« Breizh-expat » : qui sont ces Bretons expatriés ?

Posté le 16 mai 2012 par I. Commelin dans Géographie

Une intéressante initiative de trois étudiantes brestoises : elles se sont intéressées aux Bretons expatriés. 235 personnes ont répondu à leur enquête.
Vous pouvez voir le dossier de cette expérience sur le site du journal régional « Ouest-France » http://www.ouest-france.fr/dossiers/accueil_-Breizh-expat-la-diaspora-bretonne-sur-la-toile_2077356_dossiers.Htm

Vous pourrez y voir des interviews et des témoignages, publiés par le quotidien à l’occasion de « Gouel Erwan », la fête de la Bretagne, le dernier week-end de mai.
Le premier de ces interviewés est un Lorientais qui vit depuis 16 ans en Argentine, où il anime une émission de radio. Il semble très actif en matière de culture bretonne, puisqu’il est bretonnant et organise même des festoù-noz!!! D’ailleurs dans son émission, en langue espagnole au pays du tango…  il passe de la musique… bretonne!

Où se trouve l’Argentine…?

L'Argentine en Amérique du Sud

Buenos Aires, capitale de l’Argentine

De Géorgie en Bretagne (2)

Posté le 10 mai 2012 par sixiema dans Géographie

Vous aviez posé beaucoup de questions à Mariam après son billet sur la Géorgie… Elle vous répond aujourd’hui!!!

Quelles sont les différences entre le Noël géorgien et le Noël français ?

En Géorgie c’est le 7 janvier.

 

 

Voyage en bateau jusqu’où ? Et après ?

En bateau j’ai voyagé jusqu’à la Bulgarie et après, le reste c’était en train.

 

 

Le « satsivi » c’est quoi ?

C’est un plat géorgien vraiment très bon.

 

 

La musique géorgienne va-t-elle enrichir ta bibliothèque ?

Non pas vraiment car je ne m’y intéresse pas trop. Je suis partie très tôt de la Géorgie et maintenant je suis en France et ça ne me sert pas vraiment mais quand je retournerai en Géorgie j’apprendrais bien.

 

 

A quel âge es-tu arrivée en France ?

Je suis arrivée en France quand j’avais 3 ans. Je suis partie de la Géorgie à 1 an et demi mais avant d’arriver en France  je suis restée pas mal de temps  en Suisse (d’ailleurs c’est là où mon petit frère est né)

As-tu des souvenirs personnels autres que ceux qu’on t’a racontés ou montrés en photo ?

Non car je n’avais qu’un an et demi.

 

 

Danse traditionnelle en Géorgie

 

Danse d’une belle jeune fille en Géorgie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Départ pour le Canada

Posté le 3 mai 2012 par sixiema dans Géographie

 

Camille a interrogé le cousin de sa maman, en partance pour le Canada…

1.À quel âge êtes-vous parti ? A 42 ans.

2.Pour quelles raisons êtes-vous parti ? L’envie de tenter une nouvelle expérience, de changer de vie.

3.Avec qui êtes-vous parti ? Mon conjoint.

4.Par quels moyens de transport êtes-vous parti ? En avion.

5.Comment vous sentez-vous en partant ? Très inquiet (Le départ est prévu pour septembre/octobre 2012.)

6.Qu’est-ce que vous allez emporter avec vous en partant ? Des vêtements, quelques souvenirs, les papiers importants et le chat.

7.Qu’est-ce qui change le plus dans le paysage, ou dans le climat ? Le climat très froid l’hiver et très chaud l’été. Le paysage est quasiment le même qu’en France.

8.Avez-vous vu des différences de langue, de façon de parler, d’accent ? Oui, même si la langue est la même,les expressions diffèrent énormément, l’accent aussi.

9.Avez-vous vu des différences dans la façon de s’habiller ? Non, sauf les vêtements.

10.Avez-vous vu des différences dans les repas ? Non.

11.Avez-vous gardé des traditions du pays de départ ? Normalement non, pour réussir l’intégration il faut oublier un peu son pays d’origine et vivre comme les résidents.

12.Avez-vous gardé des recettes de cuisine du pays de départ ? Normalement non.

13.Avez-vous gardé des fêtes du pays de départ ? Normalement non, sauf Noël et le jour de l’ an puisque le pays est catholique.

14.Parlez-vous toujours votre langue maternelle ? Oui parce que le Québec est francophone et Montréal la 2e ville francophone au monde.

 

 

 

Enfants héritiers de l’immigration

Posté le 13 février 2012 par I. Commelin dans Actualités

Pour répondre aux propos de C. Guéant, des citoyens et citoyennes issus de l’immigration ont créé un site appelé « On est chez nous ».

http://www.onestcheznous.fr/

On y trouve un beau texte, sobre, réaliste et sincère. Il a été co-signé entre autres par…

…Yannick Noah, chanteur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… Sonia Rolland, comédienne (née à Kigali au Rwanda, élue Miss France en 2000)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais aussi Sophia Aram, humoriste; Jalil Lespert, comédien et réalisateur…

Voici quelques lignes de ce texte:

« Nous les enfants de l’immigration, Français parmi les Français, nous sommes aussi riches des civilisations dont sont issus nos parents. Des civilisations elles aussi complexes, belles et honteuses, glorieuses et violentes, ni plus pures, ni plus belles…. Être héritier de l’immigration c’est être inscrit dans un mouvement, c’est savoir que tous les hommes sont les mêmes, qu’il n’y a pas de leçons à recevoir et pas de leçons à donner, que la diversité comme l’humanité est non angélique, mais qu’elle est belle et riche à condition d’être ouverte. »

 

De la Réunion en Bretagne

Posté le 11 février 2012 par sixiema dans Géographie

Avant de commencer la trêve hivernale (les collégiens bretons sont maintenant en vacances) voici un grand rayon de soleil, avec l’interview réalisée par Célia.

A quel âge êtes-vous partie? A 9 mois.

Pour quelles raisons êtes-vous partie? Ma mère voulait quitter mon père.

Avec qui êtes-vous partie? Avec ma mère.

Par quels moyens de transport êtes-vous partie? En avion.

Comment vous sentiez-vous en partant? J’étais bébé, je ne me rendais pas compte.

Qu’est-ce que vous avez emporté avec vous en partant? Toutes les affaires qu’on avait et quelques albums photo.                                                                                               

Qu’est-ce qui changeait le plus dans le paysage, ou dans le climat? A la Réunion le climat était dans les 20°/30°; aussi il y avait des montagnes un peu partout.

Avez-vous vu des différences de langue, de façon de parler, d’accent? Oui.

Avez-vous vu des différences dans la façon de s’habiller? Oui.

Avez-vous vu des différences dans les repas? Oui, la quantité de piment et d’épices.

Avez-vous gardé des traditions du pays de départ? Le piment à presque tous les repas.

Avez-vous gardé des recettes de cuisine du pays de départ? Le rougail-saucisse et encore d’autres, mais je ne sais plus ce que c’est.

Avez-vous gardé des fêtes du pays de départ? Non car la plupart sont les mêmes fêtes qu’aujourd’hui.

Parlez-vous toujours votre langue maternelle? Non! Car le créole réunionnais est presque du français mais un peu « transformé ».

Que préférez-vous maintenant: votre pays de départ ou votre pays d’arrivée? Je ne sais pas, je ne me rappelle plus … je n’ai pas de souvenir de la Réunion.

Cliquez pour voir cette vidéo:

http://www.youtube.com/watch?v=3tUllpRGxbo&feature=player_detailpage

Ça s’appelle  Ile de la Réunion Tourisme 3mn30

 

Allez sur ce site:

Ca s’appelle Okilé musiques de la Réunion.

Du Midi à Royan

Posté le 4 février 2012 par sixiema dans Géographie

Laura a interrogé sa mamie, qui vient du Midi et est allée vivre à Royan.

À quel âge êtes-vous partie ? A 21 ans.

Pour quelle raison êtes-vous partie ? Parce que je me suis mariée en 1947.

Avec qui êtes-vous partie ? Avec mon mari.

Par quels moyens de transport êtes-vous partie ? En train.

Comment vous sentiez-vous en partant ? J’étais mariée donc j’étais contente.

Qu’est-ce que vous avez emporté avec vous en partant ? Mes photos de souvenirs et mes vêtements.

Comment vous sentiez-vous en arrivant ? Quand je suis arrivée tout était démoli à cause de la guerre.

Le casino de Royan après le bombardement des Alliés en janvier 1945

Le casino de Royan après le bombardement des alliés en janvier 1945

Qu’est-ce qui changeait le plus dans le paysage, ou dans le climat ? Le paysage était démoli  et le climat était plus froid que dans le Midi.

Avez-vous vu des différences de langue, de façon de parler, d’accent ? Les gens de Royan n’ont pas le même accent que ceux du Midi.

Avez-vous vu des différences dans la façon de s’habiller ? Non.

Avez-vous vu des différences dans les repas ? Oui , il y avait beaucoup de légumes, de laitages, surtout du fromage, de la viande, du vin et du pain.

Avez-vous gardé des traditions du pays de départ ? Oui, je faisais beaucoup de poisson, de salade, de légumes.

Avez-vous gardé des recettes de cuisine du pays de départ ? Oui, car je n’aimais pas les recettes des Charentes.

Avez-vous gardé des fêtes du pays de départ ? Oui.

Parlez-vous toujours votre langue maternelle ? Oui , le patois.

Que préférez-vous maintenant : votre pays de départ ou votre pays d’arrivée ? J’aimais bien les deux car à Royan j’avais mes enfants, et dans le Midi plus de soleil, des amis, de la famille.


De Brest à Lille

Posté le 2 février 2012 par sixiema dans Géographie

Théo N. a interrogé sa sœur, « émigrée » à Lille dans le Nord de la France.

A quel âge êtes-vous partie ? 22 ans.

Pour quelles raisons êtes-vous partie ? Pour une formation coiffure et maquillage studio.

Avec qui êtes-vous partie ? Mon petit copain.

Par quels moyens de transport êtes-vous partie ? En train.

Comment vous sentiez-vous en partant ? Triste de quitter la famille et excitée de découvrir une nouvelle ville.

Qu’est-ce que vous avez emporté avec vous en partant ? Des vêtements car mon ami me rejoignait en camion avec tout le mobilier.

Comment vous sentiez-vous en arrivant ? Contente.

Qu’est-ce qui changeait le plus dans le paysage , ou dans le climat ? C’est une très grande ville, beaucoup de choses à visiter, beaucoup de magasins.

Avez-vous vu des des différences de langue, de façon de parler, d’accent ? Oui, l’accent belge de temps en temps, et du Nord, même si à Lille ils n’ont pas l’accent.

Avez-vous vu des différences dans la façon de s’habiller ? Oui, plus moderne.

Avez-vous vu des différences dans les repas ? Oui, les frites belges.

Avez-vous gardé des traditions du pays de départ ? Oui.

Avez-vous gardé des recettes de cuisine du pays de départ ? Oui les crêpes, le gâteau breton.

Avez-vous gardé des fêtes du pays de départ ? Non, je n’ai jamais fait les fêtes bretonnes.

Parlez-vous toujours votre langue maternelle ? Oui.

Que préférez-vous maintenant : votre pays de départ ou votre pays d’arrivée? Je préfère Lille, mais je suis toujours heureuse de rentrer car ma famille et mes amis me manquent.

Maintenant allez sur ce site http://www.armentieres.fr/video/video/video377.mp4

De Géorgie en Bretagne

Posté le 28 janvier 2012 par sixiema dans Géographie

Mariam a interrogé sa mère qui vient de Géorgie.

À quel âge êtes-vous partie ? Je suis partie à 28 ans.

Pour quelles raisons êtes-vous partie ? Je suis partie pour raison politique.

Avec qui êtes-vous partie ? Je suis partie avec mon mari et mes 2 enfants.

Par quels moyens de transport êtes-vous partie ? Je suis partie en bateau.

