Il sentait peu à peu en la regardant…

« Il sentait peu à peu en la regardant, debout dos au feu, qu’il était enfin revenu dans son propre corps, miraculeusement reconstitué, ici présent, grand et fort pour accueillir cette vie simple et harmonieuse qu’il avait rêvé et si souvent désespéré de pouvoir mener tout naturellement avec elle. »

Gilles a parfois des absences, il est là sans être là. Le début de la scène est magique, il emploie le mot « miraculeusement », c’est fantastique. Sophie est l’élément qui le fait sortir de son absence, c’est sûrement l’affection pour sa sœur qui le fait s’échapper de sa rêverie. Le « elle » à la fin est très ambiguë, pense t-il à Carole ou à Sophie? Cela nous laisse dans l’incertitude. Cet extrait nous embarque dans la poésie.

POUGET Alycia ; RIGOULAT Lucas

Des nouvelles qui réfléchissent nos vies, nos mensonges et nos espoirs

ClickHandlerLe livre “l’Entracte” d’Hélène Lenoir, que j’ai choisi de lire est paru en 2005, il est constitué de cinq nouvelles “: L’entracte ; Les étrangères ; Les escarpins rouges ; Le verger et L’infidèle.”Il s’agit de son septième ouvrage.

Le premier est  l’Entracte, au début de cette histoire, un homme et une femme se rencontrent  lors de l’entracte d’un concert, ces derniers se reconnaissent, mais ne savent plus où ils se sont rencontrés. Une histoire d’amour va se créer entre eux. La femme ne supporte plus son mari et ne pense plus qu’à cet homme qui s’avère être en fait, une connaissance du couple.

La deuxième nouvelle s’intitule Les étrangères. Dans Les étrangères on nous raconte l’histoire d’une entreprise qui recrute des étrangères comme stagiaires, qui sont logées dans des “famille d’accueil”, Nelly est une de celle ci qui va être chamboulée par le remplacement de la directrice de l’entreprise qui s’occupait  de choisir ses femmes. Ensuite on apprend que Gilles, le fils de Nelly, séduit les adolescentes recrutées par l’entreprise. Nelly va donc remettre ses choix en question suite à cette révélation et ce changement.

La troisième nouvelle est “ les escarpins rouges”, il s’agit d’une histoire de romance entre un homme et une femme, l’homme est “perdu” dans ses sentiments, il ne sait plus s’il l’aime ou si elle le “dégoûte”. Sa compagne se retrouve dans l’incompréhension.

Dans Le verger, c’est l’histoire d’une vielle  femme  ayant des problèmes de santé, ses enfants sont dans l’obligation de s’occuper d’elle. Son fils ne la supporte plus, car  elle ne fait que se plaindre. Il est agacé de ne pas pouvoir vaquer à ses occupations. Il s’occupe donc en observant le verger des voisins, en ayant l’espoir de voir quelqu’un. Lors de la fin  de la nouvelle, mère et fils sont devenus plus proches comme au premier jour de son arrivée.

L’infidèle est la dernière nouvelle du livre qui raconte l’histoire d’un couple qui n’a plus de relations sexuelles. La femme va donc devenir paranoïaque  et s’imaginer qu’il la trompe. Un jour elle va se réveiller et voir qu’il est parti en prenant ces affaires, ce qui va confirmer son idée finalement son mari  reviendra le dimanche, celle-ci avait oublier qu’il était en séminaire à Genève pour le week-end.

Dans ce livre on retrouve des  caractéristiques d’écriture de Tilleul, notamment les noms des personnages récurrents ( Sophie, Gilles..) . Le style est aussi semblable, on est d’abord dans l’incompréhension puis il y des  moments de description.

Dans ce livre à la fin de chaque nouvelle, l’auteur nous fait comprendre des sortes de “ morales” qui “ réfléchissent” nos vies, “nos mensonges”,”nos espoirs”…

Mon passage préféré dans ce livre est :” Aussitôt il l’a reconnu : Szpak, la femme de Szpak. Et il s’est souvenu d’elle. Szpak l’aperçut et son visage s’éclaira. Il lui  répondit d’un bref hochement de tête et s’empressa de disparaître. Très vite dans la voiture, il prononça son nom: Zellinger, c’était lui, à la sortie, sur le trottoir d’en face. Je suis sûr qu’il m’a vu. Il est parti très vite. Bizarre…”
Il s’agit de mon passage préféré car on sait enfin d’où ils se connaissaient levant un mystère, et il donne aussi envie d’en savoir plus sur la suite de la nouvelle.

Alycia Pouget

le mail de Sophie

Je trouve l’histoire intriguante, le mystère du début du livre donne envie d’en savoir plus sur l’histoire, la vie des personnages et leurs identités. L’histoire est moderne, l’auteur utilise un langage courant, ce qui nous rapproche de cette histoire.
Mon passage préféré est:  » Je m’appelle Sophie. Sophie Harper. J’ai 38 ans. Une fille Carole,17 ans. Je l’ai élevé seule. Depuis une dizaine d’année, son père vit dans un pays ou il mène en toute  bonne conscience, grâce au statut honorable d’expert, une vie de grand colon avec femme et enfants encore très jeunes »
Car à partir de là un mystère de l’histoire se lève.

Alycia POUGET