Ecologie : un lycée responsable ?

Quand on pense lycée Condorcet, le plus ancien lycée de Belfort, on ne pense pas immédiatement à un lycée engagé dans les économies d’énergie et le développement durable. En hiver, on peut y trouver simultanément des radiateurs allumés et des fenêtres ouvertes, épidémie ou non – le couloir du premier étage en est le meilleur exemple.
Fidèle à son nom, notre lycée peut également évoquer les Lumières. En effet, le Condorcet, c’est aussi des salles de cours fréquemment éclairées en plein jour, qu’elles soient exposées Nord, Sud, Est, ou Ouest. En ce qui concerne l’internat, l’éclairage des chambres des garçons est centralisé, et il est fréquent qu’elles ne soient pas éteintes lorsqu’il est temps d’aller manger. La nuit, des veilleuses éclairent les couloirs en continu. Pratique pour les éventuels fantômes de guerre*…

Mais le Condorcet ne se repose pas sur ses lauriers pour autant : depuis la circulaire n°2019-121 du 27 août 2019, et dans le cadre de « l’éducation au développement durable », chaque établissement du secondaire doit se doter de plusieurs éco-délégués. Aujourd’hui, on compte un binôme par classe. Son rôle ? « Promouvoir les comportements respectueux de l’environnement dans sa classe. » L’Éducation Nationale illustre ses propos en mettant en avant des tâches telles que l’extinction des lumières, ou encore l’usage « raisonné » des chauffages. La vigilance des éco-délégués est donc requise ! Cinq missions sont censées leur avoir été attribuées : limiter la consommation d’énergie, protéger la biodiversité, éviter le gaspillage alimentaire, réduire et trier les déchets, et engager son établissement dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Pour cela, leurs actions doivent être coordonnées. Les établissements doivent devenir des lieux « exemplaires en matière de protection de l’environnement et de la biodiversité » tout de même, et de manière « systématique » !

Réunion des éco-délégués (image Léa D)

C’est pourquoi, le mardi 10 novembre, ces quelques dizaines d’élèves ont été réunis au CDI, à l’initiative de Mme Séréna, CPE et de Mme Morey,  afin que leurs missions leur soient expliquées, pour qu’ils puissent mener à bien des actions concrètes cette année. Un bilan sur les actions du lycée a été dressé, notamment par Mme Morey, professeure de physique-chimie, et M. Grosclaude, gestionnaire du lycée.

Des initiatives favorables à l’environnement ont déjà été prises

Une campagne de sensibilisation à la pollution de l’eau, due aux mégots, a déjà été mise en place en 2018, ainsi qu’une braderie qui a permis aux élèves de se débarrasser d’anciens vêtements, et d’en trouver de nouveaux. Chaque année, des bouchons en plastique sont collectés à des fins paramédicales, pour que l’entreprise Récuplast située en haute-Saône les recycle pour la fabrication de matériel à destination de l’APF (Association des paralysés des France): des fauteuils roulants et des coques pour les nouveau-nés, par exemple. En 2019, une très efficace Clean Walk a été mise en place, et son succès fut tel qu’il semble évident de la renouveler dès 2021.

Outre les actions effectuées par les éco-délégués, il est important de souligner que, malgré ses apparences parfois insouciantes, le lycée Condorcet est fondamentalement environnement-friendly. Il est un des deux seuls établissements du département chauffés avec une chaudière à bois, sollicitant alors une énergie renouvelable. Par ailleurs, il a procédé à une opération de « relamping » donc est passé à un éclairage moins consommateur, plus écologique (Voilà qui explique peut-être pourquoi les lumières sont autant allumées…).
Il est aussi exemplaire en ce qui concerne l’alimentation. La cantine utilise des produits bio et locaux : ses fruits viennent d’Alsace, sa viande de Haute-Saône, et ses yaourts de Bessoncourt, commune du Territoire de Belfort. La commission bimensuelle des menus est d’ailleurs ouverte aux élèves éco-délégués, afin qu’ils puissent établir, notamment avec le chef cuisinier, les menus des deux prochaines semaines ! (On compte sur vous ;))

C’est déjà beaucoup, n’est-ce-pas ?

image Léa D

Et pourtant, le Condorcet ne s’arrête pas là. Il est presque irréprochable en matière de tri et de traitement des déchets : les déchets organiques sont récoltés par une société alsacienne de méthanisation, le papier est en principe recyclé grâce aux poubelles bleues présentes dans chaque salle de classe, et les déchets verts sont également triés et récupérés par une entreprise (Sundgau compost).

Il s’agira, pour notre chère équipe d’éco-délégués, de faire perdurer et d’améliorer les efforts de l’établissement et de tous les élèves du lycée, en ce qui concerne le respect de l’environnement ! Des projets vont être construits, donnez vos idées, par l’intermédiaire des éco-délégués 🙂

 

Léa D

 

* pour les incultes, pendant la Première Guerre mondiale, le lycée a servi d'hôpital pour les soldats blessés !

Les élections américaines 2020

image : Quentin Baud

Les élections présidentielles viennent de se tenir aux États-Unis, dans un contexte tendu et parfois tumultueux. Pourquoi donc ce temps entre le scrutin et le résultat définitif ?  Pourquoi les contestations ? Quelles différences avec le système électoral en France ?
L’Illuminé vous éclaire.

Le déroulement des élections

En France, les élections se font au suffrage universel, les citoyens votent donc directement pour le candidat qu’ils aimeraient voir devenir président. Le déroulement du vote est plutôt simple, des bureaux de vote sont établis dans chaque commune. Le président est élu à la majorité absolue. Si celle-ci n’est pas obtenue au premier tour, on retourne quatorze jours plus tard au bureau de vote afin de voter pour les deux candidats ayant eu le plus de votes au premier tour. Pour voter ou pour se présenter comme candidat les règles sont les mêmes en France : il faut avoir au moins 18 ans, être de nationalité française, être inscrit sur les listes électorales, ne pas être placé sous tutelle ou privé de son éligibilité par la justice.

A contrario, aux États-Unis les élections se font au suffrage indirect, les citoyens votent pour les grands électeurs de leur État, formant un collège électoral votant pour un des deux candidats. Mais la règle ne s’arrête pas là, les électeurs votent, le candidat remportant le plus de voix des grands électeurs remporte toutes les voix des électeurs de cet État (le nombre de grands électeurs diffère selon l’Etat), c’est le système « winner-takes-all ». Il peut donc y avoir des disparités, le nombre de voix pour un candidat obtenu par les citoyens peut être plus faible que celles obtenues par les Grands Électeurs. Un candidat peut donc gagner l’État en ayant moins de voix de citoyens que son adversaire. Cela s’est d’ailleurs produit lors de l’élection de Trump en 2016.

Les règles afin de pouvoir devenir président aux USA et pouvoir voter sont aussi bien différentes de celles de la France : il faut être âgé de plus de 35 ans, être citoyen des États-Unis de naissance, vivre aux États-Unis depuis au moins quatorze ans et ne pas être candidat pour un troisième mandat. Et bien sûr, comme en France ne pas être privé de son éligibilité par une décision de justice.

Présentation des candidats

Donald Trump est né dans le Queens à New York en 1946, fils d’un père immigré allemand et d’une mère écossaise. Il ira dans un internat militaire puis intégrera une école de commerce en Pennsylvanie en 1968, il travaille après pour son père. Il lance par la suite sa propre entreprise et devient milliardaire, et il se mariera trois fois, avec une actrice et deux mannequins dont une, Melania Trump qui est toujours sa femme aujourd’hui ! Il démarre la politique dans les années 80 et devient, étonnement, candidat du parti Républicain en 2016. Et est élu président des USA le 8 novembre 2016 face à Hillary Clinton, candidate démocrate. Il s’est représenté au poste de président pour un deuxième mandat.

Joseph Biden est né en 1942 en Pennsylvanie. Sa généalogie semble le faire descendre notamment d’une part de huguenots français qui immigrèrent en Angleterre, et d’autre part d’une famille modeste catholique d’ascendance irlandaise. Biden a un diplôme en politique de l’université de Syracuse et un diplôme en histoire et sciences-politiques de l’université du Delaware. Le candidat démocrate fut le vice-président de l’ancien président Barack Obama de 2009 à 2017. Il représente le parti démocrate lors de ces élections présidentielles.

Une campagne mouvementée

Les avis divergent sur ces deux candidats et la population est déchirée en deux, des rassemblements et des manifestations ont eu lieu pendant toute la campagne électorale, et pendant la durée des élections. Parfois les manifestants s’insultent à travers la foule et cela devant les médias. Des menaces sont même proférées, des « pro-trump » manifestent, armes autour du cou, afin de montrer leur opposition. Le président Trump a annoncé sa victoire lors de meetings télévisés et à travers des tweets, alors même que les votes n’étaient pas encore tous décomptés et que les sondages étaient en faveur de Biden.

Finalement, Joe Biden ressort vainqueur de l’élection présidentielle et devient le 46ème président des USA, il prendra ses fonctions le 20 janvier 2021.

Mais les tensions ne semblent pas encore calmées puisque des manifestations ont encore lieu aux États-Unis et que le président Donald Trump écrit des tweets dans lesquels il dit que si Biden a gagné c’est uniquement parce que l’élection était truquée… le calme ne semble pas revenir de sitôt aux États-Unis.

Le nouveau président des États-Unis parviendra-t-il à relever le défi de réunifier les USA ?

Adeline 🙂

PS : En tant que journaliste novice, j’ai reçu comme consigne de rester neutre sur un article politique et je suis étonnée de voir que la presse française – qui est censée être neutre elle aussi, prend très souvent parti pour l’un ou l’autre des candidats. Encore une preuve de la particularité de cette élection.

Source :
Émission spéciale : élection de Joe Biden, 46ème Président des États-Unis, Le Temps du débat par Raphaël Bourgois, le 7/11/2020 https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/election-americaine-apres-la-bataille-des-urnes-la-bataille-des-tribunaux

Vacances de la toux-sain, fin d’un premier acte

Alors que les premières vacances de l’année scolaire arrivent, les lycéens vont pouvoir souffler. C’est donc le moment de faire le point sur cette rentrée inédite, et la première partie d’une année qui s’annonce particulière.
Comment le lycée s’est adapté et va s’adapter au port du masque ? 

image : Quentin Baud

Le premier acte d’une pièce au rythme endiablé touche à sa fin. Alors que 45 % des élèves du lycée souffrent d’une rhinopharyngite inquiétante, et que le quart de ces malchanceux a dû se laisser enfoncer des cotons-tiges dans les narines pour au final lire le mot « négatif » en noir sur blanc sur un fichier PDF protégé, l’entracte semble bien mérité. Cette rentrée fut une première dans l’histoire du XXIème siècle, tant elle a été conditionnée par l’audacieux Covid-19. Alors que la file d’attente de la cantine rivalise avec celles d’Europa-Park, et que la proximité des élèves en son sein rappelle la foule des Eurockéennes, les lycéens et les professeurs doivent respecter les mesures sanitaires mises en place. Du gel hydroalcoolique est mis à disposition dans chaque pièce de l’établissement, des salles de classe en passant par les chambres de l’internat, mais la mesure la plus spectaculaire reste celle du port du masque. Obligatoires à l’extérieur, et à l’intérieur, les masques sont partout, et apportent de nouvelles contraintes. Sérieux, les secondes ont dû avoir des frayeurs quand ils ont enfin pu découvrir les visages complets de leurs nouveaux amis, vous imaginez ? Il faut aimer les surprises ! Et pour les premières et les terminales, on en vient même à oublier le visage de nos profs…

Après une rentrée hors du commun, c’est donc enfin le moment de faire tomber les masques, et pas que pour deux jours, promis.

Alors que certains voient en ces vacances l’occasion de rentabiliser leur abonnement Netflix et leur plaid au maximum, ou de vider leur playlist « à regarder plus tard » sur YouTube, d’autres sont impatients de retrouver la routine absolument parfaite qu’ils avaient respectée sans aucun écart pendant le confinement et jusqu’à la fin de l’été (snif). Mis à part ça, il se peut que certains individus pleins d’espoir qui croient encore en l’esprit de l’Halloween français, attendent impatiemment le 31 octobre, mais bon… – n’hésitez pas si vous avez besoin d’en parler. Ces vacances sont bien réelles, et vous seul pouvez vous les approprier à votre façon.

Mais qu’est-ce qui nous attend après les vacances ? 

Imaginez. L’entracte est terminé. Nous sommes le lundi 2 novembre, avant 7h50. Heure d’hiver. Alors que vous êtes armés pour affronter le deuxième acte, et que vous sortez dans la nuit, vous vous rendez compte que vous avez oublié votre masque. Vous le récupérez, et vous osez vous projeter dans l’avenir.

Est-ce que nous continuerons à afficher uniquement la moitié supérieure de notre visage en mai ou en juin ? C’est vrai quoi, c’est pratique de pouvoir  cacher deux ou trois boutons par ci par là, mais le mois de mai, paroxysme du printemps, mérite mieux que ça. Après huit mois passés avec ce nouvel élément de votre outfit, arriverez-vous toujours à supporter d’être couvert, avec l’arrivée du beau temps ? (On se rappellera toujours des derniers jours d’été, à la rentrée, qui nous ont bien fait souffrir jusqu’à ce qu’un professeur nous rappelle qu’il y a de quoi relativiser… « On n’est pas à Auschwitz Birkenau. ») Peut-être que chacun d’entre nous aura d’ici là acquis une collection de masques qui matchent parfaitement avec chacun de nos vêtements, certes, mais au-delà de ça, un problème majeur s’impose…

Comment passer le Grand Oral, ou celui de français avec le visage à moitié couvert ? Il semble compliqué de s’affirmer ou même tout simplement de se faire comprendre dans de telles conditions. Le Ministre de l’Éducation Nationale (oui oui Jean-Mi) pourrait donner le droit aux élèves de retirer leur masque le temps de leur prestation, le jour J, car la distanciation sociale sera largement respectée entre les futurs bacheliers et leur jury, mais sachant qu’il n’a apparemment pas donné ce droit aux professeurs, qui sont pourtant à distance suffisamment éloignée de leurs élèves pendant les cours, la question se pose réellement…

Le bac 2021 n’avait pas besoin du Covid-19 pour avoir un caractère inédit et controversé, mais désormais, les enjeux sont multiples. (Les 2003 en sueur)

Alors, dans quelles conditions se déroulera le très fameux bac 2021 ?

LsD

Portraits de champions

Malgré cette période de confinement et de déconfinement, certains n’ont pas tiré de trait sur leurs objectifs, tels les sportifs de haut niveau.
Portraits de jeunes champions qui ont réussi à nous impressionner, comme le gagnant du Tour de France 2020 Tadej Pogacar.

Après s’être imposé à la Planche des Belles Filles…

Photo : Ray Rogers
Commons.wikimedia.org

Le slovène Tadej Pogacar, à 21 ans, devient le plus jeune vainqueur du Tour de France depuis 1904. À l’avant dernière étape il renverse Primoz Roglic, le détenteur du maillot jaune depuis onze jours. Il survole l’épreuve du contre la  montre de la Planche des Belles Filles. Le jeune homme a gagné en tout et  pour tout trois étapes ainsi que trois maillots distinctifs (maillot jaune, maillot blanc du meilleur jeune et le maillot à pois du meilleur grimpeur) sur le grand Tour 2020.

Un nouveau recordman

Armand Duplantis, Photo : Frankie Fouganthin Commons Wikimeida.org

Armand Duplantis, 20 ans, détient deux records du monde en saut à la perche. Le suédois remporte le premier lors d’une compétition en salle en franchissant 6,17 m en février juste avant le confinement. Il efface le record du monde de Renaud Lavillenie et la semaine d’après il saute 6,18 m. Le deuxième record du monde, Armand s’en empare le 11 septembre 2020 avec un saut de 6,15 m en extérieur. Il détrône ainsi Sergei Bubka tenant du titre avec 6,14 m pendant plus de 26 ans.

Un rapide KO

photo : Cristiana Giustino
Commons.wikimedia.org

À 28 ans, le boxeur Tony Yoka est vainqueur par KO de Johann Duhaupas après une minute et 27 secondes. Ce combat de boxe qui devait être déterminant pour sa carrière devient alors le plus bref de sa carrière. Le boxeur est désormais vainqueur de huit combats d’affilée, ce qui est assez loin du boxeur Thaïlandais Wanheng Menayothin (51 victoires) et de Jimmy Wilde (101 victoires d’affilée) ainsi que du Sud-Africain Zolani Tete qui détient le record d’un combat de 5 secondes fini par un KO.

Elle gagne et plante des arbres !

Photo : CHDE.eu
flickr.fr

En surf, Johanne Defay à 28 ans remporte la première place à l’Eurocup à Anglet, compétition n’offrant pas d’argent aux gagnants mais qui reverse de l’argent à une association pour replanter des arbres. C’est aussi la première compétition européenne de l’année, compétition à huis clos, COVID-19 oblige (c’est-à-dire seulement les juges et les surfeurs). La française s’est imposée devant Vahiné Fierro au terme d’un mano a mano ardemment serré, la gagnante s’est alors décidée sur la dernière vague.

Ce sont tous des champions qui ont réussi ces dernières semaines. Aujourd’hui qui dit nouvelle année scolaire dit nouveaux objectifs, malgré des conditions encore bien difficiles… Souhaitons-leur de poursuivre sur leur belle lancée !

Manon Dep.

Le Chlouk’oscope d’automne 2020

Qui suis-je ?  Où vais-je ? …et dans quel état ?
Grâce au Chlouk, voilà enfin des réponses.


Travai
l : Non. Vous n’êtes pas productifs/ives quand vous êtes sur Netflix.
Relations : Non. Les humains ne sont pas tous des réincarnations de Satan.
Loisirs
: Non. Ce n’est pas parce que « défoncer les portes avec sa tête » n’est pas interdit par le règlement intérieur qu’il faut le faire… surtout si c’est pour enfoncer les portes de la cantine.


Travail
: Vous allez devenir millionnaire et peser dans l’game.
Amour : Vous allez trouver le grand Amour et vivre heureux/se toute votre vie.
Spiritualité
: Pas de bol, vous ne croyez pas aux horoscopes…

 

Slogan : L’accent sur la mode, l’accent sur les prix.
Travai
l : Vous lancez un mouvement rebelle pour faire blocus devant le lycée, afin de protester contre l’augmentation des acides gras saturés dans l’huile végétale de coco. Munissez vous de projectiles de qualité, par exemple les Cancers et les Lions.
Santé
: Une vieille connaissance va vous rendre visite. La gastro-entérite. Pensez à vous munir de votre seau.

 

Santé : En phase terminale.
Travail
: Ne vous laissez pas embarquer par les Gémeaux. Leur révolution est totalement pétée. En plus, y’a des frites à la cantoche !
Loisir
: Vous comprendrez enfin comment monter cette étagère Ikea.

 


Nutrition : Vous êtes en conflit avec Mars, et Snickers en profite pour vous devancer.
Trava il
: Vous êtes un vrai boulet.
Ca tombe bien, ils recherchent des trucs à balancer du côté des Gémeaux !
Épanouissement
: Vous n’aurez de cesse de vous nourrir de savoir, d’amour et de tartines craquantes multicéréales riz sarrasin quinoa.

 


Travail
: Un exam’ ? Révisez.
Santé
: De la toux ? Une écharpe.
Tourisme
: Un hôtel ? Trivago.

 


Travail
: Ne vous dispersez pas dans des tâches inutiles, comme l‘organisation d’un génocide à l’échelle mondiale ou le tricotage d’un pull pour votre hamster.
Loisir
: Arrêtez d’aider les béliers !
Relations
: Vos ami(e)s arrêtent de se confier à vous. Méditez sur votre signe.

 
Les natifs du 3e décan
: Les astres m’informent que vous êtes un être suprême et que vous allez dominer le monde.
Les autres
: Vous allez finir au chômage et vous avez de l’herpès.

 

 

Environnement : Le réchauffement climatique ? C’est juste un énorme complot !
Santé
: Vous avez demandé à votre médecin qu’il vous vaccine au gel hydroalcoolique.  Après tout, mieux vaut prévenir que guérir.
Amour
: La position de Vénus par rapport à Jupiter m’informe que Trump est votre âme soeur. Félicitations !


Amour
: Capri, c’est fini !
Santé
: La corne c’est pour bientôt.
Quotidien
: J’arrive pas à trouver Mercure dans votre ciel, un peu de rangement serait le bienvenu.


Feuille : recto.
Loisir
: Peut-être que la cornemuse est un instrument sous-estimé, mais ce n’est pas une raison pour en faire profiter tout le lycée.
Santé
: Vous allez inverser la bouteille d’eau avec le gel hydroalcoolique à la cantine. Dur dur…


Philosophie : Blop.
Travail
: À force de persister, vous allez réussir par tenter de faire. Ça ne veut rien dire, mais ça fait toujours plaisir à entendre.
Santé : Le temps se rafraîchit, votre phrase fétiche va vite devenir « je me les caille » (« Je me l’écaille »… on fait rire comme on peut).

 

 

Signé : Mia, votre voyante bien-aîmée 🙂