Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage,
  Traversé çà et là par de brillants soleils;
  Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
  Qu’il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.
   
5 Voilà que j’ai touché l’automne des idées,
  Et qu’il faut employer la pelle et les râteaux
  Pour rassembler à neuf les terres inondées,
  Où l’eau creuse des trous grands comme des tombeaux.
   
  Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
10 Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
  Le mystique aliment qui ferait leur vigueur?
   
  — O douleur! ô douleur! Le Temps mange la vie,
  Et l’obscur Ennemi qui nous ronge le coeur
  Du sang que nous perdons croît et se fortifie!

Dejar un comentario

DebeConectado por dejar un comentario.