Pema Ling

Pema Ling est une bande dessinée du scénariste et dessinateur Georges Bess.
Dans sa BD, Péma Ling, le personnage principal,  ne sait pas encore qu’un destin hors du commun l’attend. Elle ignore qu’elle rencontrera des êtres exceptionnels, qu’elle traversera le Tibet, qu’elle vivra en Himalaya. Elle ne se doute pas un instant qu’elle deviendra brigand, chef de bande, guerrière.
Mais pour l’instant, profondément traumatisée par la mort de son père, commanditée par   le gyalpo, le despote local, elle est recueillie dans un monastère. Les cheveux coupés, habillée en garçon, refusant de parler, elle grandit avec la vengeance au coeur, et vit dans la haine du gyalpo et de son fils dégénéré.                                                                               Les dessins de Bess sont très bien détaillés  mais les couleurs varient peu (Orange/Jaune et Rouge/Rose).

Boulant Mathis

L’usine d’après Leslie Kaplan

     L’excès-L’usine est un roman contemporain de Leslie Kaplan. Elle est née à New-York en 1943, elle a été élevée à Paris par une famille américaine mais elle écrit ses livres en français. Après des études de philosophie, d’histoire et de psychologie, elle travaille deux ans en usine et participe au mouvement de Mai 68 (révolte étudiante parisienne qui gagne peu à peu la France et le monde ouvrier).
Elle commence à publier des livres en 1982, notamment avec son livre L’excès-L’usine.

Dans cet ouvrage, l’auteur plonge le lecteur dans l’univers de l’usine, univers qu’elle connait bien pour y avoir travaillé pendant deux ans.                                                                    Au fil de la lecture, il ne semble n’y avoir plus qu’un univers, celui de l’usine, dans laquelle on  vit jour et nuit. Elle est le poumon des ouvriers : <<On est dedans, dans la grande usine, celle qui respire pour vous.>> (page 11)                                                                 De plus, son écriture, proche de la poésie, est faite de mots simples et de phrases courtes qui créent un rythme saccadé, propre à l’usine :
<<On est dans l’usine, on va.                                                                                                   On se déploie, on avance.                                                                                                       On bouge un peu la pensée.>> (page 25)                                                                                      Enfin, en optant pour le pronom personnel indéfini « on », l’auteur donne à son texte un caractère universel : tout le monde peut se reconnaître dans cet univers que l’on a côtoyé de près ou de loin : <<On est debout devant une chaîne de biscottes. L’atelier est à côté du four, il fait très chaud. On ramasse une rangée de biscottes, on l’empile dans un sac. La chaîne passe. On remplit le sac. Les doigts sont écorchés par le grain des biscottes.>> (page 35)                                                                                                                                                   En conclusion, ce livre est à recommander pour mieux comprendre ce que vivent les ouvriers dans cet univers qu’est l’usine.

L’Egalité des Chancres

Didier Daeninckx est un auteur qui est devenu célèbre avec beaucoup de chance. Son premier livre s’intitule : « Mort au premier tour », ce livre a été publié quatre ans après qu’il l’a envoyé à dix éditeurs.
Le dernier éditeur avait laissé « Mort au premier tour » de côté car il pensait que c’était un bon livre mais le style de ce livre n’était, une fois de plus, pas le style de livre qu’il publiait mais un nouvel employé a trouvé le manuscrit dans les archives puis, il le lut et décida de le publier.
Plus tard, il se lança dans l’écriture des nouvelles, notamment avec la nouvelle « L’égalité des chancres ». Ces débuts dans l’écriture des nouvelles ont été très difficiles car il s’était habitué à l’écriture de romans, là où il faut apporter beaucoup de détails alors que dans les nouvelles il fallait qu’il en mette un minimum.
Sa nouvelle « L’égalité des chancres » est étudiée dans beaucoup de lycées. Plusieurs classes de secondes du Lycée Louis Rascol l’ont aussi étudiée et eurent l’honneur de le voir et de lui parler.                                                         Cette nouvelle dénonce la discrimination, même dans les endroits improbables. Dans cette nouvelle, c’est dans une formation accélérée de la police parisienne. Le personnage principal de cette nouvelle est victime d’exclusion de la part de ses collègues et même de la part du psychologue scolaire car il est albinos (pigmentation de la peau, c’est ce qui la rend blanche).
D. Daeninckx est un écrivain qui est contre toute forme de discrimination et parle de l’exclusion dans plusieurs de ses nouvelles.