Article Tagué ‘Amérique’

« Breizh-expat » : qui sont ces Bretons expatriés ?

Mercredi,16 mai 2012

Une intéressante initiative de trois étudiantes brestoises : elles se sont intéressées aux Bretons expatriés. 235 personnes ont répondu à leur enquête.
Vous pouvez voir le dossier de cette expérience sur le site du journal régional « Ouest-France » http://www.ouest-france.fr/dossiers/accueil_-Breizh-expat-la-diaspora-bretonne-sur-la-toile_2077356_dossiers.Htm

Vous pourrez y voir des interviews et des témoignages, publiés par le quotidien à l’occasion de « Gouel Erwan », la fête de la Bretagne, le dernier week-end de mai.
Le premier de ces interviewés est un Lorientais qui vit depuis 16 ans en Argentine, où il anime une émission de radio. Il semble très actif en matière de culture bretonne, puisqu’il est bretonnant et organise même des festoù-noz!!! D’ailleurs dans son émission, en langue espagnole au pays du tango…  il passe de la musique… bretonne!

Où se trouve l’Argentine…?

L'Argentine en Amérique du Sud

Buenos Aires, capitale de l’Argentine

Départ pour le Canada

Jeudi,3 mai 2012

 

Camille a interrogé le cousin de sa maman, en partance pour le Canada…

1.À quel âge êtes-vous parti ? A 42 ans.

2.Pour quelles raisons êtes-vous parti ? L’envie de tenter une nouvelle expérience, de changer de vie.

3.Avec qui êtes-vous parti ? Mon conjoint.

4.Par quels moyens de transport êtes-vous parti ? En avion.

5.Comment vous sentez-vous en partant ? Très inquiet (Le départ est prévu pour septembre/octobre 2012.)

6.Qu’est-ce que vous allez emporter avec vous en partant ? Des vêtements, quelques souvenirs, les papiers importants et le chat.

7.Qu’est-ce qui change le plus dans le paysage, ou dans le climat ? Le climat très froid l’hiver et très chaud l’été. Le paysage est quasiment le même qu’en France.

8.Avez-vous vu des différences de langue, de façon de parler, d’accent ? Oui, même si la langue est la même,les expressions diffèrent énormément, l’accent aussi.

9.Avez-vous vu des différences dans la façon de s’habiller ? Non, sauf les vêtements.

10.Avez-vous vu des différences dans les repas ? Non.

11.Avez-vous gardé des traditions du pays de départ ? Normalement non, pour réussir l’intégration il faut oublier un peu son pays d’origine et vivre comme les résidents.

12.Avez-vous gardé des recettes de cuisine du pays de départ ? Normalement non.

13.Avez-vous gardé des fêtes du pays de départ ? Normalement non, sauf Noël et le jour de l’ an puisque le pays est catholique.

14.Parlez-vous toujours votre langue maternelle ? Oui parce que le Québec est francophone et Montréal la 2e ville francophone au monde.

 

 

 

« El dulce de leche », par Tryo

Lundi,21 novembre 2011

Pour bien redémarrer les activités du blog, un très joli clip du groupe Tryo, dont le titre en français serait: « La confiture de lait ». Mmmmm…!

Histoire de la population noire en Amérique

Jeudi,9 juin 2011

Voici le travail de Joséphine et Justine, de 4ème B.

Les Afro-Américains descendent pour la plupart des esclaves noirs déportés sur les bateaux négriers au temps de la traite atlantique.
Au début, dans les années 1620, les Noirs étaient considérés comme des objets par les Blancs qui s’en servaient comme esclaves. Ils travaillaient dans les champs de coton et de canne à sucre.

Travail des esclaves dans une plantation de coton

On estime à plusieurs millions le nombre de personnes ayant été transportées de force sur le continent américain. On les échangeait contre d’autres objets ( pacotille…).

La traite des esclaves a été officiellement abolie aux États-Unis en 1808.

Mais les Noirs étaient toujours traités différemment (bancs pour les Noirs dans les parcs, les bus, pas le droit de vote…). Ils étaient victimes de racisme et on les considérait comme des gens de race différente.

Maintenant les Noirs sont mieux intégrés en Amérique; certains Africains migrent même en Amérique.
Aujourd’hui le président des États-Unis est noir: les Américains acceptent mieux la différence de couleur de peau.

Barack Obama, président des Etats-Unis d’Amérique

Le Gospel

Vendredi,20 mai 2011

Le Gospel est un chant religieux chrétien, protestant d’origine, qui prend la suite des negro spirituals (musique vocale née chez les esclaves noirs des États-Unis au XVIIème siècle). Il s’est développé en même temps que le blues primitif (musique dérivée des chants de travail des Afro-Américains) au XXème siècle.

Les artistes modernes de gospel ont aussi intégré des éléments de musique soul (musique populaire afro-américaine née à la fin des années 1950 aux Etats-Unis).

Le gospel se développa d’abord chez les Afro-Américains et les blancs du Sud, avant de conquérir le reste de l’Amérique et du monde.

Le mot Gospel signifie «évangile» : littéralement « god spell », c’est-à-dire «la parole de Dieu». Les Gospel hymns sont une première étape vers les Gospel songs de 1930.  Ce sont des hymnes traditionnels.

Quelques groupes et chanteurs de Gospel:

Mahalia Jackson (1911-1972)

Image de prévisualisation YouTube

Le Golden Gate Quartet

Image de prévisualisation YouTube

Et Thomas A. Dorsey (1899-1993), Sam Cooke (1931-1964), Clara Ward (1924-1973), Sister Rosetta Tharpe (1915-1973), Marion Williams (1927-1994), Albertina Walker (1929-2010), Hank Williams (1923-1953), Blind Boys of Alabama, Aretha Franklin (qui n’est pas seulement une chanteuse de Gospel), Elvis Presley 1935-1977 (qui n’est pas seulement un chanteur de Gospel), Liz McComb, Whitney Houston (qui n’est pas seulement une chanteuse de Gospel)

Chanteurs et groupes récents: Yolanda Adams, Lauryn Hill, Fitiavana, A4

Gwenn et Nolan, 4ème A

L’abolition de l’esclavage

Samedi,15 janvier 2011

Après l’article sur la traite négrière, Pierre-Louis et Diego de 4ème B se sont intéressés à l’abolition de l’esclavage. Voici leur diaporama: pour le voir en plein écran, cliquez en bas à droite « View on Slideshare », puis sur « Full ».

L’abolition de l’esclavage par Diego et Pierre-Louis

View more presentations from 4moulins.
C’est l’occasion d’évoquer un personnage dont le rôle fut fondamental, même si son nom est peu connu. Non, pas Victor Schoelcher, qui a fait voter l’abolition en 1848… mais un homme qui a vécu 50 ans avant: Jean-Baptiste Belley. Déjà entendu son nom?
Il a été le premier député français noir.
C’était le représentant de St Domingue (aujourd’hui Haïti), élu le 24 septembre 1793 pour siéger à la Convention. Né esclave (sur l’île de Gorée ou à St Domingue), il avait été affranchi pour « services rendus à la Nation », en combattant lors de la guerre d’indépendance américaine. C’est sa présence à la Convention (dans les rangs des Montagnards) qui a décidé le vote de la première abolition en 1794, citée par Diego et Pierre-Louis. Lors d’un discours célèbre, et par la suite, il n’a cessé de réclamer l’égalité pour « les Noirs devenus libres et français [qui] ont fait rempart de leurs corps à l’invasion anglaise. » Sous Napoléon, il fut arrêté et envoyé à Brest, puis en résidence surveillée à Belle-Ile-en-Mer où il mourut en 1805.

Nous avons lu: “Tamango”, de Prosper Mérimée

Jeudi,18 novembre 2010

Un noir vendeur d’esclaves, Tamango, vend un jour sa propre femme au capitaine Ledoux, sous l’emprise de l’alcool. Pour la récupérer, il se fait embarquer comme esclave sur le même bateau. Il mène alors une révolution à bord, mais, après avoir tué tous les membres de l’équipage, les esclaves se trouvent incapables de manœuvrer le navire et meurent tous, sauf Tamango, qui est le seul survivant.

D’après Raphaël, Robin et Malo, de 4A.

La traite négrière

Lundi,15 novembre 2010

Un premier article, réalisé par Jérémy et Christopher de 4B.
Pour le voir en plein écran, cliquez en bas à droite « View on Slideshare », puis sur « Full ».