Être autiste et HPI au lycée – Témoignage d’une terminale

Avant de commencer la lecture de cet article, je tiens à vous informer, cher lecteur, que ce qui est décrit ci-dessous est un témoignage : je raconte seulement ce que j’ai vécu. Tout le monde vit différemment ses particularités et mon vécu ne reflète pas le vécu de tous. Cela me tenait juste à cœur de parler de sujet encore bien trop souvent tabou.

Connaissez-vous vraiment les HPI ? Et non, Morgane Alvaro de la série « HPI » n’est vraiment pas un bon exemple des Hauts Potentiels Intellectuels ! On n’est considéré comme HPI qu’après avoir passé des tests (notamment le WISC-V pour les enfants et la WAIS-IV pour les adultes) chez un professionnel de santé qualifié pour calculer votre Quotient Intellectuel. Si vous êtes au-dessus de 130 vous décrochez le jackpot et vous êtes dans les 2% de la population mondiale considérée comme HPI. Comme comparaison, 50 % des êtres humains ont un QI compris entre 90 et 110.

Je suis HPI. En effet j’ai passé le WISC-V il y a quelques années. Mais concrètement, ça fait quoi d’être HPI ? Parce que soyons honnête, ça ne donne pas de super pouvoirs. La première réponse que je donne instinctivement est : CE N’EST PAS COOL ! Là, normalement, on me répond : Mais non, c’est super, tout est simple pour toi !

Continuer la lecture de « Être autiste et HPI au lycée – Témoignage d’une terminale »

« Les racines du passé », une nouvelle par Jade Drezet – Épisode 4

pixabay.com

Après ces révélations je me dirigeai vers la salle de garde à vue, pour interroger le nouveau suspect numéro un, M. Evans, le proviseur du lycée Victor Hugo à Besançon et le patron de la victime.

  • Où étiez-vous le 12 mai à 16h ?
  • J’étais au lycée Victor Hugo en train de régler des problèmes administratifs.
  • Des témoins ?
  • Oui j’ai accueilli le secrétaire, justement pour régler des problèmes administratifs, répondit-il visiblement agacé.

Je continuais à lui poser quelques questions mais il n’avait pas vraiment de mobile et un alibi en béton si le secrétaire confirmait ses paroles. Juste avant de continuer les interrogatoires, j’ai regardé une quinzaine de minute si je pouvais des informations sur le secrétaire qui n’était autre que M. Antoine. Une des deux personnes qui a découvert le corps. J’ai donc ordonné à Vincent de convoquer M. Antoine à la gendarmerie.

Après cette révélation, il me restait tout de même quelques personnes à interroger. Mais tous les suspects avaient un alibi solide. Donc il me restait la piste de M. Antoine qui je dois l’avouer m’a particulièrement surprise. Je dois dire qu’il ne me semblait pas être un suspect mais après tout ce métier peut surprendre.

Quelques heures plus tard je me retrouvais de nouveau face à M. Antoine qui semblait très anxieux. La sueur qui perlait sur son front, ses respirations saccadées le trahissait. 

Continuer la lecture de « « Les racines du passé », une nouvelle par Jade Drezet – Épisode 4 »

« Les racines du passé », une nouvelle par Jade Drezet – Épisode 3

pixabay.com

Une fois installée dans ma voiture, un petit tas de papiers posé sur le siège passager, j’étais troublé mais pas par la petite quantité de feuilles, cela ne m’intriguait pas autant que l’arrogance du chef de la victime. Il était dédaigneux, il semblait dénué de toute émotion à part du dégout et de la colère, il était simplement froid et rustre.

Je dus néanmoins continuer mon enquête et quoi de mieux qu’un bon vieil interrogatoire des personnes qui ont découvert le corps.

Quelques minutes plus tard je me retrouvais face à deux personnes. Un homme et une femme qui semblaient âgés d’une trentaine d’années.

  • Marie et Sébastien Antoine c’est bien cela ? demandai-je.
  • Oui, répondirent-ils en chœur.
  • Pour voir si vos versions coïncident je vais devoir vous interroger séparément…

Ils devinrent pâles tout à coup. Comme s’ils n’avaient jamais été séparés, même pendant cinq petites minutes

  • Bien sûr, il n’y a aucun problème, dit Sébastien.
  • Eh bien je vais commencer par interroger Mme Antoine. Monsieur, je vous prierais d’attendre.
Continuer la lecture de « « Les racines du passé », une nouvelle par Jade Drezet – Épisode 3 »

Coup de cœur de l’Illuminé : « Vivre l’autisme », France Télévisions

En l’honneur de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, le 2 avril, France Télévisions a publié sur son site internet dix vidéos de taille différente pour expliquer les Troubles du Spectre Autistique. Ce neuroatypisme qui touche plus de 1 % de la population française est plutôt méconnu (je vous entends, ceux du fond qui se traitent d’autistes sans savoir ce que c’est vraiment…). Ce trouble étant encore loin d’être bien compris et accepté, France Télévisions propose des vidéos expliquant de façon simple qu’est-ce que l’autisme et comment les autistes vivent tout les jours.

À noter que l’autisme n’est ni anormal ni une maladie ! C’est un trouble neurodéveloppemental : on ne devient pas autiste, on naît et on est autiste. On le reste toute sa vie tout comme on peut être atteint d’un trouble dys. Non, ce n’est pas la faute de la mère ou des écrans comme on peut l’entendre, même si des facteurs génétiques peuvent jouer. La confusion vient du fait que la surexposition des enfants crée des troubles, dont certains symptômes ressemblent, sans en être, à des symptômes se retrouvant dans les troubles autistiques. Ce qui est souvent simplifié à tort et par méconnaissance par des raccourcis du genre « les écrans rendent autistes ».

Le meilleur moyen d’intégrer les autistes c’est d’abord de les comprendre !

Lien vers la collection : https://www.france.tv/collection/5846460-vivre-l-autisme/

Coup de cœur de l’Illuminé : «Tant que fleuriront les citronniers», Zoulfa Katouh

Zoulfa Katouh, jeune autrice syrienne installée en Suisse nous partage l’histoire de Salana, elle aussi syrienne. Fraîchement diplômée en pharmacie, notre jeune héroïne de 18 ans se voit contrainte d’exercer le métier de médecin. En effet, la Syrie est en pleine révolution contre la dictature et des des milliers de personnes meurent chaque jour devant elle. Après avoir perdu son père, sa mère et son frère, la seule famille qu’il lui reste et Layla sa meilleure amie mais aussi la femme de son frère. C’est pourquoi Layla va s‘y raccrochée et se confronter à un dilemme: partir ou rester? Tenir la promesse faite à son frère et sauver Layla ou rester fidèle a son pays et tenter, à son échelle, de le sauver? Salama semblait avoir pris une décision mais quand l’amour s’en mêle , plus rien n‘est certain. J’ai beaucoup apprécié ce livre, même si certain passages sont selon moi durs à lire et à encaisser. Notamment lorsqu’on sais que les évènements racontés sont bel et bien réels (même si la temporalité ne l’est pas forcément). A travers l’atrocité humaine, Salama prouve à tout le monde que le bonheur et l’humanité peuvent encore briller, et ce même dans les périodes les plus sombres.

Ce livre laissera une marque en vous. C’est une très belle manière de sensibiliser et toucher chaque lecteur sur l’histoire de la Syrie.

«De chaque citron naîtra un enfant, et les citrons ne mourront jamais»

Zoulfa Katouh, Tant que fleuriront les citronniers, page 245

Agathe

buy windows 11 pro test ediyorum