18 Mar
2011

Amour en cage de Jean Molla

Treize nouvelles, treize moments intenses avec des personnages singuliers pour dire, à nous lecteurs, que les choses ne sont pas forcément ce qu’elles paraissent être. Histoires courtes donc : nous sommes happés par le récit et plongés dans une fin abrupte sans ménagement. Quelques douceurs, tout de même, de la mélancolie, mais aussi des mots acides pour décrire un quotidien qui dérape, les forces ou les faiblesses de nos semblables.

Une citation de Albert Cohen termine la dernière nouvelle : « Chaque homme est seul et tous se fichent de tous et nos douleurs sont une île déserte. Ce n’est pas une raison pour ne pas se consoler, ce soir, dans les bruits finissants de la rue, se consoler, ce soir, avec des mots ».

Né au Maroc, Jean Molla (que nous avions reçu pour « Sobibor ») habite à Poitiers. Il est professeur de lettres dans un collège ZEP depuis 2000. Il a publié dans la collection Lampe de poche Copie conforme, la fille aux semelles de plomb, Djamila, Que justice soit faite, et aussi Felicidad, Coupable idéal, Le sort d’éternité, tous au CDI.

Posté par emartin le 18 mars, 2011 dans LE MOT DES PROFS | Aucun Commentaire »
 Signaler comme indésirable

22 Fév
2011

Un mal, des mots

Nous avons employé le mot « débat » sur le thème  « Un mal, des mots »  ou la capacité de la littérature à exprimer, partager, résoudre les maux de l’individu ou de la société. Première rencontre des deux classes … D’abord s’accorder sur le sens du mot « débat » : discuter ensemble, donner son avis ou… controverse, polémique, contestation. Exercice difficile : prendre la parole devant les autres n’est pas à la portée de tout le monde (mais peut le devenir !) ;  s’exprimer, se faire comprendre, utiliser les mots qui conviennent, rester zen devant les attaques et ne pas faire du « hors sujet »…

La mise en place est longue. Les débatteurs (plus masculins que féminins) s’assoient face au public, munis de leurs argumentaires préparés avec les enseignants. Premiers échanges sur les mots qui provoquent des sentiments :

  • – livre-thérapie,
  • – livre-évasion,
  • – livre-partage.

MAIS AUSSI

  • – Lecture adjuvant : dénoncer pour faire agir,
  • – Lecture « éducative » (Peine maximale) : prise de conscience,
  • – Lecture/malaise ou lecture/trahison/vérité : selon les partis pris par les auteurs.

Pour certains,  s’identifier à un héros sert à atténuer la souffrance ou le mal-être  (« on se sent moins seul » dit Laurine). La littérature a plus de poids que la parole (Pour Loukian, elle est plus réfléchie, plus élaborée).

Autre thème proche de celui du débat « La fiction sur papier, c’est inoffensif ». Et vous qu’en pensez-vous ?


A bientôt pour une autre discussion !

Posté par emartin le 22 février, 2011 dans LE MOT DES PROFS | Aucun Commentaire »
 Signaler comme indésirable

19 Fév
2011

Débat 4e/3e

Mardi 22 février, de 11h30 à 12h30, les élèves du projet GOODLIRE se retrouveront au CDI avec leurs enseignants de lettres pour un débat sur le thème :

« UN MAL,  DES MOTS »

La littérature est-elle apte à exprimer la souffrance, à trouver des remèdes …

Posté par emartin le 19 février, 2011 dans LE MOT DES PROFS | Aucun Commentaire »
 Signaler comme indésirable

06 Jan
2011

BLOG de Jean-Philippe Blondel

J’ai bien aimé le livre BLOG pour la justesse des mots, des expressions et de l’explication des sentiments du père et du fils.

Le livre donne aussi l’impression que cela peut nous arriver tous les jours et donc pour cela l’auteur fait preuve d’une certaine complicité  avec le lecteur,  qui m’a beaucoup plu.

Pour embêter son père il trouve l’ingénieuse solution de ne plus lui parler, juste de continuer à lui obéir (« car je suis ton fils ») et donc cette idée est très intéressante innovante et amusante. D’habitude,  les héros qui sont des enfants fuguent pour embêter leurs parents et on retombe toujours dans les mêmes choses , alors que là, c’est un peu plus innovant ! Cela donne des idées …

J’ai vécu le livre comme une expérience personnelle de l’auteur, et je trouve qu’il est aussi très intelligent et très humain car ce livre exprime, avec beaucoup de justesse je pense, avant tout une relation père/fils où chacun, à sa manière,  livre ses secrets : pour le père, sous la forme d’archives et de journaux intimes (preuves à l’appui), et pour le fils dans un blog.

3ème

Posté par the-great-druide le 6 janvier, 2011 dans Non classé | Aucun Commentaire »
 Signaler comme indésirable

16 Nov
2010

« BLOG »

Coup de coeur des libraires, des internautes, BLOG, avec son titre court, accrocheur, son gros plan d’ado sur la couverture  fait penser, d’emblée, que ce sera un titre pour vous, public de 4e/3e. Même si, dans votre actualité, facebook a remplacé vos blogs skyrock, la fonction est la même quand Jean-Philippe Blondel dit :  « le blog, ça te donne l’impression d’exister et d’être puissant, et de là à te prendre le melon,  il n’y a qu’un pas ! – surtout quand ceux qui lâchent des coms ne font que te brosser dans le sens du poil ».

L’auteur est prof d’anglais à Troyes depuis 20 ans. Depuis son premier roman en 2003 « Accès direct à laplage » il a écrit Juke Box et Passage du guéla baby-sitter,  Au rebond

HISTOIRE D’UNE PUBLICATION

http://www.dailymotion.com/video/xcrkpe

« L’histoire est belle, les relations entre un père et son fils qui se renouent par l’intermédiaire de l’écriture, la distance qui s’est peu à peu installée à l’adolescence semble s’évanouir entre l’adulte qui a quitté ses rêves d’ado et l’ado qui devient jeune adulte. Ce texte est un formidable témoignage d’une vie somme toute assez banale. Peu d’actions exaltantes, pas de rebondissements explosifs, les textes de Blondel nous parlent de notre vie simplement, avec une grâce et une sincérité finalement assez rare. » (Notre libraire Simon de M’lire).

« Je crois que je n’ai jamais mis autant de moi dans un livre » dit l’auteur.

A vous de nous donner vos impressions sur ce livre amis lecteurs ?

Posté par emartin le 16 novembre, 2010 dans LE MOT DES PROFS, Romans | Aucun Commentaire »
 Signaler comme indésirable

24 Sep
2010

Nouveau projet 2010-2011 : GOODLIRE

Les trois enseignants qui ont contribué au projet « défi-lecture »,  l’an dernier,  ont élaboré un nouveau projet pour donner (ou redonner) le goût de lire à des élèves de 4e et de 3e. Choix plus réduit de livres : sept romans de qualité et deux recueils de nouvelles(voir l’onglet GOODLIRE) qui serviront de base à :

– un travail de réécriture et d’adaptation pour la conception de romans-photos et/ou de vidéos dans lesquels les élèves aborderont différents domaines et supports,

mais aussi :

  • – l’étude de nouvelles (nouvelles à chute…),
  • – l’organisation de débats,
  • – la rédaction d’articles sur ce blog,
  • – la visite d’un auteur,
  • – l’intervention d’un photographe et/ou d’un comédien,
  • – des prolongements divers en arts plastiques et éducation civique.

Il vous sera demandé de tenir un CARNET DE LECTURE : il contiendra des passages des livres que vous avez aimés, des éléments biographiques, des photos, des collages inspirés par vos lectures, vos rencontres, vos expériences… Les enseignants se gardent le droit  de modifier ou supprimer certains objectifs en fonction de l’avancée des étapes de réalisation du projet. Compte tenu de la phase de lecture qui démarrera en octobre, l’actualité de ce blog ne fera l’objet que de quelques articles. A bientôt !

Posté par emartin le 24 septembre, 2010 dans LE MOT DES PROFS | Aucun Commentaire »
 Signaler comme indésirable

27 Mai
2010

interview

Nos frères anglais ont créé le mot « interview » à partir du mot français « entrevue », puis nous leur avons emprunté ce mot pour désigner une entrevue au cours de laquelle un journaliste interroge une autre personne. L’interview instaure donc un lien de fraternité linguistique entre nos deux peuples. Ce genre non littéraire implique la maîtrise de la question ouverte et par conséquent de l’interrogation partielle. C’est un genre oral qui demande à chacun des participants d’être à la fois réactif, spontané et réfléchi, ce qui n’est pas toujours simple à concilier. Comme vous allez pouvoir le constater, les élèves se débrouillent plutôt bien dans cet exercice qui leur plaît beaucoup. Ils nous livrent ici leur point de vue concernant lirnetupas.  Image de prévisualisation YouTube

Posté par philpi le 27 mai, 2010 dans Non classé | Aucun Commentaire »
 Signaler comme indésirable

27 Mai
2010

Des élèves accrobranchés

On pourrait penser qu’il s’agit d’un casting pour le tournage d’une nouvelle version de Tarzan ou peut-être d’un entraînement commando pour entrer à l’école du légionnaire. Mais il n’en est rien. Nos élèves sont tout simplement des sportifs enthousiastes, des acrobates accrobranchés. Ils aiment en découdre avec le vide et la gravité, éprouver la grisante sensation de transgresser les limites du craintif instinct de survie. Et si parfois l’un d’entre eux éprouve une peur naturelle devant l’obstacle, on ne se moque pas, mais on encourage; on ne s’énerve pas, mais on patiente. Ce jour-là il y avait dans les arbres des jambes et du coeur. Pour preuve, je vous invite à regarder la pièce jointe.

Image de prévisualisation YouTube

Philippe Pineau

Posté par philpi le 27 mai, 2010 dans LE MOT DES PROFS | Aucun Commentaire »
 Signaler comme indésirable

20 Mai
2010

L’accro-branche : récit de Sarah

singesAllez ! c’est parti pour une journée de rigolade, en train de regarder des gens hurler de peur, d’autres de frimer sur les parcours pour finalement tomber ! Dans le car, tout le monde rigole et s’amuse, puis l’on attend une heure pour mettre l’équipement. D’accord, au final, c’est Amélie qui m’a aidée à le mettre car je ne suis pas douée.

Anaïs, Amélie et moi, avons commencé par le parcours bleu, moi j’étais la première à passer et Amélie avait peur de tomber. Aussi, pendant que nous faisions les singes, M. Tacnet nous prenait en photo comme si on était des stars ! ?Remarquez, on en est, non ? A chaque fois qu’on devait faire la tyrolienne, on criait : BANZAIIIIII ! On était écroulé de rire ! A la fin du parcours, qu’est-ce qui nous attendait … ? A votre avis, si je vous dis… TARZAN ! ? Oui, vous avez bien compris, on devait faire le saut de Tarzan. Sauf qu’Amélie a abandonné à ce moment-là. Et moi, j’hésitais à le faire, mais Anaïs, non ! Elle disait qu’on n’avait pas fait tout ce parcours pour s’arrêter là ! Alors, je lui ai dit de passer devant moi. Et elle a très bien réussi. Alors que c’était mon tour, j’ai passé dix minutes à râler, car j’étais morte de trouille. Mais après tout, si Tarzan peut le faire, pourquoi pas moi ? Alors, je me suis élancée en criant  comme jamais.

Après ce moment INTENSE (OUI, J’EN SUIS SORTIE VIVANTE !) j’étais très en colère. Vous vous demandez pourquoi… ? Eh bien, parce tout le monde a pu faire les singes deux ou trois fois et Anaïs, Amélie et moi qu’une fois ! Enfin bon, je pensais à l’après-midi et je me suis dit que ça n’était pas aussi grave que ça ? !

Après-midi : En avant pour l’aventure ! Se balader dans la forêt et répondre aux questionnaires  ! Tout allait hyper-bien jusqu’au moment où… SUSPENSE… NOUS NOUS SOMMES PERDU ! Enfin pas vraiment, mais on avait pris le mauvais chemin, on est revenu sur nos pas, et on n’a pas trouvé. J’avais très mal aux pieds et je ne voulais qu’une chose, encore manger ! oui, je sais, moi je ne pense qu’à manger, alors qu’on est en pleine forêt en train de répondre à des questions… Personnellement j’ai bien aimé cette journée, on s’est amusé avec nos amis singes, et on a gagné une journée sans cours !

Oh, et on a gagné autre chose aussi…

DES COURBATURES LE LENDEMAIN !

Sarah Bellec 5C

Posté par emartin le 20 mai, 2010 dans Non classé | Aucun Commentaire »
 Signaler comme indésirable

18 Mai
2010

Remise de prix

Comme prévu, cette année de défi-lecture se clôturera par la remise de récompenses aux équipes qui ont totalisé le plus de points, aussi bien dans les questions inter-classes que lors du rallye au Bois de l’Orbière. Tous les participants sont invités à se rendre au CDI,

vendredi 21 mai à 15 h 35

en présence des enseignants. A bientôt !

Posté par emartin le 18 mai, 2010 dans LE MOT DES PROFS | Aucun Commentaire »
 Signaler comme indésirable