Il sentait peu à peu en la regardant…

« Il sentait peu à peu en la regardant, debout dos au feu, qu’il était enfin revenu dans son propre corps, miraculeusement reconstitué, ici présent, grand et fort pour accueillir cette vie simple et harmonieuse qu’il avait rêvé et si souvent désespéré de pouvoir mener tout naturellement avec elle. »

Gilles a parfois des absences, il est là sans être là. Le début de la scène est magique, il emploie le mot « miraculeusement », c’est fantastique. Sophie est l’élément qui le fait sortir de son absence, c’est sûrement l’affection pour sa sœur qui le fait s’échapper de sa rêverie. Le « elle » à la fin est très ambiguë, pense t-il à Carole ou à Sophie? Cela nous laisse dans l’incertitude. Cet extrait nous embarque dans la poésie.

POUGET Alycia ; RIGOULAT Lucas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *