Trois vies condamnées en vingt-quatre heures

Ce roman Qui touche à mon corps je le tue de Valentine Goby nous mène au coeur du sujet, à travers trois personnages qui ont vécu de près ou de loin  cette journée du 29 juillet 1963 à Paris.
Les trois personnages prennent tour à tour la parole dans l’ouvrage, Marie G faiseuse d’anges dans sa cellule, condamnée à mort; Lucie L, femme avortée enfermée dans sa chambre,  Henri D, exécuté qui “ attend son heure ». Chacun, quel que soit son rôle, victime au bourreau, coupable ou innocent, donne une certaine émotion au lecteur. Marie G. à la prison de la petite Roquette imagine ses dernières secondes de vie avant que la guillotine ne tranche sa tête. Lucie L. dans son appartement vide “attend avant que la foetus glisse hors d’elle ». Henri D. “exécuteur en chef des arrêts criminels » se projette dans sa mission matinale .
L’ouvrage commence à l’aube et s’achève à l’aube. Valentine Goby décrit les émotions de ces trois personnages aux profils opposés et pourtant que tout raproche.
Shérif Bérisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *