Janet Burroughs

JanetLa jeune Janet Burroughs a posé ce matin le pied en terres d’Afrique noire. Le site de Grand Bassam  n’a rien d’un paradis pour une lady regrettant déjà le confort de sa cabine. La chaleur, l’odeur, le bruit,… tout paraît l’agresser. Son oncle, Sir Edgar Rice Burroughs, avait sans doute raison lorsqu’il affirmait que là n’était pas la place d’une dame. Mais sa nièce a du caractère. En dépit des mises en garde répétées de son entourage, quelque chose d’irrésistible l’attire vers ce périple sauvage. Rapidement, d’ailleurs, Janet semble se faire aux conditions sommaires du climat ambiant. A l’approche de l’hiver – aux latitudes tempérées – l’expédition composée d’elle-même, du capitaine Sir Caldwind, du professeur Henry et de guides locaux, est prête à partir. L’objectif affiché est à but scientifique. En charge des dessins, Janet croque à l’envie ces paysages et cette faune sans pareille, au fur et à mesure que l’exploration s’enfonce en territoires inconnus. Une autre camarade inattendue l’a rejointe dans cette aventure : sa chatte, Taïs. Qu’est-elle venue trouver sous ce soleil ? Sa maîtresse, elle, paraît s’y perdre…
Je n’ai pas pu le lire en entier mais ce livre me plaisait car il montre que la vie n’est pas partout pareille et les riches se sentent mal dans un monde de “pauvre” mais ils peuvent s’y habituer.  La femme dans cette bd est montrée comme une aventurière,  ce qui n’est pas habituel à cette époque.

Adrien Costel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *