Les Grands ont cru que la couveuse était une ruche…

Gilbert a expliqué que les oeufs étaient couvés par la poule pendant 21 jours à partir du moment où elle commence à les COUVER.

Avec une puissante lampe appelée mire-oeuf, il a montré à chacun que les oeufs ne contenaient pas encore un petit poussin, car la lumière les traversait.

Vers le 18ème jour, nous verrons les poussins bouger dans leur oeuf grâce à la lumière du mire-oeuf !

Chacun est venu tracer une croix sur un côté de l’oeuf et un trait sur l’autre coté.

Pourquoi ?

Parce que la poule retourne ses oeufs 2 fois par jour pour que les poussins ne collent pas à la coquille !

Et comme il n’y a pas de maman poule dans l’école, c’est nous qui allons retourner les oeufs chaque jours: matin et soir.

Le week-end et les mercredis, ce seront les maîtresses qui viendront exprès faire ce travail de poule 😀

Et voici les oeufs tournés du coté croix prêts à être mis en couveuse.

La couveuse est à environ 38 degrés. Nous avons placé des bacs remplis d’eau sous les oeufs, car sous le ventre des mamans poules, il fait chaud ET humide.

Demain lundi, nous compterons 21 jours sur le calendrier à partir du jeudi 16 mai pour voir quand les poussins vont éclore.

La majorité viennent de poules  de race alsacienne…

Les enfants se réjouissent d’accueillir ces petits oiseaux tout doux et fragiles.

Mais….patience !

anniversaires d’avril

Ce dernier vendredi 30 avril, nous avons célébré la naissance de 3 enfants de la classe.

On aurait pu fêter aussi celle de la Maîtresse 😉

Thiago est né le 14 avril, Alicia le 25 et Elena le 26, le jour de notre sortie à la ferme.

Merci aux parents d’avoir joué le jeu des gâteaux jolis et fondants !

La dernière photo est un peu floue, mais je n’ai pas résister à vous poster ces beaux sourires !

 

Petit cadeau en lien avec la ferme: une chanson en Libérian (Afrique) qui parle d’un coq qui chante à une maman qui doit se réveiller.

Les enfants aiment chanter cet air africain:

A la ferme pédagogique

Arrivés à 10h30 après 1h30 de bus à la ferme du Luppachhof (Bouxwiller), nous avons été accueillis par des tartines de fromage frais aux herbes de la ferme, et un chocolat chaud fait avec le lait de la traite du matin. Un régal !

Passage aux toilettes sèches (on fait pipi dans la sciure et on recouvre son pipi avec de la sciure) et aux rustiques savons…

Les activités ne commençant qu’à 11h, nous avons visité librement le poulailler.

Le dindon et sa femelle la dinde glougloutaient, c’était très amusant.

Les oies râleuses et impressionnantes nous ont (mal) accueillis !

Les enfants ont eu peur de leurs forts cris !

Le coq, roi de la basse cour, nous a démontré qu’il était fort par de beaux cocoricos.

Sur sa tête: la crête, sous son bec: le barbillon.

Derrière lui, on voit sa femelle, la poule.

Le coq a 2 pattes et 2 ailes, comme ses bébés les poussins.

Amélie l’animatrice porte sur ses épaules la chatte de la ferme pour la mettre un peu à l’abri des centaines de mains d’enfants qui pourraient la caresser trop fort.

Elle explique comment nourrir les mamans moutons qu’on appelle les brebis. On va leur donner des céréales.

Elle montre qu’il faut garder la main bien plate pour que les brebis lèchent et saisissent les grains avec leurs lèvres .

Quelle joie de pouvoir sentir la bouche chaude et velue des brebis dans nos mains !

Les bébés des brebis s’appellent les agneaux. Ils ont aussi de la laine sur leur dos.

Mais dans la ferme du Luppachhof, on fait surtout du fromage avec le lait des brebis.

Pour avoir du lait, la brebis doit avoir un bébé.

Comme les mamans: elles ont du lait qui montent dans leurs seins quand elles accouchent de leur bébé.

Dans l’étable, Amélie a cherché une chèvre et lui a coincé le coup pour la bloquer.

Pendant ce temps, la chèvre se régalait de céréales dans le seau vert.

