Des poèmes dans la cour

Quelques mots : visage, tact, palabre, rhizome, attabler… avaient été soumis aux jeunes poètes du lycée français de Pékin. A charge pour eux de faire oeuvre de ces quelques pépites. Le résultat couvre les « murs » de la cour. Acrostiches, rébus, sonnets, poèmes en prose, chansons, toutes les formes de la poésie fleurissent le béton. On dit que le Proviseur lui-même n’est pas resté insensible à la Muse.

Commentaires

Votre commentaire