L’inégalité entre les sexes dans le monde reste très élevée, en particulier sur le marché du travail

Premier constat : l’écart salarial entre les hommes et les femmes se réduit, mais à un rythme de plus en plus lent. L’écart est passé de 17,7 % en 2000 à 13,8 % en 2016, mais le taux de réduction a ralenti puisqu’il était de 14,5 % en 2010. L’écart salarial est resté à 34,6% en 2017, la Corée du Sud étant le pire parmi les pays développés. Il en va de même pour le Japon, où l’écart salarial est de 24,5 %. Le Canada et les États-Unis suivent avec 18,2 %. La Belgique (écart de 3,7 % en 2016), la Grèce (4,5 %) et l’Italie (5,6 %) font partie des bons pays, loin devant tous les autres membres.

En France

L’écart de rémunération à compétences équivalentes a légèrement augmenté entre 2010 (9,1 %) et 2014 (9,9 %). Le salaire net annuel moyen équivalent temps plein des femmes en 2015 était de 23 837 euros contre 29 371 euros pour les hommes, soit un écart de 18,6 %. Pour les cadres, l’écart est encore plus grand : le salaire annuel moyen des femmes de cette catégorie en 2015 était de 42 750 € contre 53 452 € pour les hommes, soit une différence d’environ 20 %. Au total, les hommes gagnent en moyenne environ un cinquième de plus que les femmes.

Au rythme actuel, il faudra un siècle pour parvenir à l’égalité mondiale.

Plus généralement, les chiffres mentionnés ici sont les mêmes dans tous les secteurs. On estime qu’il faudra 108 ans pour obtenir l’égalité parfaite.

Abranis Rauch
Adrien Ralaivelo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *