Le Romain Rolland Webzine

Le magazine du Lycée Romain Rolland

2 juillet 2019
par romainrolland
0 Commentaires

Gagnante du Concours Colas Breugnon !

A l’occasion de la publication des résultats, nous avons le plaisir de publier le très beau texte de Lucie, 1er prix du concours  :

Croix de bois, croix de fer

Croix de bois
Croix de fer
La vie et ses émois
Comme de faux serments
Si je m’en vais en enfer
Y’a le serpent qui m’attend
Tapis dessous les pierres
La croix et la bannière

Crois moi
Faut l’faire
Pour éviter les feux
De poudre et puis le fer
Des satanés combats
Des démons d’ici bas
Qui finissent malheureux
Ou bien six pieds sous terre

C’est quoi
Cette affaire ?
Les fées se sont barrées
De nos pays barbelés
Et les anges défroqués
Dorment devant la télé
Satan nous bouche un coin
Et Lucie croise le fer

Croix d’bois
Croix d’fer
Comme une chape de plomb
Ordures et hommes d’affaires
S’affairent à défaire
Le beau, les jeux sont faits
Ca fait pas notre affaire
Y’a peut-être plus rien à faire

J’crois moi
Qu’c’est clair
La nuit comme une enclume
Est tombée du septième
Et le ciel des regrets
Pourra rien pardonner
A ceux qui ont laissé faire
De la terre un enfer

Lucie MARTIN

21 mai 2019
par romainrolland
0 Commentaires

Echappée littéraire : Rencontre avec Eric Henninot !

Notre classe de seconde a rencontré l’auteur de bande dessinée Eric Henninot grâce au Conseil régional qui a mis en place « L’échappée littéraire », le Prix littéraire des lycéens de Bourgogne-Franche-Comté. Cette rencontre nous a beaucoup plu et voici quelques témoignages :

« Cette intervention a été très enrichissante. Le travail d’Eric Henninot, qui a adapté le roman « La horde du contrevent » de Damasio, est d’autant plus impressionnant qu’il est seul à travailler sur cette bande dessinée. Il nous a confié que le dessin a toujours été un univers dans lequel il voulait évoluer. Sa détermination a porté ses fruits puisque, même si le projet n’a failli jamais voir le jour, le livre a dépassé toutes les attentes des éditeurs par les ventes et l’accueil du public. Il nous a fait part de son envie de poursuivre l’aventure en réalisant bientôt les tomes suivants. Son travail colossal et sa technique de dessin sont très inspirants et nous prouve que lorsqu’on a réellement la passion et l’envie de faire quelque chose, on peut y arriver. »

« Eric Henninot est sans doute devenu pour moi le meilleur auteur que je connaisse. Le fait de l’avoir rencontré en personne m’a fait bondir de joie ! »

« J’ai appris qu’il fallait avoir du courage pour mener ses projets et il m’a donné envie de continuer le dessin ! »

« J’ai apprécié cette rencontre : son travail est remarquable et il a fait preuve de beaucoup de courage et de patience pour réaliser cette bd ! »

25 mars 2019
par romainrolland
0 Commentaires

Concours Colas Breugnon

Célébrez à votre façon le centenaire de la parution du roman Colas Breugnon de Romain Rolland !

Pour cela, créez une oeuvre en écho à l’un des textes ci-dessous (cliquez sur les liens). Vous êtes libre du choix du support : texte, image, vidéo, montage photo, compte Twitter, etc…

Le but est de donner à lire, voir ou entendre les idées de Romain Rolland réactualisées

Il n’est pas nécessaire de faire une référence explicite au personnage ou à l’extrait, mais le thème abordé doit faire écho au thème abordé dans l’extrait du roman.

Date limite de dépôt des textes : 7 juin 2019.

10 gagnants remporteront des bons d’achat et des places de cinéma ! Bonne chance à tous !

Chap 2   Chap 2   Chap 6   chap 10   Chap 10   Chap 11   Chap 13   Chap 13

 

22 mars 2019
par romainrolland
0 Commentaires

Printemps des poètes 2019 !

La Nature

                Elle me manque tant, cette nature avec qui j’ai grandi… Elle m’a toujours accompagné, j’ai joué et évolué avec elle. Mais finalement je suis parti. Parti pour une autre nature, beaucoup plus grise que ces plaines verdoyantes dans lesquelles je courais enfant. Maintenant je vois des grands blocs gris en béton uniforme et je me rends compte à quel point toutes ses nuances de verts sont magnifiques.

                Mais maintenant, quand je rentre dans ma campagne, elle a changé, elle change continuellement. Mais encore plus maintenant, depuis que l’Homme la change. Maintenant elle est polluée, détruite, changée. La Nature de mon enfance n’est plus et ce, depuis longtemps… maintenant les champs ne sont plus entourés de mûres que l’on venait récolter à la fin de l’été… les forêts ont reculé et à l’aube on ne peut plus observer de chevreuils fraîchement réveillés. Sur les bords des sentiers on ne voit plus les si belles et odorantes violettes que je cueillais enfant pour offrir à ma tendre maman.

                En fait, c’est aussi ma faute… c’est de notre faute à tous si l’on ne peut plus admirer pleinement sa beauté…

                Mais, ne l’oublie jamais, la Nature reprend toujours ses droits…

21 mars 2019
par romainrolland
0 Commentaires

Printemps des poètes 2019 !

Le rire

Toi qui t’amuses à te moquer,

Tel une hyène perversifiée,

Toi qui t’amuses à te moquer

Pour lui rappeler de cesser d’exister.

 

Tout le temps, tous les jours, tu rigoles et fais rire les autres,

Parce qu’il est trop gros, trop grand, trop bête ou trop intelligent,

Parce qu’il préfère les garçons, parce qu’il est noir ou blanc,

Et, tous les jours, tu ris et tu ris encore

Pour lui rappeler qu’il est différent.

Tu l’insultes, tu le frappes et rapidement tu n’es plus seul,

Les autres t’aident et le regardent sournoisement,

Gémir au sol, du sang au coin des lèvres.

Il ne vit plus normalement, la peur au ventre constamment que

Toi et tes amis le frappent violemment.

Petit à petit, des idées noires apparaissent…

Son sourire angélique disparaît…

Ses parents ne comprennent pas…

Ils le questionnent mais il ne répond pas…

Puis un jour il fit un simple achat,

Et sa vie changea

Toi qui t’amuses à te moquer,

La faucheuse devrait t’emmener

Toi qui t’amuses à te moquer,

Comme elle l’a fait avec lui – parce qu’il lui a demandé.

15 février 2019
par romainrolland
0 Commentaires

Rencontre à la librairie pour le Prix littéraire !

Rencontre avec la libraire du Millefeuille à Clamecy :

Christine a fait confiance aux élèves et leur a confié la délicate mission de réaliser les deux vitrines du moment : l’une sur le thème du loup et l’autre sur le thème de l’esclavage, en référence à la manifestation « Mémoire d’esclaves » à Clamecy…

 

 

 

 

 

 

 

Pari réussi pour ces deux vitrines réalisées avec soin  qui attireront sans aucun doute l’attention des clients !

 

8 janvier 2019
par romainrolland
0 Commentaires

Journée de la culture au lycée !

Le vendredi 21 décembre 2018 a eu lieu la troisième édition de la Journée de la culture au lycée Romain Rolland. Cette journée a pour but de mettre en avant l’art et le talent des élèves dans divers domaines tels que le chant, la danse, la musique, le dessin, l’écriture…
En plus d’une exposition d’oeuvre et de dessins d’élèves, cette journée s’est décomposée en deux temps :
-Le matin, les élèves de l’option théâtre sont passés par petits groupes dans les classes afin de faire leur représentation. -L’après-midi, les cours ont été annulés afin que les élèves puissent aller voir le spectacle des élèves qui souhaitaient chanter, danser ou encore jouer d’un instrument lors de la représentation. Cette année, c’est Cloé qui a présenté l’édition 2018.
Le spectacle a commencé à 14 heures avec de la danse : Marianne, Dajana, Lola  et Manon  ont dansé sur une chanson de K-POP. Ensuite, Lisa et Maëlys  ont chanté en duo.
Puis,  Noémie, accompagnée de son yukulele, a chanté, suivie de Maëlys et Camille.
Tom a fait un solo de cornemuse et après lui, ce sont les filles (Marianne,Dajana, Lola et Manon) qui ont (re)dansées sur de la K-POP. Plusieurs poèmes ont été lus par  Juliette , Marie  ou encore Augustin, et certains ont été accompagné par Yann. Un duo composé de Ruben au piano et d’Alice au violon a pris la suite, et les chanteuses Samantha, Morgane,  Lisa ont pu continuer le spectacle.
Ensuite, un groupe nommé «Manical Bohemians» nous a interprété trois chansons  avec Clémence  au Yukulele, Léa  à la guitare, Noémie  au chant  et Gaëtan  au piano, morceaux parfois accompagnés de percussions.
Pour finir, un groupe a chanté du rock et nous avons tous dansé sur la piste avec William qui a mixé !

Il y avait beaucoup d’ambiance et cette édition fut, elle aussi, très réussie !

17 décembre 2018
par romainrolland
0 Commentaires

Placebo

Il prenait ces pilules blanches tous les jours.
Lui qui s’était toujours enfermé ou retrouvé enfermé était enfin sorti de là : il avait trouvé une échappatoire. Ces pilules blanches avaient effacé toutes les pensées noires, cette bête noire qui lui rongeait le crâne ; éclairant les marques blanches de ses bras. Il avait appris à relever ses manches, et souriait dorénavant. Plus rien ne pouvait l’empêcher de sourire maintenant. En ayant été aussi bas, il ne pouvait que remonter, n’est-ce pas ? Et ces pilules représentaient ses appuis pour sortir de là. Il avait poussé son bourreau du haut de la falaise, comme celui-ci l’avait fait à tant de personnes, pour enfin se débarrasser de ses dernières chaînes.
Il allait mieux. Il avait l’air d’aller mieux.
Seuls ceux proches de lui étaient exposés aux changements, et ces derniers les prenaient en pleine tête sans rien pouvoir faire. Sa maigreur en avait alerté plus d’un, tout cela dû aux effets secondaires auxquels il n’avait jamais pensé.
Quoi que…
Si, justement. C’est justement parce qu’il y avait pensé que cela arrivait.
Il était devenu migraineux. Celles-ci s’accentuant toujours plus, rendant son suivi en classe de plus en plus compliqué. Il sentait comme un pic-vert percer son crâne à répétition pour atteindre son cerveau. Son sang battait tapait dans ses tempes à une vitesse hallucinante.
« Ça va ? » lui demandait souvent son voisin de classe. Ce à quoi il répondait toujours par un simple sourire, représentant pour lui la plus belle des réponses, lui qui n’avait plus souri aussi facilement depuis si longtemps.
Parce qu’il allait mieux.
Ses heures de sommeil avaient grandement réduit, s’étant parsemées d’insomnie. Pour lui qui n’avait jamais été insomniaque et étant d’ailleurs plutôt attaché à son sommeil, ne plus pouvoir dormir l’affectait beaucoup, et sous tous les angles. Le tic toc de l’horloge le rendait fou, malade. Sa perte de poids excessive s’expliquait par ses nausées nocturnes, causant aussi en grande parties ses insomnies. Il n’avait jamais eu de problèmes de boulimie, même au plus bas.
Tout cela s’était installé petit à petit, jusqu’à en devenir une routine malsaine.
Il était conscient que tout se passait dans sa tête, juste à cause de ces pilules blanches. Seulement, elles lui avaient tellement apporté qu’il ne les arrêterait pour rien au monde. Elles avaient pris ses inquiétudes, ses doutes, ses différentes crises, et surtout lui permettaient d’être près d’elle. Elles l’avaient rendu addict à la vie. Alors il préférait se tromper encore un peu avant de se décevoir lui-même.
« C’est quoi ces pilules blanches que tu prends tous les jours ? » lui demanda-t-elle un jour.
– Un placebo. »

14 décembre 2018
par romainrolland
0 Commentaires

Rencontre avec Delphine Coulin

Notre classe participe à L’Echappée littéraire 2018-2019, le prix littéraire des lycéens de Bourgogne Franche-Comté.

C’est à cette occasion que nous avons reçu l’auteur Delphine Coulin pour son livre « Une fille dans la jungle » et que nous avons pu l’interviewer après lui avoir proposé plusieurs suites que nous avions imaginées à son histoire !

-D’où vient son goût pour l’écriture et le cinéma ?

Photo P. Brérard, Journal du Centre

-Elle écrit depuis l’âge de 8 ans. Tout a commencé dès son plus jeune âge avec des contes de princesse ! Un peu plus tard, elle découvre la BD mais elle manque de talent en ce qui concerne le dessin. Son goût pour le cinéma apparaît vers l’âge de quinze ans. Elle lit depuis toujours, particulièrement de la fiction, de la littérature japonaise et américaine. En revanche, elle n’aime pas le fantastique.                                                                                                             

-L’adaptation de Samba au cinéma

-Elle se reconnaît parfaitement dans l’adaptation de Samba au cinéma. Même si le film est une comédie alors qu’au contraire le livre est sombre. Elle n’a pas de préférence, ce sont deux objets différents.

-Comment se déroule l’écriture d’un roman ?

L’écriture d’un livre lui prend à peu près trois années dans lesquelles sont comprises des périodes de réflexion, de recherche, d’écriture et de pause par manque d’un regard objectif. Pendant sa période de recherche, Delphine s’est inscrite en tant que bénévole pour aider les migrants (rédiger des recours pour le tribunal), elle a donc pu rencontrer plusieurs migrants et enregistrer différentes informations qui lui ont permis d’écrire « Une fille dans la jungle ». En revanche, elle n’a jamais rencontré de passeurs. Elle écrit dans la journée, elle a gardé une discipline, comme « des horaires de bureau ».

-Pourquoi ce thème des migrants ?

L’idée d’écrire un roman lui est venue en prenant conscience qu’au court des trois dernières années, plus de 100 000 migrants avaient disparus, cela a été un choc.

Pourquoi une couverture si épurée ?

-Cette présentation est tout simplement celle de la collection dans laquelle il est paru. Mais l’année prochain, « Une fille dans la jungle » sort en édition de poche et Delphine a déjà des idées d’images de couverture, par exemple la photo d’une jeune migrante éthiopienne qui dégage une force incroyable.

– Une fin ?

-Pour la fin de son livre, elle a souhaité qu’Awa ait une fin très lumineuse, son enfant né en France lui assurant une protection. Tandis que pour les autres personnages, c’est une fin plus ouverte pour que les lecteurs soient créatifs. Elle n’a jamais pensé à faire une fin, les personnages appartiennent aux lecteurs et c’est à eux de créer leur propre fin.

Merci à elle d’être venue répondre à nos nombreuses questions !!!