REPAS TRADITIONNEL DE PAQUES

Non classé 0 commentaire »


Le Bouillon d’awara (Bouyan wara)

Spécialité guyanaise par excellence, le bouillon d’Awara est la recette traditionnelle du plat que l’on mange le dimanche de pâques.C’est un plat fait à base d’un fruit de palmier que l’on appelle « awara ou wara », qui se mange en famille ou entre amis et pour la préparation duquel, il vaut mieu être  plusieur.

t-awara_012.jpg

La recette du bouillon d’awara en créole:

« BOUYON WARA »

Pou douz moun: Roun sak wara, roun kilo zépina, roun patché féy tayov, roun poul boukannen, roun kilo poson boukannen, roun liv konkonm pikan, roun liv konkonm long, roun chou frans, roun liv obèrjin, roun liv ariko vèr, roun liv latcho kochon, roun liv djòl kochon, roun liv lafirmen, roun liv gro janbon é pou sa ki lé yé pé mété krab ké krévèt.Zépis: Pèrsi, civ,lay, zonyon, disèl, piman.

Si zòt lé manjé bouyon wara lé dimanch, koumansé préparé li dipi lé vandrédi.                   

  1. Tiré ti tèt wara-ya, lavé wara-ya, pliché-yé, pilé-yé. 

    awara_pile.jpg

  2. Fè chofé roun gran chodiè dilo.Lò dilo-a cho, déléyé laché wara-a annan li. Zòt ké ganyen a sa moman-an, roun d’lo wara pès.

  3. Fè sa dilo-a bouyi vandrédi aswè ké tout lajornen sanmdi-a 

    preparation.jpg

    Sanmdi bonmanten, toupannan ji-a ka bouyi, koupé épi lavé légim-yan: konkonm lonj, tikonkonm pikan, bichoyak oubyen zépina péyi, chaou frans, zobègin, ariko vèr, féy tayov. Laprémidi, lò ji-a vini pès, koumansé mété légim-yan annan li. Pou i pa kolé ofon chodyè-a, roumen bouyon-an tanzantan ké roun gran kwiyè bwa.

  4. Mété tout salézon-yan byen désalé: latcho kochon, djòl kochon, lafirmen, janbon.

  5. Fè bouyon-an bouyi asou piti difé tout lanwit jouk landimen bonmanten.

  6. Dimanche granbonnò, largé tout salézon-an annan kanari-a. Bò di dizèr, ajouté zépis-ya. A onzèr, bouyon wara-a ja tchwi. Mété poson boukannen, poul boukannen, vyann kochon… disèl si li mank

bouilon-pret.jpg

Zòt pouvé sèrvi zòt bouyon wara ké roun bon douri byen cho!!!

QUELQUES ELEMENTS DE NOTRE RICHESSE

Non classé 0 commentaire »



Carte de la Guyane avec les différents composants de sa population

guyane-mappe1.png

 

La Guyane est un département pluriethnique dont la population est composé de:Guyanais mulâtres, Wayana (Amérindiens), Emerillons (Amérindiens) ,Arawaks (Amérindiens) ,Surinamiens hindiphones ,Péruviens, Wayampi (Amérindiens), Palikours (Amérindiens), Arabes syriens, Saint-Luciens, Caribéens javanais, Arabes libanais, Caribes (Amérindiens),Guyanais noirs, Hmongs, Saramacca, Brésiliens, Bushinengués, Chinois hakka, Caribéens de l’Inde, Surinamiens créoles, Antillais ,Guyanais blancs, Français, Haïtiens.

 

Chant et musique traditionnel de Guyane

Essentiellement constitué de danses locales, le folklore guyanais ne date pas d’aujourd’hui.Ainsi, les premières représentations du groupe « Buisson Ardent » datent de 1940. Le folklore guyanais est marqué par le mélange des civilisations et des races qui ont peuplé ce pays et qui l’habitent aujourd’hui. Cependant, l’Afrique revient chaque fois comme un dénominateur commun. La prépondérance de cet apport africain est la conséquence naturelle de l’esclavage et de l’arrivée des noirs d’Afrique sur ces terres d’Amérique.La vie dans les plantations, les relations colons esclaves sont la trame de tous les chants, de toutes les danses. La place la plus importante est réservée aux percussions, aux tambours et aux « ti-bois ». Les mélodies restent le plus souvent très simples. C’est le rythme dicté par les tambours qui importe. Auparavant, tous les actes de la vie se réalisaient en chantant. C’était le support qui facilitait les t’ches. La radio et plus encore la télévision, étaient absentes. Le ménage, la lessive, la cuisine, la couture, la fabrication du couac (farine de manioc) se faisaient en chantant Les moments de joie ou de tristesse étaient ainsi transcrits dans les chants. Des chants qui sont en fait de véritables dialogues entre le soliste et les choeurs, entre les chanteurs et les tambours, mais aussi entre les spectateurs et les danseurs. Il faut rappeler ici que la voix du chanteur ou de la chanteuse, souvent « rocailleuse », n’est pas l’élément le plus important. Son rôle est davantage d’animer et d’exacerber le rôle des percussions et des tambours.

