énumération

L’introduction de Petites Natures mortes au travail s’appelle  « pseudo pseudo ».
C’est écrit d’une manière peu habituelle. C’est une succession délirante de noms… remettant en cause la règle élémentaire d’une bonne communication : une phrase simple et directe incluant un sujet, un verbe et un (ou plusieurs) complément(s). J’avoue avoir été surpris, voire étonné qu’il soit possible d’écrire autant de chose sans qu’en tant que lecteur, je me sente totalement perdu. Je suis resté concentré ne voulant rien perdre de cette longue tirade énumérant une série de professions auxquelles je n’aurai jamais pensé ni même imaginé l’ existence, tels que « titulaire suppléant perpétuel » ou « emballeuse de marron glacé ». Certains de ces groupes nominaux nous dévoilent toute sorte de travaux  hors de commun, hallucinants et/ou franchement inintéressants.
Il n’y a aucune action (il n’y a pas de verbe), ainsi elle trouve toute sa place tant elle illustre à la perfection le titre du recueil «Petites natures mortes au travail».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *