C’est l’histoire d’une montre qui était au poignet d’un monsieur qui transpirait beaucoup. Elle passait un mauvais quart d’heure avec son propriétaire, elle en avait assez d’être tout le temps mouillée.

La montre dit;

<<De fil en aiguille, je vais vous raconter mon histoire.>>

<<Tous les matins, mon propriétaire me mettait à son poignet qui était déjà mouillé. A son bureau, tellement qu’il transpirait j’avais l’impression d’être dans son bain. Il se moquait de moi comme de l’an quarante. Au fil du temps, j’ai commencé à en avoir assez, alors je me suis sauvée. En chemin j’ai vu sur un trottoir une vieille horloge qui s’est mise à me parler.

<<Bonjour la montre, tu ne devrais pas être au poignet de ton propriétaire ?>>

<<Oui, mais il transpire tellement que je me suis sauvée sans chercher midi à quatorze heures>>

<<Mais tu es seule alors ?>>

<<Oui pourquoi ?>>

<<Car moi aussi, on pourrait faire route ensemble et faire le tour du cadran !>>

<<C’est d’accord, une année sabbatique ne me ferait pas de mal>>

Nous fîmes une longue promenade en nous promettant de revenir à la saint Glinglin pour remettre les pendules à l’heure à nos propriétaires indignes.


Dejar un comentario

DebeConectado por dejar un comentario.