LES DANSES GUYANAISES :

kasékò, grajévals, mayouri, grajé, kanmougé, léròl, débòt.tambou.jpg

musiqu5.gif

  

 

CHANT GUYANAIS : CHAGREN LATCHO

Mo té gannyen

Mo ti fanm’ mo té kontan

Mo té gannyen

Mo ti fanm’ mo té chéri

N’homm’ l’an vini pran li en mo lanmen

Mo gannyen chagren la Tchò

Mo ka lé néyé mo kò

Lan lay déré

Lan lay lan lay déré

Lan lay déré

Lan lay lan lay déré

Lan lay déré lan lay lan lay déré

Mo gannyen chagren la tchò

Mo ka lé néyé mo kò

Mo ba’l mangé

Tout mo piti déssè

Tout lan nuit’ blanche

Mo passé ò bò li

Jod’la vini

Mo gen pou récompense

Ingratitude trahison

Ingrat-la ka léssé mo

Sa ki savé

Yé gen fanm’ ki inconstant

Sa ki savé

Yé gen fanm’ ki papillon

Yé té divet pran tout’ yé prékosyon

Sassé charme pou tchimbé yé

Tou lé jou a yé jounou.

 

Personnages mythique du carnaval Guyanais

Lanmò:

 lanmo.jpg

Le personnage « Lanmò » symbolise la mort comme son nom l’indique.

Zanbibaréyo

Zanbibaréyo

Le zanbibaréyo rapelle les personnages des légendes qui sortent de leur tombe.

Nèg-Maron

neg-maron.jpg

Le Nèg-maron rapelle ceux qui ont choisi la liberté plutôt que l’esclavage.

 Sousouri

sousouri.jpg
 

Le personnage « Sousouri » vole dans les rues avec ses grandes ailes.

Jéfarin

je-farin.jpg

Le « Jéfarin » symbolise la vie.

Bèf vòlò bèf

bef-volo-bef.jpg

Le personnage « Bèf vòlò bèf » est celui que l’on appelait aussi « Le gran Iqui »

Bobi

bobi.jpg

Le personnage « Bobi » resemble à un gros ours.

Ladjables

ladjables.jpg

 Ladjables sort le dernier jour du carnaval c’est-à-dire mercredi des cendres

EXERCICE SUR LES DOLOS

Non classé 0 commentaire »
  • Lyannen dolo kréyol ya ké yé sans fransé (relier les dolos créole à leurs significations en français)
a- Béf divan bwè dlo klè 1-Soit juste même avec les gens que tu détestes. 
b- A coté ou lanmen ka rivé ou ka kroké ou pagra 2-Il ne faut pas être trop téméraire 
c- Bay a bay mé roupran a vòlò. 3-L’excès en tout nuit 
d- Antann asou kannari ou bèlmè, ou ka rété san soupé. 4-Les premiers sont les mieux servis 
 e- Kapon viv lontan. 5-N’agissez pas à la légère. 
 f- Poul ka kouvé dizé kanna, mé yé pa ka alé a dilo ansanm. 6-On ne peut reprendre ce que l’on a donné. 
 g- Tròp disèl gaté lasoup. 7-Il faut faire selon ses moyens. 
 h- Anvan ou di roun moun i ka bwété, gadé si ou ka maché drèt. 8-Éviter la dispersion 
 i- Rayi chyen mé di so dan blan. 9-Ne jugez pas sur l’apparence.
 j- A pa tout lyann danbwa ou ka janbé. 10-Aider sans aller jusqu’à la compromission.
 k- Panga a pa kapon. 11-Prudence n’est pas poltronnerie.
 l- Chyen gen kat pat, mé a rousèl chimen i ka pran. 12-Les petits cadeaux entretiennent l’amitié.
 m-Kabrit ki pa malen pa gra. 13-Il ne faut compter que sur soi.
 n- Bité a pa tonbé. 14-Chaque chose en son temps.
 o-Tro présé pa ka fè jou louvri. 15-Il faut savoir se débrouiller dans la vie.
 p- Ti bòl alé, ti bòl viré, lanmityé rété. 16-Un échec n’empêche pas la réussite future.

Réponses:

a-4  ;  b-7  ;  c-6  ;  d-13  ;  e-2  ;  f-10  ;  g-3  ;  h-5  ;  i-1  ;  j-9  ;  k-11  ;  l-8  ;  m-15  ;  n-16  ;  o-14  ;  p-12

Bonjour

Non classé 1 commentaire »

Bienvenue sur mon blog !

Je viens de créer ce blog éducatif sur LeWebPédagogique. Encore un peu de patience et vous retrouverez mes articles.

A bientôt.