Cette rubrique recueille vos poèmes, si le coeur (de blogueur) vous en dit :  

 HAÏKU DU CIRQUE 

La souplesse es dangereuse, 

Comme le feu, 

Mais elle est prestigieuse !!! 

   

L’humour est important, 

Comme l’amitier, 

C’est pour sa qu’ils forment une équipe!!! 

   

Le silence est très important, 

Pour entrer en poésie, 

Grâce à ça tout est réussi!!! 

   

Sous ce chapiteau, 

Les artistes jouent leur numéros, 

Les gens heureux, applaudissent!!! 

   

  LE JARDIN ROSE  

Le jardin était rose,
Sous la neige;
Des pétales de roses,
Dans l’horizon de l’Italie  

un secret  

je te vois  

je te vois mon petit chat
je te vois avec tes oreilles douces
qui ne cessent de bouger
je te voir dans mes cahiers
que tu es venu gratter  

Noémie  

Les couleurs de la France  

Le ciel c’est bleu.
Les nuages c’est blanc.
Les roses c’est rouge.  

Ce qui fait bleu blanc rouge…  

   

Ma soeur de poésie  

Elle écrit, mon amie
Des mots de poèsie
Traversant l’océan
De sa plume d’argent  

Ses petits vers fragiles
Oui son âme scintille
Ont allumé mon coeur
D’une douce lueur  

Dans son ciel étoilé
J’ai appris à voler
Vers l’or de son aura
Je marche pas à pas  

On du même sang
celui des coeurs battants
Des vers en continu
Où l’on se met à nu  

Sur nos cahiers bleutés
Nos mots entrelacés
Scellent les sentiments
Sur les pages du temps  

Morgane 6ème A  

Miss Fou-rires publie ce haïku :  

Le magnifique sourire,
   De la vie,
   M’emporte loin d’ ici  

                         
                            MYSTERE  

   

 Très bel acrostiche écrit par Teddy, en 4ème :  

Viens me serrer, te fondre en moi,  

Avec toi tout semble plus gai  

Ne vois-tu pas que je suis là ?  

Etourdis par l’odeur des blés  

Séparés, nous, invraisemblance !  

Saveur du soir à l’horizon  

Adorons-nous sans turbulence   

 Vanessa (dont il est question dans l’acrostiche de Teddy), en 4ème, publie ces deux poèmes de sa composition :  

 LA FEUILLE D’OR  

La Feuille d’or
Tombe du vieil arbre
De ma grand-mère
Je cours l’attraper
Sous la pluie battante
De l’automne
Elle est sauvée
Du drame
Et maintenant
Elle repose en paix
LE PHARE  

Sur la colline dominante,
Se dresse un phare
Qui illumine les bateaux de nuage
Qui naviguent sur les vagues
Du bleu du ciel  

Haïkus de nos Poètes de Cinquième :  

    

                      La glace fragile et fine  

                              Douce et légère  

                              Tiède et transparente va fondre               

                                                                        Manuel  

                   Les vagues agitées                     

Caressent les plumes douces                     

Des mouettes perdues                                                                     Manuel  

 

   

 

   

 

   

 

   

 

   

 
   

                   Un point blanc dans l’océan  

                   Un petit bateau   

                   Le bleu de l’azur domine                                       

                                                                       Clifford  

                                La plume flotte  

                                Sur le vent tiède de l’été   

                                Sinon que de silence   

                                  Le vent emporte  les vagues                                    

                                   Sur les collines des phares                                   

                                     Sinon que de silence                                                             Tony  

                                    Tout est sombre

   

                                   Seule la lumière du phare
                                   Eclaire cette nuit noire
                                   Le phare flotte
 
                                   Les reflets dérive
                                   Nous ne les verrons plus        

  

                                                      Tony