Economie : en Grande Bretagne, le marché immobilier locatif explose

En Grande-Bretagne, les prix des logements chutent très rapidement. Même dans les quartiers huppés de Londres, selon les français installés au bord de la Tamise.

Contrairement au marché locatif français, où le recul du prix de location du m² est pour le moment plutôt timide, on assiste outre-Manche à une forte baisse des loyers. Les invendus s’ajoutent aux nombreux logements proposés à la location : le marché locatif explose littéralement.

Toute location nouvelle fait objet d’âpres négociations, les candidats à la location savent parfaitement que l’offre de biens locatifs est aujourd’hui surabondante. On négocie aussi au moment du renouvellement du bail et les propriétaires doivent jouer le jeu.

Les immigrés les moins fortunés quittent le Royaume-Uni pour rentrer au pays, préfèrant affronter cette terrible crise chez eux, plutôt qu’en Espagne ou en Grande-Bretagne ou encore en Islande, de loin les plus gros employeurs de mains d’oeuvre étrangère ces dernières années. Seule la Norvège, où le chômage a disparu de l’horizon (pour combien de temps encore ?), semble s’en sortir et attire une partie des immigrés qui quittent ces pays où l’on a trop construit ou trop emprunté… ou les deux. Ces départs libèrent les logements les plus modestes et gonflent encore plus un parc immobilier locatif désormais pléthorique.

Les Anglais désargentés, touchés par la crise, se jettent sur ces logements que l’on avait vaguement mis aux normes, qu’on louait aux Pakistanais ou aux Polonais, mais ces derniers quittent massivement le Royaume-Uni, au grand regret des sujets de sa gracieuse majesté, Les Polonais et le point de croissance de la Grande-Bretagne. Ces appartements libérés sont nettement moins chers et permettent de compenser la diminution notable du pouvoir d’achat, généralisée en Europe et dans le monde. Les britanniques n’hésitent plus à lâcher leur location pour se rabattre sur ces habitations peu folichonnes mais plus abordables.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.