Article Tagué ‘Patrimoine’

Attention : d’Angers

Lundi,26 juin 2017

Un autre très beau slam écrit par deux élèves de 4ème : Malo et Elowan. Pour être moins lointain, l’exil n’est pas toujours plus facile…

Vue aérienne du château d’Angers – Wiki-Anjou

 

Vue aérienne du château de Brest Photo Archives de la Préfecture maritime Atlantique

Quand j’suis arrivé ici c’était dur

J’t’assure

Les Bretons têtes de…

C’est pas un mythe, c’est du granit

Il a fallu faire mon trou

Et semer mes p’tits cailloux

Refrain :      D’Angers à Brest : danger

                        Pas facile de déménager

                        Pas facile de se retrouver

                        Dans un lieu étranger

Là-bas t’as laissé un p’tit bout d’toi

Là-bas il y a eu des rois

Ils ont laissé un grand château

Où on y voit la Maine d’en haut

                          Refrain

Ici il y eut le maréchal Vauban

Ici il a laissé un château deux fois plus grand

On y va souvent avec mes camarades

Et d’en haut on y voit la rade

                          Refrain

Brest c’est aussi un ici un ailleurs

Mais ici ils sont liés contrairement à ailleurs

Le pont de Recou lui il a été fracturé

Mais lui il a été réparé

                          Refrain

Brest c’est le bout du bout

Plus loin tu peux pas, c’est tout

Brest c’est tout gris

Brest y a toujours la pluie

                          Refrain

Mais Brest c’est aussi mes potes

On s’aime tellement qu’on partage nos compotes

A Brest j’me sens un peu comme le best

Ici certains jours c’est mieux que le Far Ouest

                          Refrain * 2

Enfants héritiers de l’immigration

Lundi,13 février 2012

Pour répondre aux propos de C. Guéant, des citoyens et citoyennes issus de l’immigration ont créé un site appelé « On est chez nous ».

http://www.onestcheznous.fr/

On y trouve un beau texte, sobre, réaliste et sincère. Il a été co-signé entre autres par…

…Yannick Noah, chanteur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… Sonia Rolland, comédienne (née à Kigali au Rwanda, élue Miss France en 2000)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais aussi Sophia Aram, humoriste; Jalil Lespert, comédien et réalisateur…

Voici quelques lignes de ce texte:

« Nous les enfants de l’immigration, Français parmi les Français, nous sommes aussi riches des civilisations dont sont issus nos parents. Des civilisations elles aussi complexes, belles et honteuses, glorieuses et violentes, ni plus pures, ni plus belles…. Être héritier de l’immigration c’est être inscrit dans un mouvement, c’est savoir que tous les hommes sont les mêmes, qu’il n’y a pas de leçons à recevoir et pas de leçons à donner, que la diversité comme l’humanité est non angélique, mais qu’elle est belle et riche à condition d’être ouverte. »

 

« Etranges étrangers »

Mercredi,30 novembre 2011

Un instant de poésie… Un très beau texte, très évocateur, de Jacques Prévert.


Jacques PRÉVERT  » Étranges étrangers « 
envoyé par Petite-Drolesse. – L’info internationale vidéo.

« Nantais venus d’ailleurs », l’exposition

Samedi,30 juillet 2011

Le musée d’Histoire de Nantes présente jusqu’au  6 novembre 2011 une remarquable exposition : « Nantais venus d’ailleurs ».

Elle est remarquable à plus d’un titre.

Tout d’abord, elle se tient dans le cadre prestigieux du château des ducs de Bretagne:

www.nantes.fr

dedecouvertesendecouvertes.wordpress.com

Ensuite, l’exposition est le fruit de 3 ans de collecte auprès des Nantais d’origine étrangère : témoignages et objets ont été recueillis grâce à des campagnes dans la presse régionale, sur les marchés…

Enfin, cette exposition est une vraie réussite. La scénographie est pleine d’originalité et  les objets exposés sont pour la plupart poignants : photos, papiers d’identité, mais aussi valises, vaisselle, jouets… Une grande diversité pour raconter l’histoire extraordinairement diverse elle aussi, de la population migrante à Nantes, de son intégration, de ses difficultés, de son engagement.


Expo: Ces Nantais venus d’ailleurs par NANTES7

Le site dédié à l’exposition : http://www.chateau-nantes.fr/expositions/nantais/index.html

Le Gospel

Vendredi,20 mai 2011

Le Gospel est un chant religieux chrétien, protestant d’origine, qui prend la suite des negro spirituals (musique vocale née chez les esclaves noirs des États-Unis au XVIIème siècle). Il s’est développé en même temps que le blues primitif (musique dérivée des chants de travail des Afro-Américains) au XXème siècle.

Les artistes modernes de gospel ont aussi intégré des éléments de musique soul (musique populaire afro-américaine née à la fin des années 1950 aux Etats-Unis).

Le gospel se développa d’abord chez les Afro-Américains et les blancs du Sud, avant de conquérir le reste de l’Amérique et du monde.

Le mot Gospel signifie «évangile» : littéralement « god spell », c’est-à-dire «la parole de Dieu». Les Gospel hymns sont une première étape vers les Gospel songs de 1930.  Ce sont des hymnes traditionnels.

Quelques groupes et chanteurs de Gospel:

Mahalia Jackson (1911-1972)

Image de prévisualisation YouTube

Le Golden Gate Quartet

Image de prévisualisation YouTube

Et Thomas A. Dorsey (1899-1993), Sam Cooke (1931-1964), Clara Ward (1924-1973), Sister Rosetta Tharpe (1915-1973), Marion Williams (1927-1994), Albertina Walker (1929-2010), Hank Williams (1923-1953), Blind Boys of Alabama, Aretha Franklin (qui n’est pas seulement une chanteuse de Gospel), Elvis Presley 1935-1977 (qui n’est pas seulement un chanteur de Gospel), Liz McComb, Whitney Houston (qui n’est pas seulement une chanteuse de Gospel)

Chanteurs et groupes récents: Yolanda Adams, Lauryn Hill, Fitiavana, A4

Gwenn et Nolan, 4ème A

Ces écrivains dont le français n’est pas la langue maternelle

Mercredi,12 janvier 2011

Nous avons aimé cet article, publié sur le site « Rue89 » le 9 janvier.

http://www.rue89.com/2011/01/09/ces-ecrivains-dont-le-francais-nest-pas-la-langue-maternelle-184395

Nous vous en citons quelques extraits.

« Au début, il n’y avait qu’une seule langue », écrit, en français, la Hongroise Agota Kristov (« L’Analphabète »).

 

Agota Kristof a quitté la Hongrie à 21 ans.

 

Un dictionnaire raisonné à paraître en 2011 répertorie pour la première fois les auteurs migrants ayant adopté le français comme langue d’écriture, depuis 1981. L’ouvrage comporte 300 entrées, d’Alain Mabanckou à Atiq Rahimi (Goncourt 2008) en passant par Nancy Huston, Dai Sijie ou Andreï Makine. Il raconte la migration comme source de créativité. Le site « Rue 89 » a extrait quelques passages de l’article paru dans la revue « Hommes et migrations », prochainement en ligne sur le site de la revue.

Ils sont issus de plus de 50 pays différents. Ils ne sont pas nés en France, ni de parents français vivant en dehors du territoire national, et ont vécu, alors qu’ils étaient jeunes adultes ou plus tardivement, l’expérience de la migration.

Les uns se sont installés en France, où ils vivent, écrivent et publient en français : ce sont des figures d’« ancrage ». D’autres en sont repartis, soit vers d’autres pays soit vers leur pays dit d’origine : ce sont des figures de « passage ».

Ainsi, Alain Mabanckou, né au Congo-Brazzaville, vivant et écrivant en France pendant de longues années, est installé aux Etats-Unis. Mahi Binébine, après un long séjour en France et aux Etats-Unis, est rentré au Maroc, son pays natal. Mongo Beti, avant sa mort en 2001 à Douala, n’a cessé de faire le trajet entre son pays d’origine -le Cameroun- et la France.

Dans tous les cas, la France a exercé une nette influence sur leur carrière littéraire.

L’exil qui permet d’écrire et de créer

Au lieu d’insister sur le déracinement ou la perte de repères, le « Dictionnaire des “écrivains migrants” » considère la migration comme une source de créativité (…)

Le champ littéraire français a souvent distingué ces auteurs, par l’attribution de prix importants, comme le Goncourt à Atiq Rahimi ou le Femina à Dai Sijie et François Cheng. L’attribution du prix Nobel à Gao Xingjian (photo) témoigne à elle seule de la répercussion internationale que peut avoir l’œuvre d’un migrant passé par la France.

Rousseau, Zola, Apollinaire, Ionesco…

Le phénomène n’est pas nouveau : ceux qui écrivaient avant le 20ème siècle ont souvent été « incorporés » au patrimoine national, comme Jean-Jacques Rousseau (né à Genève), Emile Zola (dont le père était italien), Guillaume Apollinaire (né polonais), les Ionesco (natif de Roumanie) et les Beckett (de nationalité irlandaise, mais dont une bonne partie des livres sont écrits en français)(…)

(Ursula Mathis-Moser et Birgit Mertz-Baumgartner)