Comment vous sentiez-vous en partant ? En partant, on était triste car on avait quitté nos familles.

Qu’est-ce que vous avez emporté avec vous en partant ? En partant j’ai emporté quelques habits, des souvenirs géorgiens et quelques livres.

Comment vous sentiez-vous en arrivant ? En arrivant,  nos proches nous manquaient.

Qu’est-ce qui changeait le plus dans le paysage, ou dans le climat ? En Géorgie l’été il fait plus chaud et l’hiver il neige beaucoup.

Avez-vous vu des différences de langue, de façon de parler, d’accent ? Oui, nous ne connaissions pas du tout le français.

Avez-vous vu des différences dans la façon de s’habiller ? Non.

Avez-vous vu des différences dans les repas ? Oui, et en plus, nous, nous utilisons beaucoup de noix.

Avez-vous gardé des traditions du pays de départ ? Oui.

Avez-vous gardé des recettes de cuisine du pays de départ ? Oui, beaucoup.

Avez-vous gardé des fêtes du pays de départ ? Oui. Par exemple, nous, nous ne fêtons pas Noël comme les Français.

Parlez-vous toujours votre langue maternelle ? Oui.

Que préférez-vous maintenant : votre pays de départ ou votre pays d’arrivée ? Je préfère mon pays de départ car mes proches me manquent.

 

Carte d’Europe

Drapeau de la Géorgie

Carte de Géorgie

Vidéo présentant une musique traditionnelle de Géorgie

Encore un effet de la crise

Posté le 14 décembre 2011 par I. Commelin dans Actualités

La crise financière au Portugal rattrape la communauté portugaise de France. En effet, le Consulat du Portugal à Lille a fermé ses portes le 13 janvier pour des raisons d’économie budgétaire.

Le consulat est le lieu où un ressortissant étranger peut prendre contact avec les autorités de son pays natal, le plus souvent pour y accomplir des démarches administratives telles que renouveler ses papiers d’identité, déclarer une naissance, se faire recenser…

Les 80.000 Portugais de la région Nord-Pas-de-Calais se verront donc obligés de se rendre au Consulat le plus proche, qui est celui de Paris, pour leurs démarches. Comme l’explique cette femme dans la vidéo de FR3 Nord-Pas-de-Calais, cela signifiera une journée de travail perdue pour aller demander ses papiers, et une autre pour aller les rechercher!


Lille : fermeture du Consulat du Portugal par France3Nord-Pas-de-Calais

Dans un reportage entendu sur France Info aujourd’hui, un ressortissant portugais de Lille, amer, confiait: « Le Portugal nous abandonne… »

Les étudiants brestois à travers le monde

Posté le 7 décembre 2011 par 4moulins dans Géographie

Le journal « Le Télégramme de Brest » a eu l’excellente idée de rechercher la trace des anciens étudiants de l’Université de Bretagne occidentale, à l’occasion des 40 ans de celle-ci.

http://en.wikipedia.org

1535 personnes ont répondu à l’invitation du journal, en complétant un bref questionnaire. Leurs réponses ont permis une restitution cartographique, où chacun des ex-étudiants apparait comme un point sur une carte interactive. On peut consulter chaque point pour connaitre l’âge de l’ex-étudiant, ce qu’il a étudié, sa ville de résidence et son métier actuel.

C’est passionnant ! On retrouve des étudiants brestois sur tous les continents ! Jugez plutôt : un-e océanographe à Capetown en Afrique du Sud, un-e prof de lettres à Moorea dans le Pacifique Sud, un traducteur à Phan Thiet au Vietnam, un ingénieur à Melbourne en Australie, un-e pilote d’avion à Lima au Pérou, une éducatrice à Montréal au Canada… et plus près de nous un-e « fundraiser » (= professionnel de la collecte de fonds) à Barcelone en Espagne. Et beaucoup, beaucoup d’autres ! On va loin, avec l’UBO 🙂

Allez donc jeter un coup d’œil :

Étudiants de l’UBO. Qu’êtes-vous devenus ?