Le fils du fermier s’est joint à nous, il était encore en vacances car il va à l’école en Suisse.

Les enfants ont cru que les mamelles roses et impressionnantes de la chèvre étaient ses fesses…

Amélie a montré comment traire la chèvre. 

Chacun est venu essayer.

Pour que la chèvre ait du lait, il faut aussi qu’elle ait un bébé.

Le lait sorti du pis était chaud, sucré, crémeux. Un régal.

La chèvre est un mammifère: 4 pattes, des poils et des mamelles, comme la brebis.

Son mâle était tout seul à l’extérieur de l’étable. Il s’appelle le bouc.

On voit sous son ventre non pas des mamelles, mais les sacs qui contiennent les graines pour faire les bébés chevreaux à la chèvre.

Qui dit lait de chèvre dit obligatoirement chevreaux.

Avec une joie énorme, les enfants ont pu les caresser à loisir…

Ils étaient ravis de constater que les petites cornes poussaient…

Thiago qui a des animaux de ferme à la maison a carrément pris dans ses bras un chevreau !

Bisous et chaude intimité…

Tant de chèvres servent à gagner de l’argent en vendant des fromages faits avec leur lait !

Ici Laura explique comment le lait se transforme en fromage.

Si on laisse du lait sur la table de la cuisine, de gentils microbes vont le transformer en fromage en 6 jours.

Mais si on y met des gouttes de présure (une enzyme qu’on trouve dans l’estomac du veau ou… dans nos estomacs), le lait se transforme en fromage en 1 jour seulement !

Nous avons goûté des miettes de fromages frais puis affinés et nous avons dû dire si c’était du fromage le chèvre, brebis ou vache.

Ici, le frais c’était de la chèvre et l’affiné était de la brebis.

Nous avons terminé le cycle « de la traite au fromage  » en nous rendant à la fromagerie après un lavage de main attentif.

Nous avons mis des tabliers de fromagers.

Et coulé à la louche du fromage frais dans de petites faisselles (moules troués) laissant s’égoutter le petit lait.

Les petits fromages ont égoutté toute la journée.

Nous les avons ramenés dans des glacières pour que de méchants microbes ne s’y développent pas.

J’espère de tout coeur que vous les avez consommés avec sucre, miel, confiture ou herbes salées,

car les enfants ont mis tout leur coeur à les fabriquer.

On s’évade de la fromagerie pour remettre nos vestes…

Et pour aller donner des biberons aux chevreaux qui sont séparés de leurs mères puisque les fermières exploitent leur lait.

Je profite de cette jolie photo pour remercier chaleureusement Mélanie, maman d’Eva qui a donné plein d’énergie à son groupe de 6 enfants dans cette journée.

La mamie de Florian a fait de même, au pied levé en plus, puisqu’elle a remplacé le matin même la maman de Lyne restée à soigner la grosse angine de sa fille  à la maison.

Merci Françoise, cette jolie photo est pour vous !

Gros bisou à Lyne  et Aurélie qui doivent regarder les photos.

Il y aura 135 photos que nous verrons lundi avec elle si elle revient ou plus tard  si elle n’est pas encore en forme.

La puissance de succion des chevreaux était impressionnante.

La maîtresse a eu un grand plaisir à prendre un chevreau dans ses bras…comme Françoise !

Un dernier câlin au bébé chèvre avant qu’il retourne au chaud, et hop, 23 biberons pour les Grands. Heu…non ! 23 sandwiches !

Un voleur de chips rôdait pendant le déjeuner. Demandez à vos enfants qui c’était !

La pause a duré 1h, nous avons joué au fermier dans son pré, au petit lapin qui a du chagrin…

Nous avons visité le clapier des lapins.

Cueilli des herbes pour la donner aux cailles et aux oies. (conseil de la fermière)

Puis nous sommes allés dans la poussinière. Amélie nous a expliqué comment naissent les poussins.

Nous en reparlerons en classe.

Je ne détaille pas ici.

Avec un mire-oeuf, nous avons vu que quand la lumière traversait l’oeuf, c’est qu’il n’y avait pas de poussin dedans ou un poussin encore très petit.

Et quand la lumière ne traverse pas l’oeuf, c’est que le poussin a bien grandi et qu’il va bientôt naître.

Chacun a pu porter un tout petit poussin dans ses mains.

Et même l’embrasser !

Puis on a remis le poussin dans sa couveuse (sous lampes rouges).

Le tout petit poussin a du duvet sur sa peau.

Mais ses plumes (comme celui-ci) poussent rapidement.

Un petit tour au jardin pour voir l’épouvantable épouvantail

Et Elisa nous a emmenés nourrir les lapins. Ici, chacun a donné une belle poignée de foin (herbe séchée).

Puis du pain dur, des carottes et des céréales.

On a pu caresser des lapereaux dans un « lapinodrôme ».

Les lapins ont aussi 4 pattes, des poils et la lapine a des petites mamelles pour nourrir ses lapereaux.

Ce sont donc aussi des mammifères.

Notre classe a été fréquemment divisée en 2 groupes, c’est pour ça que vous ne voyez pas souvent les groupes bleus et rouges.

La maîtresse n’a pas pu être partout…

Nous voilà enfin tous rassemblés à 15h15, devant 2 seaux. Dans le blanc: le petit lait qui sort des fromages qui égouttent dans la fromagerie.

Dans le bleu du son de blé (l’enveloppe ou la peau autour des grains de blés).

Qui allons nous nourrir ?

Nous avons mélangé dans le seau vert le petit lait et le son.

Elisa a touillé le mélange.

Et l’a versé dans l’auge des cochons ! Quels gloutons ces porcelets !

Elisa a expliqué que l’endroit où dorment les cochons est toujours propre. Ils n’y font jamais caca.

Si les cochons se roulent dans la boue, c’est pour enlever les parasites de leur peau, se rafraîchir et se protéger du soleil.

La maman cochon s’appelle la truie et ses bébés (comme ces 2) les porcelets. Ce sont aussi des mammifères.

 

Merci de regarder et commenter ces photos avec votre enfant.

Nous allons exploiter cette riche sortie à la ferme en espérant que nos élèves en sortent plus savants.

Les mots à reprendre avec lui ou à lui expliquer sont en caractère gras dans l’article.

Plantations et semis

Par ce beau mardi ensoleillé suivant le WE de Pâques, nous avons découvert 3 grandes jardinières remplies de terreau dans la cour de l’école.

Une d’entre elle est pour notre classe.

Une jardinerie nous a donné des toutes petites plantes que nous y avons installées, les racines dans la terre.

D’abord nous avons retourné la terre avec un rateau.

Ali-Arslan montre une petite salade, Lina un chou, Alicia un fraisier et Lucas les fleurs de pensée…

Puis nous avons semé des graines de radis. Ils seront bons à manger dans 18 jours.

On mange leurs racines crues. Mais si les feuilles sont belles, on pourra faire une petite soupe (avec feuilles + pomme de terre, sel et crème fraîche).

Les enfants ont dit que les graines de radis étaient rondes, ovales, comme des petits pois, comme des petits cailloux…

Avec patience et minutie, ils les ont espacées pour que les racines aient de la place pour pousser.

Le mari de la Maîtresse, qui est jardinier, a été admiratif de tant de graines si bien espacées ! Les radis vont bien pousser.

Nous avons recouvert un peu les graines pour les protéger et nous les avons arrosées pour les réveiller.

Vos enfants connaissent les besoins d’une plante pour vivre: terre, eau, soleil (qui apporte lumière et chaleur).

Il va falloir arroser souvent les graines de radis pour qu’elles poussent bien.

De beaux arrosoirs (des vrais, adaptés aux forces de nos petits jardiniers) vont arriver par colis livrés à l’école.

Suite dans 3 semaines…. après la visite à la ferme de vendredi 26/04.

 

Lapins de Pâques

Ce mardi suivant juste le week-end de Pâques, nous sommes tous revenus à l’école pour la période 5 (la dernière avant le CP).

Nos sacs de Pâques avaient disparu…pour réapparaître peu avant 16h, éparpillés dans la classe par le Lapin de Pâques.

Et…garnis de surprises en chocolat en plus !

Excusez la qualité des photos, mais mon reflex numérique a une batterie de 11 ans qui se vide de plus en plus vite.

Ce sont donc des photos faite avec mon viel Iphone 4S.

Avant Pâques, nous avons largement travaillé sur le livre « Max et la poule en chocolat  » de Rosemary Wells.

En théâtre particulièrement. Ce fut un régal partagé par tous.

Voici une vidéo cadeau.

La soeur de Max ne s’appelle pas Marie mais Ruby dans le film.

Et Max ne se cache pas dans un trou d’arbre mais dans la cabane du jardin.

Sinon, tout y est… les enfants connaissent certains dialogues par coeur !

Bon visionnage, c’est très frais et candide.

Vive mardi gras !

Il y aura peu de commentaires, les photos sont si porteuses de sens !

Merci aux parents de la classe de Frédérique qui nous ont régalés de crêpes, beignets et gâteaux.

Merci à tous les parents qui ont bien joué le jeu de costumer, maquiller nos petits élèves.

Ils étaient magnifiques !

S’ils vous parlent de danses bizarres, nous avons dansé sur les chansons du groupe ZUT, la maccarena, des farandoles, de la samba, du rock et du folk…

Surveillez les DNA, il y aura un article avec photo.

Recette des crêpes

Ce jeudi 7 février, les Grands ont cuisiné durant le temps d’accueil.

Il ont fait 2 saladiers de pâte à crêpe.

Mesurez 300 grammes de farine de blé.

Cassez 4 oeufs entiers dans la farine.

Remuez au fouet. C’est un peu dur !

Ajoutez une pincée de sel de mer.

Ajoutez petit à petit 1/2 lait de vache (je précise toutes les origines des ingrédients car ce n’était pas forcément évident pour certains élèves).

Le demi litre de lait de vache rend la pâte plus liquide et facile à mélanger.

Hop, voilà un premier saladier de pâte prêt.

Les enfants arrivés en classe en dernier se mettent aussi à la cuisine pour faire le second saladier de pâte.

Bien sûr, les oeufs viennent des poules ! Nous le verrons à la ferme le 26 avril.

Cette fois, nous versons dans la pâte un petit sachet de sucre vanilliné pour ne faire que des crêpes au sucre.

Avant d’aller travailler dans nos ateliers ordinaires d’apprentissage, nous allons voir Katia, stagiaire  dans notre classe.

Elle coule tout un saladier de crêpes salées dans les encoches et y met du gruyère râpé avant de les rouler.

Puis elle fait de même avec la pâte parfumée au sucre vanilliné. Elles brunissent plus vite à cause du sucre.

Ca sent très très bon dans la classe des Grands !

A 10h15, nos ateliers de travail sont finis: à nous les crêpes salées et sucrées !

Katia en a cuit environ 120 !

Il n’en est rien resté !

Alors: à vos recettes de cuisine avec vos petits marmitons ! Il y a plein d’apprentissages à la clef !

Anniversaires de décembre 2018 et janvier 2019

Ce mardi 15 janvier 2019, Nermine fêtait son anniversaire. Elle est née il y a exactement 6 ans !

Florian, le benjamin de notre classe, en a profité pour célébrer ses 5 ans, il est né le 27 décembre.

Voici quelques photos de nos 2 élèves, merci aux parents pour le régal des yeux et des papilles !

Les enfants ont cuisiné avec leurs parents, de futurs concurrents au dîner presque parfait !     😉

5 + 1 = 6            5 + 0 = 5

C’est parti pour une prochaine année de jeux, découvertes et croissance !

Rois et reines

Ce lundi 14 janvier, 2 grandes galettes attendaient les Grands. Une pour les filles, une pour les garçons.

C’est Bruno Haeberlé le boulanger qui a fait ces galettes en brioche et pépites de chocolat.

Les garçons ont croqué leur tranche….

Les filles aussi, quelques minutes de silence dans la classe….. et….

la fève bien cachée dans chaque galette a enfin été trouvée !

Ali Arslan a trouvé une fève en forme de petit roi. Il a choisi Nermine comme reine et lui a donné la couronne.

Lina a trouvé la même fève dans la galette des filles et a choisi Maëron comme petit roi.

Le soir, chacun a emporté une galette en pâte à sel où il a dessiné un quadrillage. Dans chaque carreau du quadrillage, il a enfoncé des graines, mais attention, pas n’importe comment !

Il fallait créer un damier en décalant sur chaque ligne les 2 sortes de graines. Sous le grains de café, il fallait toujours mettre un pois cassé.

Les Grands ont tous très bien fait leur damier, il fallait être concentré et bien avoir compris la consigne pour réussir.

Bravo !  🙂

Fête de Noël

Le dernier vendredi de classe, toute l’école s’est réunie autour du sapin en salle de jeux.

Des cadeaux y avaient été déposés.. …

Mais avant de les ouvrir, les élèves ont chanté et ont fait un petit spectacle pour les autres classes.

Les Grands ont joué le conte du petit bonhomme de pain d’épices.

Voici quelques photos envoyées par mes 2 collègues:

Il était une fois une grand -mère qui a eu envie de faire un bonhomme de pain d’épices pour son petit grand-père.

Des yeux en raisin, une bouche en cerise, des boutons en amande, un chapeau en sucre, hop, voilà le petit bonhomme de pain d’épices  enfourné.

Mais le voilà qui devient vivant dans le four: »Mamie, ouvre, j’ai trop chaud ! »

Et il s’enfuit dans le jardin. De plus en plus de personnages lui courent après, pour le manger.

Papy, mamie, le chat, la jument, le garçon, la fille et la vache.

Personne n’arrive à l’attraper.

A chaque rencontre, il clame: »Je cours plus vite que toi, jamais tu ne m’attraperas ! »

Jusqu’a ce qu’il soit arrêté par une rivière.

Un renard malin qui sait bien nager fait monter le petit bonhomme de pain d’épices sur son dos pour l’emmener sur l’autre berge. Mais le renard ment…. il fait monter le bonhomme de pain d’épices de plus en plus haut en prétextant qu’il est trop lourd. Et quand il monte sur la truffe du renard, trop tard, le renard le mange. Tous ceux qui lui couraient après sont déçus.

Le renard s’en lèche les babines !

Après cette petite fête, les 3 classes se sont elles aussi léché les babines avec les bredalas préparés et offert par les parents d’élèves (merci à eux !) et le jus de pomme chaud à la cannelle fait par nos ATSEM

Et les cadeaux ?

Un jeu mathématique et un jeu de mosaïque/pavage pour les Grands. Pour toute l’école, des instruments de musique (percussion) pouvant servir à toute une classe !

La Mairie, comme chaque année, a offert les livres apportés par le père Noël.

La maîtresse est passée rapidement durant cette fête pour rencontrer son remplaçant.

Maîtresse Mireille la remplaçante a très bien travaillé avec les Grands !

Maîtresse Chrsitine a rapporté chez elle le jeu mathématique (Ce sont de gros coquillages sous lesquels ont peut poser des petits crabes et des petits étoiles de mer). Cela permettra à un petit groupe de 6 élèves, guidé par un adulte, de faire des problèmes mathématiques répondant à des consignes précises et évolutives. On pourra ainsi travailler sur les additions, les partages, les soustractions… de manière très très ludique.

Quelques séquences d’exploration musicale axées sur le rythme sont prévues pour les vendredis à 11h.

Bon « Rutsch » à tous vers 2019, on se retrouvera le 7 janvier.

N’oubliez pas de rapporter les cahiers bleus et de travail dès lundi.

Quand Saint Nicolas passe…

N’ayant pas assisté à cette fête que j’avais préparée avec coeur avec les Grands, je vous laisse apprécier les photos.

Un grand merci aux grands parents de Ambre qui tiennent la pâtisserie Lorber à Colmar. Ils ont fait  des mannalas tout frais que la maman de Ambre nous a livrés le matin même.

Apparemment les Grands, toujours gourmands, ont bien apprécié !

Merci aussi à maîtresse Muriel pour ses photos hautes en couleurs !

Merci à la commune d’Ingersheim qui oeuvre pour faire venir Saint Nicolas accompagné de son  âne. Cette année, l’âne était si paresseux que pour aller d’une école à l’autre, il a fallu le mettre dans une camionnette !

Les Grands vous raconteront la (terrible) légende de Saint Nicolas dont ils ont ordonné les 7 images dans leur cahier de travail.

Petit bonhomme de pain d’epice

Depuis quelques jours, la classe travaille sur un conte plein de vie:

Le petit bonhomme de pain d’épice.

Nous le jouons en saynète, chacun jouant le rôle d’un personnage.

Nous le reconstituons en BD, nous le détaillons….

Et nous avons pris grand plaisir à en fabriquer un en pâte à sel que nous emporterons à la maison avant Noël, pour l’accrocher dans le sapin, dans la cuisine ou dans la chambre.

Chacun a étalé la pâte avec un petit rouleau en bois. Nous avons appris à utiliser des emporte-pièces. On voit Baptiste qui utilise celui du bonhomme.

Azra a posé son bonhomme sur du papier cuisson et écrit son nom dessus. Elle enfonce dans la pâte des éléments qui sentent bon et que nous avons touchés, sentis, nommés: grain de café, bâton de cannelle, étoiles d’anis et clous de girofle.

Quel plaisir de décorer son bonhomme !

Et voilà les faux bonhommes de pain d’épices du groupe des bleus. Hop, 2 heures au four à 120 degrés. Ils y deviendront tout durs.

Et après ? Éh bien on joue avec la pâte à sel qui reste, et on se régale à utiliser toutes sortes d’emporte-pièces qu’on manipule dans le bon sens, comme de vrais pâtissiers. Alors, à vos fours et bredalas avec vos enfants experts !

La soupe de potiron

Nous avons d’abord découvert la recette. Ingrédients,  ustensiles et  étapes chiffrées.

Le potiron a été vidé de ses graines, coupé en tranche et épluché par la maîtresse.

Chacun a coupé une tranche en petits morceaux. Il fallait scier.

Couper les pommes de terre tendres fut un peu plus facile.

Christine a rincé les légumes et les a fait cuire avec de l’eau sur une plaque à induction dans son local, pour plus de sécurité.

Eléna a ajouté dans les légumes cuits une grosse poignée de sel de mer.

Florian a mis le Saint Moret dans le fait-tout.

Alicia (qui mange le Saint Moret à la cuillère à la maison) a léché la barquette !

Voilà, on voit bien les légumes cuits, mais en morceaux, dans le fait-tout. Florian a dit que c’était de la soupe de morceaux.

Chacun est venu mixer avec plaisir. Tous ont su maintenir la tête du mixer dans la soupe, sans la sortir, sans aide de l’adulte.

Comme les Grands ont fait la soupe (presque) tout seuls, la maîtresse a plaisanté en leur disant qu’ils pouvaient se marier, puisqu’ils étaient autonomes.

Ça les a fait exploser de rire !

Bon appétit les Grands, pour cette soupe très douce au goût, d’une jolie couleur orange.

Certains en ont repris 3 fois.

Quelques uns ont goûté sans apprécier.

C’est le risque quand on cuisine les légumes.

Alors…à vos recettes avec vos petits cuisiniers !

 

Les graines ont-elles des pattes ?

Oui, comment font les graines pour aller s’épandre loin de leur arbre ?

C’est ce que nous sommes allés voir ce lundi 8 octobre 2018.

Certaines graines sont munies d’une aile pour tourbillonner loin de leur papa arbre.

Les samares des jeunes érables dans la cour des CP ont eu du succès ! On les a mises dans notre sac.

Puis, toujours dans la cour des CP, les 2 tilleuls nous ont livré leurs graines. Elles ont aussi des ailes. Elles tourbillonnent aussi.

Sous l’aile de la graine de tilleul, 1, 2 ou 3 graines tourbillonnantes !

Après la cour de l’école, nous avons longé la rivière Fecht sur le chemin forestier. Le lierre entourant les troncs d’arbre commence à faire des fruits.

Ces fruits seront mûrs en hiver pour les oiseaux qui les mangeront. Pour nous, les fruits du lierre sont empoisonnés !

Les oiseaux mangent ces graines et les transportent dans leur ventre. Elles ressortiront dans leur…caca et pourront ainsi pousser loin de leur arbre !

Les fruits légers de la renouée du Japon volent comme munis d’un parachute. Il y a des renouées du Japon partout en bord de Fecht.

C’est le vent qui fait voyager les graines de renouée du Japon !

Sur la photo ci-dessus, on voit du houblon sauvage pousser autour du tronc d’arbre. Le houblon sentait fort. Il parfume la bière. Ses graines légères volent comme munies d’un parachute.

Le vent les fait aussi voyager.

Ici, Azra tient un bouquet de graines de clématites. Ces graines n’ont pas de pattes, mais voyagent grâce à leur plumet qui les porte comme un parachute.

Le goûter, choisi à la maison par chacun, fut très attendu, très apprécié !

Sous le vieux chêne, tous ont trouvé des glands. Ces graines peuvent voyager entre les pattes des écureuils ou dans le bec des oiseaux qui les cachent en provision d’hiver. Mais comme ils ne peuvent pas se souvenir de toutes leurs cachettes, les graines oubliées finissent par pousser au printemps !

La recherche fructueuse sous le chêne…

Quelques jeunes noisetiers nous ont livré leurs noisettes, qui, comme les glands, se promènent entre les pattes des écureuils ou les becs des oiseaux.

De retour en classe, nous avons classé ces graines en 6 catégories.

Et chacun a fait un dessin de ce qu’il a vu, aimé et apprécié durant cette recherche en pleine nature.

GRAND MERCI à Françoise, mamie de Florian et Laura, maman de Hugo qui ont rendu cette sortie nature possible.

Nos élèves ont appréhendé la diversité des stratégies du monde végétal afin d’épandre les plantes sur la planète.

Des travaux collectifs et individuels de tri de graines sont prévus dans les prochains jours.

Des semis sont prévus au printemps: radis, carottes ? Les gourmands devront avoir la main verte !

Léane et Lyne ont 5 ans !

Ce lundi 24 septembre, Léane et Lyne ont apporté une surprise gourmande.

En effet, elles sont sorties du ventre de leur maman il y a  5 ans (aucun élève de la classe n’a su expliquer ce qu’était un jour d’anniversaire, on a dû raconter que les mamans ont eu mal au ventre parce que le bébé (Léane ou Lyne) voulait sortir. Le papa  a donc foncé à l’hôpital avec maman…. pour que le bébé naisse !

Et voilà la joie de célébrer ce jour en classe:

Facile, quand on a 5 ans de montrer son âge sur les doigts: il faut juste sortir une main entière avec les doigts bien ouverts !

Merci à Léane et Lyne (et son grand frère Rémy) qui ont cuisiné ces bons gâteaux marbrés ou vanille garnis de chocolat pour cette fête.

Les Grands sont de bons mangeurs, il n’en est pas resté une miette !

Belle année à nos 2 filles, qu’elles profitent bien de cette grande section.

 

Les ateliers

Quand les enfants disent qu’ils ont fait un atelier, en école maternelle, les adultes se demandent ce que ça signifie.

Il y a 4 groupes dans notre classe. Les rouges, les verts, les bleus et les jaunes.

Ce 4 groupes font, en même temps, une tâche différente. C’est un atelier.

La maîtresse doit donc préparer 4 ateliers différents où elle prévoit des acquisitions différentes.

Voici les ateliers proposés ce 17 septembre:

Le premier, pour le groupe jaune, concernait les mathématiques. Reconnaître toutes les représentations du 1 (chiffre, doigt des main, dé…) et entourer ce que Monsieur 1 peut aimer. Il aime le nez, la bouche, le soleil, le ventre, la lune…. car ils sont uniques.

Le groupe rouge avait un travail de graphisme. Il fallait compléter les maisons autour du parc…

En ce début d’année, nous révisons le tracé précis des traits verticaux et horizontaux entre 2 repères.

Nous essayons de faire des ronds fermés, des rayons de soleil qui partent bien du bord du rond….

La nouvelle difficulté était le tracé du toit des maisons: partir du coin du mur et monter en oblique vers l’étoile à la pointe du toit.

En parallèle, nous traçons les lettres majuscules dessinées avec des traits horizontaux et verticaux (EFILTH).

Bientôt viendront les lettres majuscules tracées avec les traits oblique: A, K, M,N, V, W, X et Z.

Quand nous saurons tracer les ponts orientés, nous verrons les autres lettres: D, B, P, R, S…

Et quand nous saurons écrire toutes les lettres majuscules, nous pourrons écrire des petits mots, des phrases, avant de les associer à la scripte et la cursive.

Le groupe vert était en découverte des boîtes de figurines Playmobil de la classe. (3ème atelier)

Ici, le chantier. Nous avons nommé les engins, montré comment les maçons construisent un mur en béton, etc…

Les camping-cars ont eu du succès: coopérer pour faire dormir et manger toutes ces familles en vacances…

Dans ces jeux d’imitation, les enfants s’apprennent du vocabulaire les uns aux autres.

Cet atelier est très attendu par chaque groupe !

Le dernier groupe, les jaunes, était aux encres et aux pinceaux. Il fallait compléter le dessin de Lapinou qui cueille ses petites pommes. (Lapinou a apporté un panier de minuscules pommes en classe.)

Là aussi, il s’agit de graphisme: révision du tracé des traits, ronds et remplissage entre, autour… les encres sont lumineuses et transparentes, c’est un plaisir de faire du graphisme avec ces outils.

Alors…quel atelier votre enfant a-t-il préféré durant ces 2 jours où les 4 groupes ont tourné afin de passer à chaque activité ?

 

Rentrée en musique

Notre ministre a demandé à toutes les classes de rentrer en musique.

Nous avons décidé d’une petite rencontre en salle de jeux, vers 10h du matin, ce 3 septembre 2018.

C’était juste avant que les Petits ne retournent dans les bras de leurs parents, après les émotions  de cette petite matinée d’école.

Nous  avons chanté Pomme de reinette, Petit escargot, les petits poissons dans l’eau et la fourmi m’a piqué la main.

Voici un lien pour écouter et voir La fourmi:

Voici quelques photos de cette courte mais agréable rencontre autour d’un répertoire enfantin.

Certains Petits ont chanté avec les Grands, sans pleurer, même en mimant les gestes sur les paroles !

Merci à Maîtresse Muriel de nous avoir accompagnés à la guitare et aux Grands d’avoir bien chanté, ils étaient motivés pour faire plaisir aux Petits.

Ici, on peut voir et écouter Les petits poissons:

Avant la rentrée

Préparer toutes les étiquettes en différents formats, préparer le calendrier géant des 11 mois de classe avec toutes les dates d’anniversaire, ouvrir ce blog de vie de classe, préparer les cahiers de comportements et les 50 livres de bibliothèque mis à l’emprunt dès la première semaine de classe…

Il y en a du boulot pour la Maîtresse !

 

Laver Lapinou, notre petite marionnette presque vivante qui fait toujours des bêtises ou des erreurs…

 

Dépoussiérer Grünvogel qui ne sait parler que l’Allemand…

Et tant de petits détails auquels il faut veiller: toile cirée toute neuve pour les tables de peinture, pâte à sel à préparer, chevalier du comportement à afficher, prénoms à aimanter à côté du chevalier qui n’a perdu aucun de ses attributs car il est calme et attentif, cadeaux-récompense à préparer, qu’on pourra choisir dès qu’on aura 3 bonhommes qui rigolent (si on a fait de son mieux à l’école durant une semaine, on gagne 1 bonhomme qui rigole).

Sans compter la préparation de la première journée: que va-t-on faire à l’école ?

Découvrir la classe, ses objets, ses outils, ses jeux et jouets, ce qu’on a le droit de faire (ou pas).

Savoir se déplacer d’un bâtiment à l’autre, comme de VRAIS Grands.

Et surtout: découvrir les copains, par des jeux de présentation, des dessins, l’écriture de son prénom.

Reconnaître Christine notre ATSEM dévouée et à l’écoute, et la Maîtresse.

Tiens, voilà Lapinou qui n’a pas aimé passer dans la machine à laver. Il est tout propre, ainsi que Toc la noisette (la petite souris à côté de lui) et sa nouvelle copine Noukie.

A bientôt, donc, avec quelques photos de la 1ere semaine de classe, avec ses ateliers de travail !

Quelques mots de présentation 

Merci d’avoir entré l’adresse de ce blog de vie de classe dans votre PC ou tablette.

Mettez-le en favori car il y aura en moyenne 1 article par semaine.

Ce blog est un merveilleux outil de langage.

Regardez-le AVEC votre enfant. Faites lui commenter les nombreuses photos.

Lisez lui ou expliquez lui ce qui est écrit sous les photos.

J’essayerai d’éditer un article le plus tôt possible après une sortie, un événement.

Profitez du WE pour venir partager un moment avec votre enfant sur ce site.

Bon partage et…merci pour vos commentaires, qui m’encourageront à continuer.

La maîtresse Christine STEIBLE