Elle compte les silences.

 » Elle compte les silences … «  , ici nous allons étudier une des phrases énigmatiques de Valentine Goby.

Marie.G est dans sa cellule, assise, patiente, à moitié rassurée . Souvent le soir, elle entend le bruit du personnel de prison se chargeant d’installer le matériel pour exécuter les prisonniers, mais ce soir là,  elle n’entend rien, elle attend , mais toujours rien.
Par habitude elle est attentive aux bruits car ceux-ci sont synonymes de mort pour elle .
Elle va être exécutée dans les jours qui viennent , elle le sait . Dans cette phrase citée elle est juste soulagée, elle est sûre que la mort n’est  pas pour aujourd’hui. Mais pour être sûre elle compte les silences , elle énumère tous les bruits qu’elle n’entend pas ce soir ,  des bruits très familiers.  A travers ces quatre mots, nous pouvons voir que Marie ressent différents sentiments en un corps.
Aujourd’hui à l’aube elle peut donc s’endormir calmement elle sait que la mort n’est  pas pour aujourd’hui .
Tricia Massol

Dans la peau des personnages

Je n’ai pas beaucoup aimé tous les détails du livre, il y en avait trop. Les parties étaient souvent trop descriptives , ce qui rendait la lecture ennuyante et parfois incompréhensible. Dans le livre, Valentine Goby a utilisé des ellipses pour faire resurgir le passé des personnages, mais cela arrivait trop souvent car dans la moitié du livre on trouvait des flash-back.
Ensuite, l’histoire en elle même est bien . Un livre qui montre sa violence , son thème est lourd : les faiseuses d’anges . Chaque personnage a une histoire et je trouve que cela est intéressant, ça pousse la curiosité à vouloir lire encore.
Pour finir, j’ai trouvé qu’il y avait des moments bizarres, surtout quand la narratrice se met dans la peau des personnages en décrivant tous les détails, par exemple quand elle explique comment Lucie s’est fait avorter,ce sont des détails dont on pourrait se passer. Le style d’écriture est soutenu.
Tricia Massol