L’usine d’après Leslie Kaplan

     L’excès-L’usine est un roman contemporain de Leslie Kaplan. Elle est née à New-York en 1943, elle a été élevée à Paris par une famille américaine mais elle écrit ses livres en français. Après des études de philosophie, d’histoire et de psychologie, elle travaille deux ans en usine et participe au mouvement de Mai 68 (révolte étudiante parisienne qui gagne peu à peu la France et le monde ouvrier).
Elle commence à publier des livres en 1982, notamment avec son livre L’excès-L’usine.

Dans cet ouvrage, l’auteur plonge le lecteur dans l’univers de l’usine, univers qu’elle connait bien pour y avoir travaillé pendant deux ans.                                                                    Au fil de la lecture, il ne semble n’y avoir plus qu’un univers, celui de l’usine, dans laquelle on  vit jour et nuit. Elle est le poumon des ouvriers : <<On est dedans, dans la grande usine, celle qui respire pour vous.>> (page 11)                                                                 De plus, son écriture, proche de la poésie, est faite de mots simples et de phrases courtes qui créent un rythme saccadé, propre à l’usine :
<<On est dans l’usine, on va.                                                                                                   On se déploie, on avance.                                                                                                       On bouge un peu la pensée.>> (page 25)                                                                                      Enfin, en optant pour le pronom personnel indéfini « on », l’auteur donne à son texte un caractère universel : tout le monde peut se reconnaître dans cet univers que l’on a côtoyé de près ou de loin : <<On est debout devant une chaîne de biscottes. L’atelier est à côté du four, il fait très chaud. On ramasse une rangée de biscottes, on l’empile dans un sac. La chaîne passe. On remplit le sac. Les doigts sont écorchés par le grain des biscottes.>> (page 35)                                                                                                                                                   En conclusion, ce livre est à recommander pour mieux comprendre ce que vivent les ouvriers dans cet univers qu’est l’usine.

2 thoughts on “L’usine d’après Leslie Kaplan

  1. Je suis tout a fait d’accord avec ton analyse. Ce que Leslie Kaplan veut faire apparaître ce n’est qu’un seul univers celui de l’usine faisant référence à une prison comme si l’usine respirait à notre place. Comme a la page 11 ou elle dit «La grande usine univers, celle qui respire pour vous […] Tout l’espace est occupé: tout est devenu déchet. La peau, les dents, le regard.»
    J’ai remarqué comme toi que le rythme saccadé du style d’écriture de Leslie Kaplan donne un aspect robotique au personnage. Comme à la page 47 ligne 10 à 11 «elle est là sur sa chaise. Jupe et tricot, et par-dessus, le tablier. Le corps est dessous. Tout est là, tout.» Ces deux dernières phrases faisant toujours un lien entre un robot et l’homme car un robot n’a qu’un corps et pas de pensée.

  2. Je trouve ton commentaire très bien argumenté et soigné. Je suis de ton avis sur le fait que Leslie Kaplan donne à son texte un caractère universel. Tu as bien accentué le fait que l’écriture de ce livre est spéciale et rarement utilisée. J’approuve ton travail très détaillé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *