Le Bourgeois Gentilhomme

8 01 2011

Les 4e2 et 4e6 iront voir le vendredi 14 janvier le Bourgeois Gentilhomme de Molière au centre culturel de Dourdan.

Départ à 13h15 du collège et retour pour 16h30.

Nous préparons ce spectacle en étudiant, en jouant la pièce, mais aussi en découvrant le contexte historique très particulier de cette œuvre. Voici quelques vidéos qui permettent de découvrir la musique de Lully qui jalonne cette comédie-ballet, ainsi que le contexte historique de cette œuvre.

Lully – Marche pour La Cérémonie des Turcs

Composition et création

Le Bourgeois gentilhommeFrontispice du Bourgeois
gentilhomme
© BnF

Le Bourgeois gentilhomme est la dernière comédie-ballet à laquelle Lully ait collaboré avec Molière. Les raisons de sa composition méritent d’être relatées :

La cour de Versailles a sorti ses plus grandes richesses en cette année 1669 afin de recevoir pour la première fois l’ambassadeur du Grand Turc. Celui-ci prête peu d’attention à toutes ces dorures (il aurait dit que « dans son pays, les chevaux étaient mieux harnachés que le roi ») ; on découvre de surcroît qu’il n’est pas le moins du monde le haut personnage auquel on s’attendait, mais un émissaire de rang bien plus modeste. Tous ces ors sont par conséquent complètement déplacés.

Afin que la cour ne perde pas la face, il est décidé que serait composée une pièce de théâtre « où l’on put faire entrer quelque chose des habillements et des manières des Turcs ». En naît Le Bourgeois gentilhomme, comportant « un ballet turc ridicule », selon le vœu de Louis XIV, qui permet au pouvoir royal de trouver une réplique élégante au manque de savoir-vivre de son invité.

La pièce est créée à Chambord (le roi avait prévu d’y aller chasser ; cette comédie-ballet est l’occasion d’un divertissement supplémentaire) en 1670, avec Molière (M. Jourdain) et Lully (le Grand Muphti) dans les rôles principaux.

Description de l’œuvre

La Cérémonie des Turcs est destinée à faire de M. Jourdain un Mamamouchi (terme – peut-être adapté de l’arabe – désignant une personne qui se donne des airs supérieurs sans en avoir réellement conscience). Cette scène est le noyau du Bourgeois gentilhomme: c’est autour d’elle que la comédie-ballet est écrite.

L’orchestre utilise presque tous les instruments existant à l’époque, exceptés les trompettes et timbales, réservées aux festivités.

Le ton grave de sol mineur, les rythmes pointés semblables aux grandes ouvertures d’opéras de Lully, les immenses accords (pour l’époque) contribuent à rendre le décalage voulu par les auteurs. Monsieur Jourdain, par la grandeur de la musique, pense vivre l’un des plus grands moments de son existence, alors que l’on se moque de lui.

Cette marche alterne deux parties (A et B, elles-mêmes possédant des reprises). La répétition incessante permet d’étoffer l’instrumentation au fur et à mesure et de donner aux danseurs une impression de vertige.

La marche des Turcs de Lully utilisée dans le Bourgeois Gentilhomme. Les tableaux représentent Louis XIV:

Image de prévisualisation YouTube

Un extrait du film « Tous les matins du monde » d’ Alain Corneau:

Image de prévisualisation YouTube

Des scènes extraites du film « Le Roi danse »: Louis XIV danse sur plusieurs musiques de Lully. On voit dans ces extraits Lully, mais aussi Molière (qui appelle Lully « le Florentin »).

Image de prévisualisation YouTube

Enfin un extrait du « Roi danse » où l’on voit un représentation du Bourgeois Gentilhomme devant le Roi: il s’agit de la scène où le Bourgeois veut devenir Grand Mamamouchi la turquerie finale). Après la représentation, Molière qui interprète le Bourgeois et Lully qui interprète l’un des Turcs se disputent. Chacun souhaitant avoir la préférence du Roi par son art.

Image de prévisualisation YouTube Tags : ,

Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire