L’Éducation Sentimentale

L’éducation sentimentale, publiée en 1869, raconte l’histoire d’un jeune homme, Frédéric Moreau, sa vie, ses amours, ses passions. Beaucoup de personnages sont décrits, tous plus passionnants les uns que les autres, mais ceux que je retiens sont Frédéric, Mme Arnoux, Mr Deslauriers, Rosanette et Mme Dambreuse. C’est un livre long à lire, à chaque page qu’on tourne on s’attend à un drame, à une émotion, un dialogue ou une scène amusante, mais les longues descriptions freinent un peu la lecture et coupent l’enthousiasme de la découverte de la suite tant attendue. Bien qu’il n’y ait pas de suspens, j’ai quand même aimé lire ce livre car il fait découvrir la vie du 19ème siècle, la politique, la bourgeoisie, les paysages.
Ma citation préférée du livre : « Elle était assise, au milieu du banc, toute seule ; ou du moins il ne distingua personne, dans l’éblouissement que lui envoyèrent ses yeux. En même temps qu’il passait, elle leva la tête ; il fléchit involontairement les épaules ; et, quand il se fut mis plus loin, du même côté, il la regarda. »
J’aime bien cet extrait qui décrit la première rencontre de Frédéric et Mme Arnoux, cette scène du coup de foudre annonce l’histoire du livre, c’est la description des premiers sentiments et l’éblouissement que provoque l’héroïne sur le héros, on comprend dès le début que c’est la naissance d’un amour impossible.

Afficher l'image d'origine                       Afficher l'image d'origine

Pierre JULIO