Samantha

L’histoire tourne autour d’un jeune homme qui a eu une bourse pour partir aux Etats-Unis en même temps que son ami. Ils partent là-bas pour rejoindre leurs correspondants. Leurs correspondants leur présentent des amies parce que l’une de leurs amies, Samantha, va partir à Paris et aimerait des conseils. Pris sous le charme de Samantha, l’un des jeunes hommes essaie de lui avouer son attirance sauf qu’il n’y arrive pas et attend le dernier jour de leur séjour pour se décider . Le jeune homme découvre alors que Samantha avait déjà un petit copain et donc n’avoue pas ses sentiments. Pour le jeune homme c’est une grande déception:  il repart en France anéanti et n’arrive pas à l’oublier. Puis quand Samantha arrive en France, elle rappelle le jeune homme. Ils se voient, et le jeune homme se décide enfin à avouer ses sentiments pour Samantha. Samantha ne voyait pas les choses comme ça et décide donc d’en rester là et se sépare du jeune homme pendant un moment. Samantha, avant de rentrer au Etats-Unis, se décide à aller dire au revoir au jeune homme et en partant on voit que Samantha s’effondre en larmes parce qu’elle se rend compte qu’elle l’aimait.
Samantha dans ce livre aurait pu se rendre compte que le jeune homme l’aimait et lui dire qu’elle avait un copain. La femme dans ce livre est montrée comme inconsciente et maladroite. Les dessins  sont détaillés, ils expriment bien les humeurs des personnages, leurs caractères, leurs émotions, tous les détails y sont.Ce livre raconte une histoire qui est peut-être arrivée à l’auteur et qui peut nous arriver à nous, c’est pour ça que se livre m’a plu.
Dorian Mouton

Just do it

Corniche Kennedy De Maylis de Kerangal
Ce livre m’a beaucoup plus parce que l’écrivain utilise des mots familiers, et en même des gros mots.Mais je l’ai aimé aussi pour son histoire qui est assez compliquée à comprendre mais qui est assez passionnante. J’aime bien cette immersion qu’on peut avoir dans ce livre,  on va même jusqu’à ressentir les émotions des personnages ,  toutes ces choses qu’ils traversent,  ces épreuves,  tous les  plongeons qu’ils exécutent avec beaucoup de sérieux. On ressent ainsi leur amusement leur tristesse etc…
Ce livre ne nous ressemble pas toujours exactement mais les enfants présents dans ce livre sont pratiquement tous des adolescents comme nous. Ils  se cherchent, ne sont pas encore tout à fait matures et ils ont quand même pas mal de défauts,  comme ce petit garçon qui a les dents pourries,  avec des chaussures usées,  qui fume etc…
Ce que j’apprécie aussi c’est que tous ces adolescents sont  différents. Ils ont un Chef nommé Eddy qui va se faire piquer sa place de chef par son ami Mario qui va commencer à le chambrer.
J’admire aussi l’écriture de ce livre qui est plein de mots familiers mais aussi des mots soutenus. Je trouve ça formidable de réussir à mettre du langage familier et du langage soutenu en même temps. Par contre, je trouve qu’il y a un défaut dans ce livre ,c’est la longueur des phrases: elles sont beaucoup trop longues, comme celle-ci :
<< Sylvestre Opéra sait par cœur les rouages du réseau, ses lois, et ses territoires, connait celui qui vient de débarquer – sont visage et cloué aux murs des commissariats parmi les faciès des voyous les plus nocifs du territoire national: Peau mate et cheveux noir ondulé dans le cou, diamant à l’oreille, fossette au menton, lèvres fines, Beau Gosse – […] d’un palace de la côte.>>
J’ai particulièrement aimé le passage  où ils se préparent à sauter sur chaque plongeoir comme dans ce passage <<Quand il monte faire un Just Do It, il changent de vitesse, leurs mouvements sont plus lents, empreints de majesté, même si surjoués, même si rigolards – finis les créatures hyperactives, les gosses excités, les personnages élastiques et dopés, je te poursuis, hé ho petite fiotte, je te double, je saute plus loin, plus haut et plus vite que toi : à présent, ils se concentrent. S’avance lentement vers à l’extrémité de la langue de pierre, là s’immobilisent orteils dans le vide – ce qu’il se disent à cette instant je l’ignore, peut-être même qu’il ne se disent rien mais lèvent les yeux au ciel, rénovant de la sorte leur perception du monde, leurs cils touchent l’azur, caressent l’épaisseur optique de l’atmosphère[…]>>Dans ce passage on se sent comme dans la tête du personnage qui s’apprête à sauter,  on sent les vagues se casser sur les rochers, on sent le vent qui souffle …
J’adore aussi cette façon qu’ils ont de se préparer à sauter du haut de cette falaise avec la peur au ventre, car ils risquent leur vie en sautant du haut de ces rochers, s’ ils se ratent ç’en est fini pour eux.
J’aime l’histoire entre Eddy et Suzanne qui se détestent au début et finissent ensemble à la fin. Si j’avais une critique à faire, ça serait pour la fin du livre trop brusque et on ne connait pas la suite, c’est donc à nous de l’inventer. On ne sait pas ce que vont devenir les personnages pauvres  comme ce petit garçon qui à 13 ans et qui en fait 11. Je cite <<Mario, treize ans , en parait onze, cheveux courts, queue de rat dans la nuque, tache de dépigmentation sur la figure, oreille percée d’un anneau de pirate, fluet, les bras noués sur le torse, croix chrétienne, maillot noir slipé, lacet qui pendouille entre les cuisses maigres […]>>. Là on voit bien que ce petit garçon n’est pas très riche vu les termes « maigres » « bras noués sur le torse ». Ce livre est un de mes livres préférés car il raconte une véritable histoire et ça j’apprécie.

On peut tous tomber sur un chauffard

Dans cet article je vais vous parler de plusieurs nouvelles de Daeninckx que nous avons étudiées, et puis je vous parlerai d’une nouvelle en particulier. Nous avons étudié plusieurs nouvelles :
– « L’Egalité des chancres » : C’est l’histoire d’un homme qui va se former dans une école de police  sauf qu’il et albinos et il est victime de discrimination par ses camarades . Cette nouvelle montre toutes les injustices de la société.
– « Dernier quart d’heure » : ça raconte l’histoire d’un fou qui a tué une personne sauf qu’il ne se rend pas compte de son acte.
– « Crevaisons » : « Crevaisons » c’est une nouvelle que j’ai particulièrement aimée car ça raconte l’histoire d’un homme qui doit se rendre à une réunion sauf qu’un des pneus de sa voiture crève. Il se dit qu’il ne va jamais arriver à l’heure. Un homme le prend en stop sauf qu’on se rend compte que cet homme est un chauffard… J’ai bien aimé cette nouvelle car on peut tomber vraiment sur n’importe qui.
– « Le mur de Noël » : C’est l’histoire d’un dictateur qui étant petit a eu des légo pour Noël et ça l’a marqué,  du coup il a décidé de construire un mur comme le mur de Berlin.