Tous les billets de la catégorie Mise en place SPE

Classe virtuelle analyse d’usage #2

Hors la classe, Mise en place SPE, Pédagogie embarquée, Récit de pratique, Vidéo 0 commentaire »

La prise en main du monde par les élèves.

La semaine du 08 février au 12 février 2010 s’est caractérisée par une fréquentation accrue de la classe et ce par divers acteurs :

* « Mes » étudiants viennent découvrir l’espace pour se familiariser ;
* Un étudiant de Marseille en DSAA est venu visiter le lieu intrigué par l’expérience. C’est un étudiant féru de nouvelles technologies et utilisateur de twitter (c’est par ce biais qu’il a connu cet espace). dans sa classe les étudiants ont tous un compte facebook mais peu utilisent twitter comme instrument de veille informationnelle ;
* Un enseignant de l’université qui travaille sur les mêmes thématiques de l’enseignement virtuel.
* Les observateurs tiers – Je sais par témoignage de mes étudiants qu’un avatar est souvent une entité multiple. Les familles, les amis observent la pratique. J’ai souvent eu des commentaires dans les chats de type « mes parents regardent en même temps que moi » « ma grand mère regarde et vous salue » « mes amis ont regardé l’espace ».

Au stade de la découverte et des prises en main la classe est parfois un lieu de rencontres pédagogiques imprévues. Une séance en ligne a mis en contact deux étudiants de lycées différents et de formation différente (un DSAA de Marseille et une IMS de lyon). L’usage me fait songer à des possibilités non ensisagées (rencontre interlycée ?)

Les premiers constats – La prise en mais ne semble pas poser de problèmes aux divers utilisateurs dont les profils sont divers (du geek au béotien).

A ce stade je reste prudent et je pense que les utilisateurs sont encore dans la situation de la découverte, de l’émerveillement de la chose nouvelle.

*
Les premières réactions des étudiantes

* Elise (mais elle vous a déjà expliqué son problème) : « Ne trouvant pas le lien sur votre blog, je suis allé directement sur le site assembl’ive. Je me suis retrouvée avec Julie C, j’ai pu découvrir mais au bout de 20 minutes, après 2 bugs, je suis partie. »

* Problème similaire pour Sandrine.

* Céline : « Moyen à la fois plaisant et pédagogique ; simple d’utilisation et pratique. »

* Aurore : « J’ai acheté un micro ! »

* Julie C. : « Intéressant mais donnez-nous le lien pour s’y retrouver … »

* Jessica : « J’ai beaucoup aimé ! Assemb’live mélange le travail et le divertissement. Cependant il y a beaucoup de bugs. »

* Laureen : « J’ai trouvé ça très divertissant. Pour moi tout a bien marché . Une nouvelle vision du travail, virtuelle et simple. Une méthode qui peut permettre de parler a des personnes d’autres pays en quelques clic. L’espace est très design et actuel, il donne envie de le découvrir ; A quand la prochaine réunion ? »

* Fanny : « Oui, ce « sims en ligne  » est un media original et en phase avec les nouvelles technologie…Elles sont utilisées ici à bon escient ! Ces conférences pédagogiques sont vraiment les bienvenues dans notre formation. Elles nous permettent d’avoir un lien et un vrai dialogue avec les professionnels, par l’intermédiaire d’un professeur, tout ça sans se déplacer. & s’y connectent ceux qui sont vraiment motivés. De plus l’espace, les personnages et les attitudes sont bien adaptés et à la fois drôles…
En revanche je trouve ça dommage qu’il n’y ai pas possibilité de créer un compte définitif, car si l’on rejoint régulièrement l’espace Assemb’live, il faut systématiquement re-ecrire un nom & re-customiser son personnage…surtout quand il y a des bugs, c’est long !
J’ai hâte de voir comment l’interface arrive a gérer une vraie conférence. »

NDLR : Les étudiants parlent de bugs mais à titre personnel je n’ai pas ressenti de problèmes et j’ai perçu ce travail comme extrêmement fluide. J’ai l’impression que les problèmes évoqués viennent des tests du vidéo chat privé qui ont momentanément interrompu la conversation collective. Il me faudra déterminer ce que recouvre la notion de bug dans le discours des étudiants.

– une vidéo de travail in situ

Tags :

Classe virtuelle analyse d’usage #1

Formalisation, Mise en place SPE, Pédagogie embarquée, Récit de pratique, Traces, Vidéo 0 commentaire »

Février 2010 – Premier test en grandeur réelle de la classe virtuelle avec mes étudiants.

– L’élaboration du scénario que je souhaite intituler « module d’apprentissage par classe virtuelle » commence à prendre forme, il est le résultat d’une phase assez longue de préparation. Décrivons les premières étapes :

* Les acteurs

? Informer les étudiants. Une phase préparatoire d’explication des enjeux a été nécessaire. Il a fallu contextualiser ce travail en établissant les liens de causalité entre l’existence d’un espace numérique et les enjeux de formation de l’économie et gestion Vs design. L’objectif affiché est de favoriser le rencontrer entre des professionnels du secteur mode, textile et environnement et les étudiants en cours de formation. Je souhaite que s’instaure un espace de réflexion , d’analyse sur les enjeux croisés du design et du monde de l’entreprise. Dans le monde réel je bute depuis des années sur l’obstacle temps et espace, le monde virtuel est une réponse partielle à mes questionnements pédagogiques. Chaque classe (Design de mode, créateur concepteur textile, matériaux souples) ont été informés des enjeux de cette construction.

? Contacter les intervenants. Il m’a fallu contacter les potentiels intervenants et leur expliquer le sens de ma démarche, tant sur le point théorique que technique. C’est donc un temps de travail masqué relativement long. Pour l’instant il est organisé sur la base de mon réseau personnel et du volontariat des intervenants. Il pose à terme la question de la rémunération, quelle est la position réglementaire sur la rémunération du temps de travail numérique dans un système qui est fondé essentiellement sur un présentiel synchrone ?

* Les outils. J’ai opté pour la plateforme nommée Assemblive développée par aworldforus. Ce choix est le fruit d’une analyse comparée avec le monde virtuel second life.

? SL -Depuis deux ans je visite ce monde mais sans y trouver des réponses adaptées à mes besoins de professeur exerçant dans les sections post bac du secondaire (BTS, DMA, DSAA). Second Life est, en l’état de mes besoins, trop vaste, trop compliqué et je n’ai pas les connaissances et/ou les infrastructures de programmation suffisantes pour construire un espace ad hoc. J’ai le sentiment que le temps de formation de mes étudiants serait trop long et que la lourdeur du soft à télécharger serait un obstacle technique potentiel.

? Assemblive – Le choix de cette solution est motivé par les intentions suivantes.

? Un environnement dans lequel on navigue simplement sans recours à un « soft » lourd. Les acteurs du processus arrivent directement sur le lieu de travail, il n’est nul besoin de « chercher son lieu de réunion ». Cet environnement est chargé de signifiant pour des étudiants de la génération y ou digitals natives. Il évoque les ©sims avec lesquels ils ont joué plus jeunes. Les compétences basses (Jean-François Cerisier – Université de Poitiers) manipulatoires ont été acquises de façon informelle pendant leur adolescence.

? Des avatars qui permettent d’exprimer un gestuelle et des sentiments dans des espaces bien identifiés. C’est un avantage notoire par rapport à la visio conférence ou l’on ne travaille qu’avec un homme ou une femme tronc sans avoir la possibilité de percevoir les évènements au-delà du cadrage caméra. Il me semble que les étudiants sont véritablement immergés dans cet espace, ils peuvent percevoir les interactions dans une conception 3D, exprimer des sentiments, des attitudes via leur avatar (se saluer, applaudir, lever la main etc)

? Des espaces identifiés (amphithéâtre, salle de réunion, espace de détente) dans lesquels il est possible d’exercer des travaux spécifiques différenciés. Ces espaces simulent le réel, pour autant on ne se situe pas dans une posture d’effet diligence.

? Des moyens d’interaction multiples – La voix, le texte, la vidéo, présentation de supports numériques. La communication est orientée vers la réticularité. Les possibilités d’interactions ne sont pas seulement descendantes et unilatérales mais bien réticulaires (Prof / étudiants – étudiants/étudiants – dialogue public, dialogue privé, dialogue public et privé)

? Invariants pédagogiques entre SL et Assemblive

Dans les deux mondes on peut isoler des invariants.

? Le design des environnements, je parle sous couvert des jugements de mes étudiants et collègues du secteur design, « laid, moche, à améliorer, horreur … » Cette variable est à améliorer.Deux explications me paraissent plausibles pour expliquer cette absence de prise en compte de la variable design :

?? Le coût de conception des espaces, il faudrait facturer le temps de travail de designers formés à ce type de travail (ce qui augmenterait d’autant le coût des services) ;

?? La difficulté à mener des projets qui intègrent la diversité des compétences (les geeks savent programmer mais ne sont pas des designers, les designers ne sont pas nécessairement des programmeurs).

? L’occupation de l’espace de travail. Ces espaces sont en général ouverts, ce qui suppose que toute personne peut y entrer. On peut imaginer que des personnes investissent des lieux qui ne sont pas les leurs. Que se passerait-il si je venais faire cours dans l’amphithéâtre second life de la fac de droit virtuelle de Lyon ? Que se passerait-il si un tiers venait perturber une conférence, comment réagir en présence d’un mufle numérique ?

? L’équipement des étudiants – C’est une variable fondamentale du dispositif, sans équipement personnel l’expérience est sans objet. J’ai la chance d’opérer dans un milieu où le taux d’équipement des étudiants est très important, le travail distant s’en trouve facilité. Par contre le réseau du lycée est un obstacle certain par la présence d’un pare feu très efficace (trop efficace)

* Les ressources

? Pour l’instant les ressources sont des traces d’analyse d’usage réalisées lors des premiers tests grandeur nature. En témoigne la vidéo ci-dessous (préférez le mode HD)


Les traces iconographiques sur Flickers

A terme les conférences seront en partie saisies en motion capture et les diaporamas des intervenants seront mis en ligne.

* Bilan du premier test

? Constat de l’enseignant

? Techniquement l’opération s’est déroulée sans encombre technique, pas de bug pour un public de huit participants. Les étudiants étaient à l’heure au rendez-vous (contrairement à ce que dit un tweet). L’opération était commentée en direct sur twitter, des échanges ont eu lieu avec @Hugobiwan et @hme

Il est a noté que les intervenants doivent opérer dans un environnement calme parce que les bruits des environnements domestiques peuvent parasiter le travail (pendant la réunion nous avons entendu une sonnette, un chien aboyer, le son de la wii de mes fils qui jouaient à Super Mario et parfaitement identifié par les étudiants)

? Il semble nécessaire que les participants se munissent d’un casque pour éviter des effets d’écho très désagréables.

? Socialement – l’usage invite à établir des règles sociales de fonctionnement. Il a été acté que les professeurs, étudiants et intervenants n’auront pas de pseudo mais s’identifieront par leur état civil. Le cours étant un mix de présentiel réel et de distant virtuel, les acteurs se connaissent (ce n’est pas le cas dans des dispositifs intégralement distants même avec période de regroupement en présentiel). Les acteurs doivent apprendre à gérer une forme de diffraction sociale. Par diffraction sociale, je fais référence à Wiener et à la possible perte d’information. Il faut gérer à la fois la voix mais aussi le chat, de la sorte on peut communiquer sans brouiller les messages. Le monde d’assemblive n’est pas équipé d’un système qui permette de garder les traces des chats, c’est un inconvénient notoire parce que ces écrits sont des ressources riches pour les enseignants et les étudiants.

? Constat des étudiants

Premières analyses – Quelques « loupés » sont à constater

Des étudiantes sont venues au rendez vous virtuel mais ne se sont pas rendues dans la bonne salle. Elles ont attendu mais en vain et pour cause. C’est une pierre qui est lancée dans mon jardin. Je suppose que j’ai mal expliqué les modalités de connexion (le syndrome du prof qui trempe dans un bain numérique et qui pense que c’est toujours simple). Je pense à l’avenir envoyer le lien par mail ou par twitter aux personnes concernées.

Une étudiante est venue trop tard au rendez vous, elle est arrivée dans la bonne salle mais vidée des ses occupants 🙁

La suite de cette expérience fera l’objet de nouveaux billets

A titre d’illustration, un environnement ludique qui a du sens pour les étudiants de la génération Y. Le jeu participe à la formation informelle des étudiants dans les mondes virtuels – Une vidéo des ©Sims


Le twitter de la séance

ims-virtuel-02-10

Tags :

Analyse de pratique 2009 – 2010

Essaimage, Hors la classe, Mise en place SPE, Podcast, Récit de pratique 0 commentaire »

Le travail observé

La rentrée est consommée, la nouvelle promotion va lancer son projet. Je vais à la fois enseigner et observer les pratiques.

Je vais apprendre 🙂

* Les acteurs des apprentissages

Une classe de 12 étudiants provenant de formations diverses situées sur tout le territoire français :

– BTS design de mode option mode – Lyon, Nimes, Cholet (5)

– BTS design de mode option textile – Lyon (1)

– Prépa ENS Cachan – Lyon (1)

– BTS communication visuelle – Reims (1)

-( à compléter)

1 enseignant d’économie et gestion (créateur du blog) et un 1 enseignant de technologie textile tentent cette année l’expérience d’une structure d’apprentissage instrumentée par les réseaux.

* L’espace de formation

L’apprentissage en DSAAT est un mélange entre du présentiel et du distant . il paraît impossible de concevoir un tel enseignement en le dématérialisant totalement . Des entreprises privées proposent cependant un enseignement de BTS design de mode totalement à distance, sur quelles bases, sur quels scénarii et pour quels résultats ? Je n’ai pas les données en main.

En principe je vais disposer d’une salle de cours avec possibilité de se connecter en permanence (en cours de négociation).

* Le temps de formation

La structure d’apprentissage par les réseaux numériques, la plupart des enseignants le soulignent, est chronophage. J’expliquerai que je ne suis pas « open 24 / 7 » mais que l’enseignement, même instrumenté, est rythmé par des temps cadrés (temps de travail légal, temps familial, temps privé…) et … le temps nécessaire à la réflexion, à l’argumentation, gage de qualité. Je ne souhaite pas faire l’amalgame entre la micro-seconde du temps électrique et le temps de la réflexion. Ce n’est pas parce que je suis souvent connecté que la réponse à une question sera plus rapide.

Lors de la journée d’accueil des documents ont été distribués aux étudiants pour préparer le terrain et expliquer les enjeux de l’apprentissage : l’utilisation du numérique et les enjeux de la gestion dans une formation d’art appliqué. Le papier reste encore présent, notamment pour la période de rentrée des premières années. Je ne sais pas comment informer les étudiants qui ont été retenus lors des entretiens. Le jour de la rentrée la plupart des étudiants extérieurs au lycée ignorent l’existence du blog. Le support papier reste un intermédiaire confortable pour les premiers temps de formation.

Temps N° 1 de la formation en DSAAT 1

Il a été distribués en début d’année plusieurs documents :

– un questionnaire sur les habitudes numériques des étudiants (une synthèse sera faite très vite). je souhaite déterminer les habitudes numériques des étudiants.

Plusieurs dossiers ont été distribués pour assoir le cours d’introduction, il est nécessaire d’expliquer les enjeux des deux années.

– un dossier de synthèse sur les enjeux mode et textile réalisé à partir du rapport Perroti – Reille (2007). Lors de ce premier cours seront soulignées les caractéristiques d’organisation des services design dans les entreprises – Le travail collaboratif et le prégnance des technologies numériques.

– La progression du cours sous forme de cartes heuristiques

– J’ai rédigé un billet sur la façon de créer un blog sur wordpress.com sans en avertir expressément les étudiants (une façon de constater si le blog va être consulté et analysé suite à ma demande lors du premier contact)

A SUIVRE

Tags :

web 2.0 et construction des savoirs

Mise en place SPE 0 commentaire »

L’utilisation des réseaux numériques, notamment le web 2.0, se développe dans les usages pédagogiques, Les communautés d’utilisateurs proposent chaque jour de nouveaux outils pour de nouvelles applications : facebook, twitter, twitterfeed, ning etc.

L’information est diffusée de façon extrêmement rapide grâce aux ordinateurs, aux téléphones mobiles. Une information trouvée, un lien pertinent peut être partagé en instantané.

Cette culture de l’instantané, au risque de froisser mes collègues, me questionne à bien des égards. Les billets de ce blog traitent de la question de la scénarisation et par conséquent de l’élaboration a priori d’un processus d’apprentissage.

L’usage des outils de l’instantané me renvoie en permanence à mes pratiques enseignantes. Lorsque je suis en cours j’apprends aux élèves à construire un discours, à ne pas céder à l’impulsion du moment pour répondre lorsque je lance un débat. De même lorsque je donne un devoir j’insiste sur la nécessité de concevoir un plan, d’organiser ses arguments, de ne jamais considérer que le premier jet est la version définitive.

Or, la plupart des outils actuels du web 2.0 type twitter ne permettent pas d’élaborer un propos.

La question suivante se pose : peut-on réellement construire des savoirs avec des outils qui ne proposent qu’une possibilité : la mise en ligne immédiate ? J’ai le sentiment que le numérique autorise dans certains cas, sous couvert de technologie, ce que nous contestons dans les constructions classiques.

La construction des savoirs est un chemin long, le numérique y contribue assurément mais pas à n’importe quelles conditions.

De ce point de vue le blog me paraît être encore une solution numérique très adaptée au terrain pédagogique et ce pour plusieurs raisons :

Scénariser a priori son travail ;

mettre en ligne un billet lorsqu’il est construit, notamment lorsque l’enjeu pédagogique est fondé sur le collaboratif ;

organiser la circulation des informations ;

choisir de diffuser l’information à un public large ou restreint.

Par contre … Ces outils que je qualifie d’objets de l’instantané, s’ils révèlent leurs faiblesses dans un parcours de construction des savoirs, présentent des atouts évidents dans certaines niches. Je pense précisément à l’enseignement technologique et professionnel qui s’inscrit dans une construction des parcours dans et hors la classe.

Les élèves / étudiants doivent trouver des terrains de stage, obtenir des informations technologiques pour faire avancer leurs projets. De ce point de vue, les FB, twitter sont des amplificateurs de réseaux. L’interconnexion des individus permet de répercuter une demande à une vitesse impressionnante, on peut, dans le cadre des réseaux constitués, obtenir des informations que les schémas d’apprentissage classique ne permettaient pas.

Tags :

Article blog – M Bachand – Québec

Mise en place SPE, Pédagogie embarquée 0 commentaire »

« Bloguer pour enseigner et apprendre »

Charles-Antoine Bachand,

Conseiller pédagogique – Multidisciplinaire Cégep de l’Outaouais

Le billet

Le site profweb publie un billet très intéressant de Charles-Antoine Bachand, conseiller pédagogique, sur l’utilisation des blogs en situation d’apprentissage.

Le billet qui relate son expérience analyse point par point les enjeux et les conséquences de l’introduction d’un blog dans un processus d’apprentissage, narration de pratique tant du point de vue formel que conceptuel.

L’analyse détaillée des enjeux pose clairement la problématique en décrivant dans différents paragraphes : La définition du blog, l’historique, l’anatomie, les différents logiciels blogs, les contextes pédagogiques, les caractéristiques techno-pédagogiques, les diverses pratiques recensées et une bibliograhie fournie

Des points précis sont développés comme l’interopérabilité, la possibilité d’accorder des droits d’accès différents selon les types d’acteurs «qu’il est tout à fait possible pour un enseignant de se doter d’un blogue et d’en limiter l’accès à ses seuls étudiants », la possibilité d’instrumenter un blog comme portfolio numérique. On notera aussi les développements très pertinents sur l’anatomie du blog notamment l’instrumentation des fonctionnalités de wordpress pour organiser une navigation fluide (thématiques etc)

Dans cet article fouillé certaines positions peuvent cependant susciter la discussion et parfois la controverse.

  • M Bachan parle du blog comme d’un lieu de travail entre l’enseignant et les apprenants et accessoirement comme un lieu de lecture pour «passant curieux » Il me semble que l’instrumentation des espaces numériques de type blog pose une question plus large; Celle de la dilatation de l’espace et du temps éducatifs (Rapport Bardi – Bérard – «l’école et les réseaux numériques » – La documentation française, 2002) et de la multiplication des acteurs. L’espace éducatif, depuis l’introduction des réseaux numériques, a franchi les murs des classes et convoque d’autres acteurs. Les nouvelles modalités d’apprentissage font cohabiter, la formation initiale et la formation continue (la formation tout au long de la vie ou life long learning), la classe et le domicile, la classe et l’entreprise (pour les formations en alternance). Au couple traditionnel enseignant / apprenant, il faut ajouter d’autres acteurs. Ce ne sont pas à mon sens de simples passants curieux mais des acteurs actifs qui occupent, selon les cas, une place plus ou moins importante dans les dispositifs d’apprentissage.
  • M Bachand adopte une posture pédagogique qui consiste à laisser une grande liberté aux élèves: liberté de ne pas valider, liberté de ne pas s’identifier et liberté dans la conception et l’utilisation des blogs

– « À partir du moment où les étudiants se sentiront jugés, il est en effet fort à parier qu’ils se feront muets » – « Il doit y avoir sanctuaire » La question qui est posée en filigrane est de savoir s’il faut intégrer le blog comme un élément substantiel de la formation ? Doit-on utiliser le blog pour valider des connaissances et des compétences ? M Bachand semble donner une réponse négative à cette proposition. La question est loin d’être tranchée et d’autres enseignants ont choisi de développer une stratégie inverse (blog de formation des DSAAT du lycée La Martinière – Diderot – Lyon – France -http://dsaa.wordpress.com – http://mouraudjp.wordpress.com

– « Laisser la possibilité aux étudiants de se doter d’un pseudonyme » cette question, évoquée en fin d’article, me paraît plus discutable tant du point de vue juridique que du point de vue pédagogique. Le concepteur du blog est le responsable éditorial, il endosse la responsabilités des propos mis en ligne.. Si le pseudonyme peut aider les timides à s’exprimer, il peut aussi désinhiber d’autres et les amener à déposer des commentaires discutables, non conformes aux règles d’éthiques que nous enseignons et que nous faisonsvalider dans le cadre du B2i (brevet informatique et internet) et du C2i (certificat internet et informatique). D’un point de vue pédagogique il est nécessaire d’apprendre aux élèves d’assurer leurs parties pris, de les défendre en public, même lorsque l’auditoire est dans la dimension globalisée du net. Le terme de sanctuaire « Il doit y avoir sanctuaire autour des réflexions des étudiants et de leur publication » me paraît de ce point de vue un terme fort, peut être exagéré, le dictionnaire définit le sanctuaire comme un lieu fermé, notion, me semble t-il à l’opposé des objectifs pédagogiques du blog, d’ouverture, de potentiel de développement de travail coopératif et / ou collaboratif.

Liberté dans la conception des blogs – M Bachand affirme que : « Il importe enfin de noter que plus l’utilisation des blogues est encadrée, moins elle semble porteuse de résultats bénéfiques » Cette affirmation pose la question de l’utilité de la scénarisation pédagogique qui répond à la complexification du métier d’enseignant. Faut-il laisser une large dose de liberté dans la conception ou faut-il anticiper par la scénarisation ?

Pour Jean-Philippe Pernin et Valérie Emin de l’équipe scénario de l’ INRP de Lyon le scénarion est un : « modèle préétabli et exécutable de l’organisation et du déroulement de situations d’interaction complexes« . le blog doit-il être envisagé comme un artefact qui répond au besoin du moment ? les acteurs se situent alors dans une situation de bricolage au sens au Claude Lévi Strauss l’entend dans « la pensée sauvage » (Paris 1962, Agora). « Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées ; mais, à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outils conçus et procurés à la mesure de son projet: son univers instrumental est clos, et la règle de son jeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord »

Ou bien encore Perrenoud 1983

/…/ la « planification » de l’action pédagogique. La phase de préparation n’est évidemment pas un moment de pure liberté, où l’enseignant choisirait en toute sérénité des objectifs partiels, des stratégies d’animation, du matériel, un fil conducteur. Celui qui n’a pas vécu ou observé de près l’emploi du temps d’un enseignant aura peine à imaginer la tension que représente l’animation d’un groupe d’enfants ou d’adolescents de 20 à 30 heures par semaine. La tension du maître est entretenue par deux préoccupations :
* ne pas perdre de temps, avancer dans un programme annuel chargé ;
* maintenir l’ordre assurer un fonctionnement du groupe favorable à la communication et au travail tout au long de l’année.
La planification des activités est essentielle dans cette double perspective. Certes un maître expérimenté peut  » se permettre  » de venir de temps en temps en classe sans préparation, et improviser une leçon, donner des exercices, voire laisser les élèves  » s’occuper intelligemment « . Ce ne peut être une habitude. Comment les enseignants se préparent-ils, combien de temps y consacrent-ils, font-ils un plan détaillé ou un simple canevas, planifient-ils de jour en jour ou à plus long terme, quelle est la part écrite de la préparation ?

La présence des blogs dans les apprentissages fait émerger de nouvelles compétences chez les enseignants et les apprenants (juridiques, technologiques, rédactionnelles, organisationnelles, de régulation), il semble nécessaire de les intégrer dans les dispositifs, encadrer les élèves est, à mon sens, indispensable.

Je regrette que dans cet exposé M Bachand n’ait pas abordé une compétence émergente, le juridique. Les fonctionnalités des blogs permettent effectivement d’insérer assez facilement des textes, des images, des vidéos, des sons par simple copier / coller. La mise en ligne de ressources engage fortement son auteur puisqu’il doit se conformer aux contraintes des lois et règlements. Une ressource mise en ligne doit respecter le droit d’auteur, le droit à l’image, le droit à citation, le copyright pour entrer dans le registre du droit anglo-saxon et tous les droits liés à la personne humaine L’enseignant doit expliquer ces enjeux qui mobilisent in fine les notions de droits patrimoniaux et extra patrimoniaux.

Il est dommage que ce billet, très intéressant, reste au niveau narratif et ne se termine pas par une proposition de scénarisation, mutualisable et transférable. On aimerait avoir à disposition un scénario, à fin de réutilisation dans son champ disciplinaire. Cela fera t-il l’objet d’un futur billet du blog, j’ose l’espérer.

Jean-Paul Moiraud – INRP – Lyon
Tags :

Table ronde – Spe – Langues

Hors la classe, Langues, Mise en place SPE 0 commentaire »

Diaporama présenté à la table ronde ISTIL (Lyon 1) sur l’enseignement des langues. Nous (équipe EducTice) avions présenté les scénarios de pédagogie embarquée. Le thème de l’intervention était le suivant :

« Comment intégrer un scénario de pédagogie embarquée dans un processus d’apprentissage des langues pour un public d’élèVes ingénieurs sous le régime de l’alternance« 

Le programme de cette matinée de travail organisée par le département langues de l’ISTIL

Lundi 30 juin 2008

L’utilisation des TICE dans l’enseignement des langues vivantes’

PROGRAMME

Les présentations dureront 20 mns suivies de 10mns de questions, sauf l’exposé de JP Moiraud qui durera une heure, questions comprises.

8H15 : Mot de bienvenue de Fabienne OUDIN, Directrice adjointe, ISTIL

8H30 : ‘L’utilisation de Tell Me More à l’ISTIL’, Evelyne Bataille, responsable de l’enseignement des langues

9H : ‘Mise en place d’un suivi TICE pour un public en alternance’, Catherine Batisse, responsable de l’enseignement des langues, et Claire L’Homme, IUT Lumière Lyon 2

9H30 ‘COOPLANG, une expérience d’autonomie guidée en langues’, Isabel Pradat-Paz, responsable du service des langues, Université Lumière, Lyon 2

10H ‘Expérience à l’Ecole vétérinaire de Lyon’, Tim Avison

10H 30 ‘Modules multimédias autour de documents vidéo authentiques’, Joline Boulon, responsable de l’enseignement des langues en Master à l’Université Claude Bernard Lyon 1

11H Pause café

11H30 ‘La pédagogie embarquée’ JP Moiraud, chargé d’études et de recherche – Equipe EducTice à l’INRP

12H30 : Conclusion de Pr J.LIETO, Directeur de l’ISTIL.

table ronde ISTIL

View SlideShare presentation or Upload your own.
Tags : ,

ENT et E3c

E3c, ENT, Mise en place SPE 0 commentaire »

E3C et ENT

22 août, 2008 · Pas de commentaire

Le développement d’un E3c (espace numérique collaboratif de création de connaissances) créé avec un blog pose la question du lien avec les ENT (espace numérique de travail).

Faut-il voir une opposition entre les enseignants qui travaillent à l’aide d’un ENT prescrit et ceux qui utilisent un E3c ?

Il me semble que les deux démarches sont complémentaires et ce pour plusieurs raisons.

  • La première est que l’insertion des réseaux numériques dans l’enseignement repose sur une construction intellectuelle, sur une scénarisation. Par conséquent l’entrée technologique, même si elle est importante, n’est pas prioritaire. L’enseignant qui utilise un espace numérique (E3c ou ENT) doit au préalable un cadre de travail qui intègre le numérique dans les apprentissages. L’utilisation des technologies ne se décrète pas elle se créée.
  • La seconde repose sur un constat, de nombreux établissements ne possèdent pas à l’heure actuelle d’ENT alors même que les besoins en informatiques pédagogiques se font sentir. La mise au point d’une stratégie SPE peut alors être un paliatif très utile.
  • La troisième est de l’ordre de la réflexion prospective. On peut supposer que les collectivités locales (départements, Régions) fortes de leurs nouvelles compétences vont accroître leurs investissement en matière éducative (les exemples sont déjà nombreux). Les décisions prises par les élus vont s’imposer aux enseignants dans les établissements. Les scénarios SPE peuvent être de ce point de vue une anticipation et une préparation aux possibles évolutions locales
Tags :

langue et spe

Langues, Mise en place SPE, Pédagogie embarquée 1 commentaire »

Le scénario pédagogique présenté et analysé sur ce blog a été conçu de façon décontextualisée.

Il est cependant nécessaire de dépasser le cadre conceptuel. Le scénario devrait permettre à tout enseignant, quelque soit le niveau, quelque soit la discipline, d’intégrer spe.

Nous sommes au niveau de l’hypothèse (à confirmer ou à infirmer)

L’enseignement des langues semble être un terrain favorable au développement de SPE pour plusieurs raisons :

  • Pédagogique
    • La nécessité d’apprendre l’écrit et l’oral (pratiquer l’un et l’autre)
    • La présence de plusieurs modes de certification (formation initiale, formation en alternance, spécificité des validations en VAE, Life Long Learning en entreprise)
    • La prise en compte institutionnelle des compétences (CECRL)
    • Technologique
    • La présence des technologies nomades qui mettent au centre la voix et l’écrit
    • L’émergence de solutions en ligne qui permettent de mettre en place un dispositif de travail collaboratif
    • La possibilité de dialoguer en s’affranchissant (lorsque cela est nécessaire !) des contraintes de temps et d’espace.

    A partir du scénario décontextualisé il faudra organiser et contextualiser l’apprentissage.

    Une piste d’analyse pour créer un maillage dynamique d’apprentissage. Les acteurs, les outils, les ressources.

     

    Les acteurs

    enseignant qui ?
    apprenant qui ?
    administration qui ?
    professionnel (en cas d’alternance) qui ?
    autres qui ?

     

    Les outils

    espace numérique (E3c) lequel ?
    fichiers sons comment sont-ils créés ? quel est leur rôle ?
    espace numérique de dialogue lequel ? comment l’intégrer dans le cours ?

     

    Les ressources

    créés / déposées par l’enseignant comment ? dans quel objectif ?
    créés / déposées par les apprenants comment ? pourquoi ? dans quel objectif ?
    créés / déposées par un professionnel comment ? pourquoi ? dans quel objectif ?

     

                                    Organiser (mailler) les acteurs, les outils, les ressources

    Une nouvelle architecture de la classe – Une salle qui rassemble l’enseignant, les apprenants, les réseaux.

    Une pédagogie qui intègre les réseaux numériques

    Cette grille d’analyse devrait permettre à un enseignant de commencer à contextualiser son scénario SPE.

    L’utilisation des réseaux numériques dans un schéma d’apprentissage pose la question de l’organisation du cours.

    • Doit-on plaquer du numérique sur un modèle classique ? (un enseignant, des apprenants, un dialogue calibré.
    • Doit-on remodeler le cours ? Cela signifie que le maillage dynamique évoqué ci-dessus fait l’objet d’une tentative de mise en place, créer les conditions d’un travail collaboratif entre les acteurs grâce à des outils adaptés comme chinswing ou voicethread (des solutions, parmi d’autres, de dialogue en ligne). L’aménagement de la salle de cours doit aussi faire l’objet d’une réflexion. Peut-on conserver la structure habituelle c’est-à-dire d’un coté une salle banalisée de l’autre une salle informatique ? Le wifi est-il un élément de la pédagogie ? Les étudiants peuvent-ils surfer pendant le cours ? A mon sens la réponse est oui puisqu’il faut pouvoir accéder en permanence aux ressources de travail. Cette opération de déconstruction du cours ne va pas sans risque notamment en terme de critiques : »les étudiants ne vont pas écouter et s’évader sur le net ».

    • On peut aussi utiliser les fonctionnalités des visio-conférences par skype.

    Je lance ici des pistes de réflexions que peuvent alimenter les professeurs de langues, puisque ce blog se veut collaboratif

    langues_0001.wmv

    Prise en main de la plateforme

    Mise en place SPE 0 commentaire »

    Mise en place d’une stratégie SPE

    Mise en place SPE 0 commentaire »

    Les différents articles de ce blog sont articulés de façon revendiquée autour d’une analyse conceptuelle mais … La volonté d’essaimer un concept nécessite de se donner les moyens de mutualiser le scénario. Il faut aussi vérifier que les enseignants peuvent s’approprier sans trop de difficulté le modèle décontextualisé et sont capables de le recontextualiser dans leur champ disciplinaire.

     

    Vous trouverez ci-dessous un tableau d’analyse pour préparer votre spe :

    Cochez les cases si la réponse est oui.

     

    Mise en place du blog

    Niveau de formation Primaire
    Secondaire  
    Supérieur  

    Temporalité du blog (semaine, mois, année, pluri-annuel)

     

    Matériel professionnel mis à disposition de l’enseignant

    Ordinateur fixe  
    Ordinateur portable  
    Un ordinateur par élève  
    Un ordinateur pour plusieurs élèves  
    Un ordinateur pour combien d’élèves ?

     

    Vidéo projecteur  
    Tableau blanc informatique (TBI)  
    Accès réseau Internet dans les murs de l’établissement  
    Présence de salle informatique  
    Salle de classe dans la salle informatique  
    Salle de classe distante de la salle informatique  
    Apprenants possédant des portables fournis par les établissements ou les collectivités locales  

    Accès internet

    Accès par le réseau sur des ordinateurs fixes  
    Accès dans les salles de classe par wifi  
    Pas d’accès internet  
    Stabilité des connexions  
    Instabilité des connexions  

    Matériel personnel de l’enseignant

    Ordinateur  
    Téléphone portable  
    Connexion internet  
    Appareil photo numérique  

    Matériels mis à disposition des apprenants

    Ordinateurs fixes  
    Ordinateurs portables  
    Connexion internet  
    Outils nomades  
    Clés USB  
    Lecteur MP3  

    Matériels personnels des apprenants

    Ordinateur fixe  
    Ordinateur portable  
    Clé USB  
    Lecteur MP3  
    Téléphone portable  

    Compétences technologiques de l’enseignant

    Titulaire de C2i2e

     

    Estimation personnelle – perception de ses connaissances

    Excellentes  
    Très bonnes  
    Bonnes  
    Moyennes  
    Insuffisantes  
    Inexistantes  
    Si j’estime que mes capacités sont médiocres suis je prêt à m’appuyer sur les compétences des élèves ? (techno-sherpa)

     

    Choix de la plateforme blog

    Plateforme libre  
    Plateforme commerciale  
    Présence de publicité  
    Capacité de stockage des fichiers

     

    MO

    Possibilité d’inscrire ses élèves pour collaborer  
    Possibilité de créer des tags  
    Possibilité de créer des thématiques  
    Possibilité d’insérer des fichiers sons en podcast (présence d’un lecteur son)  
    Possibilité d’insérer des fichiers vidéos (présence d’un lecteur vidéo)  
    Tableau de bord de gestion simple  
    Possibilité d’exporter les articles  
    Informer sur le projet spe
    Informer son administration  
    Informer les élèves  
    Informer les parents  

     

    Les compétences à mettre en oeuvre

    technologique  
    juridique  
    langagière  
    de régulation  

     

    Définir la structure de navigation

    URL du blog  
    Choix des thématiques  
    Choix des tags  
    Choix de la page d’accueil  
    Identification des auteurs  
    Identification de l’objet du blog  

     

    Place des flux RSS

    Le créateur du blog connaît-il l’utilité des flux RSS ?  
    Information des lecteurs – isoler le flux pour créer des marques pages et / ou gérer son logiciel de messagerie  
    Choix de créer une revue de presse  
    Autres rôles des flux rss ?  

     

    Définir une politique graphique

    Police de caractère  
    Taille de la police  
    Couleur