Concours de photos

Bonjour, nous sommes deux amatrices de photographie, Siegrid et Léna, et nous voulons partager une petite partie des clichés que nous avons eu l’occasion de prendre. Aujourd’hui nous avons sélectionné cinq photos chacune sur le thème « coucher de soleil en campagne ». Nous avons également décidé de poster régulièrement des photos sur ce blog, mais pas seulement les nôtres! Nous ferons des sondages sur le compte instagram du journal pour que vous puissiez nous envoyer vos photos. Il y aura certainement un jury créé pour élire les plus beaux clichés. Nous espérons que cette première sélection aux couleurs vives vous plaira!

Léna Scheer, Siegrid Fontaine.

L’avez-vous vu ?

bâtiment D en face de la salle 202.


Dans la semaine du 11 au 15 janvier l’affiche
Oliver Twist, un film de Roman Polanski a été
dégradée, avec du papier toilette mouillé et des coups
de crayon. Né le 18 août 1933 à Paris sous le nom
Raymond Thierry Liebling. Le cinéaste Roman
Polanski est reconnu comme l’un des plus talentueux
cinéastes du monde. En effet le réalisateur a reçu
cinq césars du meilleur réalisateur entre 1980 et
2020, un Ours d’or en 1966, une palme d’or en 2002,
l’oscar du meilleur réalisateur en 2003 et pour finir le
grand prix du jury de la Mostra de Venise pour
J’accuse ​ en 2019.

Néanmoins, le cinéaste est aussi connu pour
ses nombreuses accusations de viol. Il est tout
d’abord accusé en 1977 aux Etats-Unis d’abus
sexuels sur mineur, la victime? Samantha Gailey, elle
avait 13 ans lors des faits. Roman Polanski a été
reconnu coupable d’avoir eu des rapports sexuels
illégaux avec une mineure. Cependant beaucoup d’affaires et d’accusations sont sorties du silence comme l’accusation de Charlotte Lewis. En mai 2010, lors d’une conférence de presse à Los Angeles, l’actrice britannique Charlotte Lewis y accuse le réalisateur d’avoir “abusé sexuellement” d’elle lors d’un casting en 1983, elle n’avait que 16 ans.

Les accusations ne cessent de s’enchaîner. Aujourd’hui elles sont au nombre de six en comptant Charlotte et Samantha, elles étaient toutes mineures. Roman Polanski n’est passé qu’ une fois devant le juge, pour l’affaire de Samantha. Suite à ces nouvelles, des élèves avaient demandé à ce que les affiches des films de Polanski soient retirées.
Ce vandalisme aurait-il un lien avec le réalisateur?

Boreal.

Culture’n’Thé – Unis – Cité

Bonjour à tous,

Cette année, au sein de l’établissement, plus précisément à l’internat, se déroule des ciné-débats avec une équipe associative : Culture’n’Thé.

Inès, Jordan, Sarah et Antoine sont un groupe de 4 volontaires effectuant un service civique au sein de l’association Unis – Cité et organisent plusieurs types d’évènements dans les collèges et lycées du Morbihan, ceci permettant d’aborder plusieurs thèmes tel que l’homophobie (sujet discuté durant la première séance).

Ces 4 jeunes viennent de bon cœur débattre avec nous le soir de 17H45 à 19H afin de comprendre chacun de nos points de vue après le visionnage d’un ou plusieurs films ou court-métrages choisis au préalable par mes soins.

C’est un concept intéressant permettant de mobiliser un maximum de jeunes engagés ou non souhaitant s’informer, apprendre et s’exprimer sur des phénomènes touchant tout le monde et tout particulièrement la société.

Ce genre d’action est bénéfique pour chacun d’entre nous et espérons que ces rendez-vous continueront de croître.

C’est un moment culturel de plaisir et de détente à partager.

Tabard Manon TG2, Responsable ciné-débats.

Ma fille, mon enfant

Ma fille, mon enfant est une bande dessinée de David Ratte parue le 29 janvier 2020. Cette œuvre très touchante, narre l’histoire d’une famille (française provinciale), plus particulièrement de la relation, déjà fragile, d’une adolescente avec sa mère, qui va se dégrader lorsque celle-ci apprend que sa fille est tombée amoureuse… d’un jeune homme arabe.

L’histoire débute ainsi: Chloé, une lycéenne en classe de terminale, annonce à sa mère Catherine qu’elle a un petit ami. Cette nouvelle, qui devrait réjouir celle-ci, au contraire ne l’enchante pas du tout. Le jeune garçon se nomme Abdelaziz et il est d’origine maghrébine , ce qu’elle n’accepte pas, puisque même si elle le nie, Catherine est raciste. A partir de cet instant et tout au long de l’ouvrage, cette dernière va s’opposer à cette relation et va jusqu’à tenter de séparer les jeunes amoureux. Les liens entre Chloé et sa mère ne vont alors cesser de se dégrader et lorsqu’un drame bouleverse le cours de l’histoire, leur relation en ressort complètement brisée, et le peu de communication qui demeurait, rompue…

Cette bande dessinée raconte le quotidien, la « vraie vie » d’une famille contemporaine, une histoire simple avec un scénario plutôt classique mais qui nous pousse à nous questionner sur des sujets très actuels tels que le manque de tolérance d’une France ,qui, marquée par les attentats, est parfois encore profondément raciste et islamophobe. Les planches, au style plutôt réaliste, se succèdent avec fluidité. Tous les personnages sont très attachants, même Catherine qui, malgré son racisme non assumé, son manque de compréhension et des paroles blessantes ,reste avant tout une mère dépassée par la situation, et qui, maladroitement, tente de recoller les morceaux. Cette bande dessinée est pleine de tendresse et l’auteur y apporte avec subtilité quelques touches d’humour qui allège le côté dramatique de l’histoire.

Pour ma part, cette nouveauté littéraire m’a beaucoup plu. Après l’avoir lu d’une traite, sous le charme du trait sobre et simple du dessinateur, je me suis beaucoup questionnée… En effet, étant du même âge que Chloé, je me suis mise à sa place, et me suis interrogée sur la façon dont auraient réagi mes parents dans la même situation. C’est pourquoi je pense que cette bande dessinée-que vous pouvez d’ailleurs emprunter à la médiathèque de Questembert- pourrait être lue tant par des adolescents que par leur parent, et pourquoi pas mener à des discussions enrichissantes et, à mon avis, importantes de nos jours.

Quellard Lucie

 

¿Quién es Cristina?

Cristina es la auxiliar de conversación de las clases Euro y de Terminales. Con la clase Euro de Terminale, le hicimos preguntas.

Cristina con Gwendal y Eflamm

Gwendal : ¡Hola! Para empezar, ¿Puedes presentarte?

Cristina : ¡Hola! Me llamo Cristina López-Acién y soy auxiliar de conversación

G : ¿De dónde vienes?

C : Vengo de Almería, una provincia de Andalucía.

G : ¿Por qué has venido a Francia?

C : He venido a Francia para mejorar mi francés.

G : ¿Te gusta Francia?

C : Sí. No pude realmente visitar por el covid pero me gusta este país.

G : ¿Qué prefieres en Francia?

C: Diría que son el pan, los dulces y las crepes.

G : ¿Te gusta el instituto?

C : Sí, la manera de trabajar es agradable.

G :¿Qué prefieres en este trabajo?

C : Creo que es el progreso de los alumnos.

G : Gracias por responder mis preguntas. ¡Adiós!

C: De nada, ¡Adiós!

Una entrevista a Cristina por Gwendal

p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 115% }

Des élèves du lycée MB diplômées dans la langue de Cervantes

Le 18 décembre 2020, L. GRU

Des élèves de terminale de la Section Européenne espagnole

En mars 2018, 10 d’élèves de notre lycée passaient un examen en langue espagnole : le DELE(Diploma de Español como Lengua Extranjera). Ces élèves sont aujourd’hui en Terminale et elles viennent enfin de récupérer leurs diplômes. C’est un diplôme officiel qui atteste de différents niveaux de compétence et de maîtrise de la langue espagnole (A2 et B1). Il est délivré par l´Institut Cervantes au nom du Ministère espagnol de l´Éducation et de la Formation Professionnelle.
Leurs professeurs d’espagnol les félicitent vivement.

Lettre du père Noël

Bonjour,

C’est vous qui avez l’habitude de m’écrire, mais cette fois c’est à mon tour de le faire !

Je sais que tout se prépare pour mon arrivée.
Dans les rues on entend les chants de Noël le plus souvent exaspérants, et j’ai même entendu qu’à Vannes des habitants ont carrément coupé les fils des enceintes ! Sans justifier cette violence on peut néanmoins la comprendre. Car il n’existe qu’un disque de Noël, et il est indispensable : « A Christmas Gift For You » de Phil Spector. Le seul où les carillons sont authentiquement ceux de mon traîneau, le seul où les bruit de sabots sont réellement ceux de mes rennes ! Juré !

Dekoikilsagi ? Phil Spector est un musicien américain de génie apparu à la fin des années 50. Il crée une véritables écurie d’artistes pour qui il compose et surtout qu’il enregistre en mono avec des orchestrations très chargées d’une façon reconnaissable entre mille et que l’on appelle le « Wall of Sound » !

Phil décide en 1963 d’enregistrer un disque de Noël, véritable chef d’œuvre du genre. Mais manque de chance le 22 novembre est assassiné John Fitzgerald Kennedy. L’ambiance n’est donc pas à fêter Noël pour les américains. Le disque n’a ainsi pas le succès escompté. Mais presque soixante ans plus tard d’aucun(e)s n’imaginent même pas décorer le sapin sans écouter ce disque, d’aucun(e)s n’imaginent même pas l’écouter autrement qu’en vinyle ! Mais bien évidemment ils se trouve aussi sur les principales plateformes de streaming.

Alors bonne écoute !

Un cadeau supplémentaire sera déposé dans les chaussures de ceux qui l’auront écouté, parole de Père Noël !

Bon Noël à tous !

                                                                   Signé : le Prère Noël

P.S.1 : Ah oui, Phil Spector devrait encore passer un Noël en prison pour une sordide affaire de meurtre…

P.S.2 : Ah oui, voici aussi une chouette vidéo où on me voit chanter avec les merveilleux Drifters, groupe soul des sixtees. Chaque année ça me fait rire et pas que dans ma barbe !

Ne jetez plus vos livres… Détournez-les en objets créatifs !

Votre bibliothèque regorge de vieux livres, mais vous ne souhaitez pas vous en débarrasser pour autant ? Bien sûr, vous pouvez les donner à des associations ou même à la bibliothèque de votre ville, mais vous pouvez aussi les transformer en objets déco ! Collage, découpage, tout est possible avec un peu d’imagination !

Le CDI accueillera, au mois de janvier, une exposition d’objets réalisés avec des livres usagés destinés au recyclage.

Un vote sera organisé pour élire la création la plus originale.

Apportez vos réalisations avant le 8 janvier au CDI.

https://www.neozone.org/culture_geek

Les crocodiles

« Les crocodiles », BD de Thomas MATHIEU, éditions Le Lombard

Aujourd’hui petite présentation d’un livre que j’ai adoré : « Les crocodiles » !

Il s’agit précisément d’une bande dessinée de Thomas MATHIEU.

Super impliquée dans la cause féminine, elle dénonce le machisme et le harcèlement de rue à partir de témoignages.

La lecture est simple, prenante, et en plus la bande dessinée est disponible au CDI !

C’est une bande dessinée QUI DONNE LA PAROLE AUX FEMMES, mais qui s’adresse à tout le monde. La caricature des hommes permet à tous de se mettre à la place des femmes, et ça c’est super important !

Les histoires sont racontées SANS JUGEMENT : la bande dessinée est un réel cadre de bienveillance qui nous ECOUTE. Un des buts premiers c’est de sensibiliser, d’écouter les victimes, de prendre conscience quoi ! C’est la réalité qui est décrite. Les témoignages sont décrits sans aucun artifice.

C’est un vrai guide de secours ! Les agressions et le harcèlement de rue sont dénoncés, mais on nous fait aussi part de conseils pour agir, se défendre… L’auteur finit sur une note positive, d’espoir et nous fait comprendre que ce n’est pas insurmontable !

Agir en tant que témoin, victime, la situation post-agression souvent laissée de côté en passant par des conseils aux crocos… L’auteur parle de tout avec détails.

Et en plus de tout ça… la bande dessinée nous propose définitions et analyses complètes de termes et phénomènes importants : la domination masculine, pourquoi caricaturer les hommes, pourquoi le harcèlement de rue est-il si grave (il est bon de le rappeler),…

Tout cela nous permet de mieux comprendre le sens et le but du livre, mais surtout de mieux comprendre le sujet : d’où ça vient, à cause de quoi, de qui, comment faire pour l’effacer de notre société.

« Les crocodiles » c’est donc un livre à dévorer !

Cloé Collomb

Les midis littéraires

Les midis littéraires, ou l’excursion au cœur de la littérature

Les midis littéraires, organisés à l’initiative de Madame Carrer, professeur de Lettres et de Madame Gourlay , professeur documentaliste, ont lieu plusieurs vendredis dans l’année lors de rendez vous fixés à l’avance. Ils sont l’occasion pour ceux qui le souhaitent de se retrouver au CDI autour d’un pique nique (fourni par le service de restauration), dans une ambiance simple et chaleureuse, afin de discuter lecture. Étant moi-même une amoureuse de littérature, j’ai décidé de m’y rendre pour la première fois cette année…Retour sur cette agréable découverte.

Malgré cette période chamboulée par cette (trop) célèbre Covid-19, les midis littéraires ont pu être maintenus dans le respect du protocole sanitaire, et la première rencontre s’est tenue ce vendredi 6 novembre au retour des vacances.

Au moment de la pause méridienne (de midi 15 à treize heures 15), un petit groupe de lecteurs s’est réunit le temps d’un repas, tous désireux de partager leurs expériences de lecture, mais aussi envieux de s’ouvrir à des univers littéraires qu’ils leur sont moins connus. Durant ce moment de partage, chacun fût libre de présenter une ou deux œuvres littéraires de son choix. Du roman en tout genre à la poésie, en passant par la BD, cela s’apparentait à un véritable voyage au cœur de ce que l’on pourrait appeler « Le monde infini du livre ».

En questionnant quelques-uns de ces amateurs de lecture, j’ai pu remarquer que tous appréciaient ces moments pour des raisons très similaires qui sont les suivantes :

« C’est toujours plaisant de pouvoir donner aux autres l’envie de lire un de nos coups de cœur et de pouvoir par la suite échanger sur ses expériences de lecture ».

«  C’est une superbe initiative. C’est convivial et on échange avec d’autres personnes en dehors d’un cadre purement scolaire.»

« Ces moments de partage me donnent envie de découvrir de nouveaux horizons que nous offre la lecture. »

En résumé, pour eux (comme pour moi) le midi littéraire est un parenthèse, conviviale et pleine de bienveillance, qui donne la possibilité de découvrir les personnalités de chacun à travers les œuvres qui leur sont chères.

Il faut donc dire que c’est une franche réussite pour les instauratrices de cette nouvelle tradition qui, par la création des midis littéraires, voulaient donner la possibilité aux élèves de parler lecture dans une atmosphère plus légère et détendue que celle d’une salle de classe où le temps manque toujours.

Enfin, pour moi, toute nouvelle membre de ce petit cercle, cette expérience fut très enrichissante. Premier « salon littéraire » auquel j’assistai, je peux sans aucun doute assurer que ça ne sera pas le dernier: j’aurais presque aimé (même sûrement) que cela dure encore. Ce temps de partage m’a permis de découvrir ou redécouvrir des œuvres littéraires toutes plus alléchantes les unes que les autres. C’est une grande source d’inspirations pour mes prochaines lectures !

De plus en ces temps compliqués qui bouleversent nos vies, ces petits instants de partage permettent de s’échapper d’un quotidien (scolaire entre autre, mais pas que) parfois pesant.

Ps : Il est également important selon moi de souligner qu’il n’y a en aucun cas besoin d’être un grand lecteur pour participer aux midis littéraires !! Quellard

Quellard Lucie

«Le cercle des joyeux lecteurs » ( ou plutôt devrais-je dire « des joyeuses lectrices »: où êtes-vous messieurs ? )