Romia, 12 luglio 18 884

 

 

 

Chère Graziella,

 

Je suis mal ! Je ne dors plus, ne parle pas ! Je n’ ai pas le droit d’aller au collège, je n’ai plus le droit de regarder mes documentaires. Maintenant ils ne passent plus. L’Etat a tout supprimé !

Je ne peux pas lire car ils ont déchiré, effacé et brûlé tous les livres ! C’est l’enfer! Je n’ai même pas le droit de dire que je suis intelligent. Des machines me répondent dès que je pose des questions. Ce que je n’aime pas du tout. Quand je pleure, ou quand je suis entrain de rêver d’être maître d’école, on m’emmène à l’hôpital et on m’enlève deux neurones et au moins une partie de mon cerveau. Ils disent aussi qu’ils peuvent m’envoyer dans les caves avec des rats ou me transformer en grenouille pour m’éviter de raconter au monde entier que mon pays m’interdit de me cultiver. C’est un monde de fous !

Tous les soirs, avec des enfants de mon pays, nous nous rejoignons tous ensemble pour mettre au point notre plan pour notre manifestation. Nous lisons des livres sauvés des flammes. Que tout le monde croit brûlés ! C’est très dangereux ! Mais nous tenons , nous voulons notre liberté! On l’aura c’est sûr! Robert D. c’est notre dictateur qui nous impose tout ce dont je te parle.

Il nous a dit que c’était normal ! Que le monde ne peut plus apprendre aux enfants ! Demain matin, nous défilerons dans les rues pour manifester… Je me rends au rendez-vous où mes amis sont déjà là. Et nous crions par milliers :

« Lais-sez nous, la li-ber-té, vi-ve la cul-tu-re ! »

« Le mon-de, ce–n’est-pas-ça-un-point-c’est-tout ! »

Tu me comprends maintenant !

 

 

 

Amicalement ton meilleur ami

 

 

Michaël

 

 

 

PS : Aide-moi !

Texte écrit par Graziella


Dejar un comentario

DebeConectado por dejar un comentario.