Marie G. voudrait être une robe…

 » Marie G. voudrait être une robe, une chemise, un jupon, un drap sale n’importe quoi qui passe entre les mains de sa mère et reçoit le temps qu’il faut ses caresses de papier de verre. » page 58

Marie G. n’a pas eu l’affection de sa mère étant enfant car elle passait beaucoup de temps à travailler. Elle était blanchisseuse, c’était un travail qui ne rapportait pas énormément d’argent, ils n’avaient pas un niveau de vie très élevé, ses mains étaient très abîmées d’où les caresses de papier de verre. Marie G. voudrait être un linge pour que sa mère prenne soin d’elle. De plus, Marie G. aimerait être lavée de toutes ses fautes ainsi être acquittée et donc ne pas mourir.
Mathilde Greisner

Trop de scènes explicites

Je n’ai pas aimé ce livre dans sa globalité bien que j’aie apprécié que l’histoire soit à trois voix : Lucie L., Marie G. et Henri D. Cela donne un certain rythme au roman, on passe d’une action à une autre, je n’avais pas le temps de reprendre mon souffle, tout s’enchaînait : « Lucie L. tremble. » (p.39), « Marie G. dort encore » (p.41), « Henri D. finit son verre » (p.42).
Par contre, ce qui m’a déplu c’est que les pensées des personnages se mélangeaient à la narration. La première et la troisième personne étaient utilisées l’une après l’autre : « j’y cherche […] Henri D. promène » (p.17). On se perd rapidement, même si les pensées sont en italique. Lors de ces passages, au début, je n’avais pas compris que l’on était toujours avec le même personnage et non avec un autre. Donc entre les pensées et la narration plus le changement de personnage toutes les deux pages, il faut bien suivre, sinon on est complètement perdu dans l’histoire.
Je n’ai pas non plus apprécié que les scènes soient autant explicites : « elle attend que le fœtus glisse hors d’elle » (p.14). Dès la seconde page, on trouve un avortement très détaillé et ce ne sera pas le dernier ! Tout est expliqué, tout est décrit, les moindres détails sont précisés. Pour certains passages, ces descriptions n’étaient pas nécessaires à mon avis.
Pour ne pas finir sur une note négative, je serai plus tentée de lire un livre comme Kinderzimmer, qui je pense contient un sujet qui me plairait davantage.