Le commentaire organisé: trouver des axes de lecture

Le commentaire organisé est l’exercice d’écriture qui séduit de plus en plus d’élèves. De fait, l’avantage de ce type d’écriture est de reposer exclusivement sur un texte issu du corpus contrairement à la dissertation ou à l’écriture d’invention.

L’exercice en lui-même n’est pas si difficile que cela mais il nécessite, cependant, une bonne maîtrise des outils d’analyse littéraire, ceci dans le but d’éviter l’écueil majeur: la paraphrase.

Sinon, son caractère rigoureux est une chance pour qui ne sait pas toujours bien organiser ses réflexions.

En fait, la principale difficulté tient au fait de trouver ces fameux axes de lecture. Le tout n’est pas d’être original mais de rendre compte d’une lecture approfondie du texte pour mettre en valeur ce qui en constitue l’intérêt d’un point de vue littéraire et, par conséquent, en justifie son étude.

D’ores et déjà, on peut dire que sa place dans un corpus lui confère du sens. C’est pourquoi la (ou les) question(s) sur le corpus en première partie de l’épreuve peut (peuvent) vous orienter. Seulement ceci ne saurait constituer l’ensemble du devoir. Sinon, quel serait l’ intérêt de vous proposer un second exercice?

Aussi, le seul moyen, à mon sens, pour bien réussir  ce type d’écriture est de procéder, dans un premier temps, à une lecture linéaire avisée dans le but de repérer les procédés d’écriture et de constituer des axes et des sous-axes.

Pour ce faire, rien de tel que l’élaboration d’un tableau. En voici deux ayant le même esprit. A vous de voir lequel vous satisfait le plus.

Citations

Procédés

Interprétation du procédé

 

 

 

Dans la première colonne, vous allez recopier des expressions du texte en prenant soin de bien noter la ligne ou le vers. La seconde colonne va mettre en évidence tous les procédés d’écriture (lexique, figures de style, type de phrase…). Quant à la dernière, elle a pour but de donner un sens au procédé et non pas à la seule citation. En effet, pour éviter la paraphrase, votre analyse ne doit pas commencer par l’expression « ici, l’auteur dit que… »!

L’intérêt de ce premier tableau est qu’il vous permet d’exploiter tout le texte. L’inconvénient est qu’il est parfois difficile d’y repérer certains procédés comme l’antithèse, le parallélisme…qui peuvent s’étendre sur plusieurs phrases. Du coup, il convient de le construire en étant toujours vigilant à ce qui précède.

Le deuxième tableau permet d’éviter ce problème et  d’orienter la recherche des procédés. Son inconvénient est qu’il nécessite parfois de nombreuses lectures du texte alors que le temps vous est compté!

 

citations

procédés

interprétations

Lexique

 

 

 

 

Enonciation

 

 

 

 

Type de phrase

 

 

 

 

Verbes

(temps et mode)

 

 

 

 

Figures de style

 

 

 

 

Si le texte à étudier est un poème, il convient, en outre de repérer tous les procédés spécifiques à ce genre (rythme -rejet, contre-rejet, enjambement…- et sonorités-rimes, allitération…-). A noter tout de même qu’il n’est pas exclu que cette recherche soit aussi intéressante dans un autre genre!

Après ce premier travail, il faut focaliser votre attention sur la colonne « interprétation ». De fait, en fonction des éléments qui reviennent, vous pourrez isoler les idées fortes (constituant les sous-axes) pour ensuite les réunir en axes.

Voici l’exercice que j’ai proposé à mes élèves. A vous de vous entraîner!

Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz chantant mes vers, en vous émerveillant :
« Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle. »

Lors vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s’aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre, et fantôme sans os
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie

Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1578, II, 24 

citation

procédés

interprétation

« Quand vous serez »

Proposition subordonnée de temps, verbe au futur, pronom personnel de 2ème pers.

Introduit le tableau, avenir de la destinatrice

« bien vieille »

 

 

 

Insistance sur l’âge, pesanteur

« au soir »

 

Réalisme mais aussi image de la fin de la vie = poncif de la littérature qui associe la journée, les saisons et la vie

« à la chandelle »

CC Manière

 

 

 

« assise auprès du feu »

Participe passé et CC de lieu

Fatigue, défaillance physique (besoin de bien s’éclairer pour voir)

« dévidant et filant »

Participes présents, rythme régulier

 

 

.

« direz »

 

 

Autre activité d’Hélène

« chantant mes vers »

Participe présent, adj. possessif

Rôle du poète, célébration

« en vous émerveillant »

gérondif

 

 

 

« Ronsard »

Nom du poète, discours direct

Signature, vit dans les mémoires, célébration du poète lui-même

« me célébrait »

 

Inversion des condition, nostalgie du passé

« du temps que j’étais belle »

Subordonnée de temps, imparfait

 

 

 

 

« Lors vous n’aurez servante oyant telle nouvelle »

Proposition principale, négative

Tableau du futur, Expression de la solitude

« Déjà »

 

 

Précipitation du temps

« sous le labeur à demi sommeillant »

Cause et manière

 

 

 

« au bruit de Ronsard »

Expression de la cause, nom du poète

Célébration du poète et de sa poésie

« qui […] ne s’aille réveillant »

 

 

 

Poète qui rend actif

« bénissant votre nom »

Participe présent, lexique religieux

 

 

« de louange immortelle »

CC de moyen, lexique religieux

Moyen de qualifier la poésie et d’encenser son rôle.

« Je serai sous la terre »

 

 

 

Ronsard envisage son avenir après la mort

« et fantôme sans os »

Champ lexical de la mort

 

 

 

« par les ombres myrteux »

CC de lieu, lexique appartenant à la tradition latine

 

 

 

« je prendrai mon repos »

 

 

Sorte d’activité douce et non subie

« vous serez au foyer »

Opposition avec ce qui précède, futur, CC de lieu

Pas de changement d’état d’où monotonie

« une vieille accroupie »

G.N constitué d’un adjectif substantivé

 

 

 

« regrettant »

Participe présent

 

 

«mon amour et votre fier dédain »

C.O.D

Nostalgie à l’égard de l’amour du poète, regret de n’y avoir répondu, accusation pour l’attitude d’Hélène

« Vivez »

 

 

Immédiateté, conseil

« si m’en croyez »

condition

 

 

 

« n’attendez à demain »

Impératif et CC de temps

Conseil qui se fait plus pressant

« dès aujourd’hui »

 

 

 

Caractère d’urgence

« Cueillez […] les roses de la vie »

 

 

 

 

Carpe diem d’Horace, symbole de fragilité et de beauté mais aussi caractère éphémère

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.