Ne ratez pas LIBSCO un salon éducatif digital passionnant le 16 octobre

LIBSCO, le salon éducatif qui décloisonne l’éducation, est de retour le 16 octobre 2021

L’école bouge ! Des initiatives développées par des enseignants et des éducateurs passionnés voient le jour un peu partout : diffusion de pédagogies alternatives au sein des classes publiques comme privées, création d’écoles différentes, solutions concrètes pour la prise en compte des troubles de l’apprentissage…

Telle est la mission de LIBSCO, que j’ai découvert cette année, le salon de la liberté pédagogique : repérer sur le terrain les expérimentations et innovations éducatives réussies pour les porter à la connaissance du plus grand nombre. Autant vous dire que vous allez découvrir des formes de pédagogie et des expériences de terrain qui vous donneront aussi envie d’innover!

L’étonnant succès de LIBSCO

La première édition du LIBSCO avait rassemblé près de 1200 visiteurs en 2019, soit presque le double de la fréquentation espérée : enseignants, chercheurs, directeurs d’écoles, acteurs de l’orientation et du soutien scolaire, formateurs et pédagogues, mais aussi parents d’élèves et associations s’étaient pressés au LIBSCO, à la recherche d’expériences concrètes et de partages de bonnes pratiques.

 

 

 

 

Crise sanitaire oblige, l’édition 2021 du LIBSCO est programmée en version digitale pour rester accessible au plus grand nombre. Toujours gratuit, ce salon propose une sélection d’ateliers interactifs, de la maternelle au Bac.

  • Comment faire renouer les élèves avec l’attention et donner du sens à ce qu’ils apprennent ?
  • Repenser l’enseignement de l’anglais ?
  • Que proposer aux familles comme aux établissements en matière d’orientation ?
  • Comment utiliser la méthode de Singapour?
  • Repérer et prendre en compte les troubles DYS
  • intégrer les Réflexes archaïques dans les apprentissages
  • Recourir à la Gestion mentale.

Voilà autant de sujets et de thématiques qui seront abordés lors de cette édition.

 

 

 

 

 

Chaque prise de parole durera 20 à 40 minutes, afin de rester compatible avec le format web.

Point d’orgue du LIBSCO 2 : le débat entre Harold Bernat et François-Xavier Bellamy

La soirée du 16 octobre promet d’être animée avec un débat public entre Harold Bernat, professeur de philosophie, et François-Xavier Bellamy, ancien professeur de la même discipline et député européen. Au cœur de leurs échanges : la formation des professeurs, dont de multiples rapports pointent les manquements sans être pourtant suivis de réformes approfondies, faute de consensus. 

Très éloignés politiquement, ces deux orateurs hors pair, qui pensent l’école de demain, ont accepté de confronter leurs points de vue afin de nourrir le débat éducatif.

Que faut-il réformer dans la formation de nos enseignants ? Comment ?

Et surtout, pour quelle vision de l’école ?

Un débat à ne pas manquer.

Pour en savoir plus et ne pas rater ce très beau salon pédagogique je vous laisse le lien vers sa programmation:www.libsco.fr

Surtout notez bien dans votre calendrier: Libsco , le salon de la liberté pédagogique, le samedi 16 octobre 2021

Ludiquement vôtre

Monsieur Mathieu

 

Le co-enseignement et si vous testiez?

co enseignement

Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous allons parler de co-enseignement. La pratique se développe certes,mais reste sporadique dans bien des académies. Pourtant ses bénéfices pour les élèves comme pour les enseignants sont multiples. Or le plus souvent on n’ose pas ou peu, on se freine par les contraintes qu’une telle pratique impose. Éclairage sur tout-ceci.

 

1.   Qu’est ce que le co-enseignement?

Il s’agit d’intervenir au sein d’une même classe à deux enseignants. La pratique de co-intervention avec les maîtres spécialisés est très largement répandue mais celle du co-enseignement avec un professeur non spécialisé l’est beaucoup moins notamment en primaire.Pourtant avec le développement du surnuméraire cette pratique va être amenée à nous concerner de plus en plus.

Il s’agit en effet de tout mutualiser qu’il s’agisse des élèves, des moyens, des locaux, du matériel.

La suite de cette chronique est à lire ici: chronique de M Mathieu pour le petit journal des profs

NB: si vous avez aimé ce que vous avez trouvé sur cette page vous pouvez liker (cliquer j’aime) sur la page facebook du Blog de Monsieur Mathieu ainsi vous serez au courant des dernières publications et vous donnerez un petit coup de pouce en visibilité à l’auteur. Merci! (vous pourrez aussi me formuler vos demandes ou questions)

Et si l’essentiel était dans la pédagogie du bonheur?

Privilégier le bien être de l'enfant

La pédagogie du bonheur ? Il faut le reconnaître, nous la maîtrisons peu ou pas. Bien souvent nous sommes trop occupés ou préoccupés à faire travailler nos élèves, les évaluer, les faire réviser, les faire” bachoter” en quelque sorte. Nous devons parfois punir ou sanctionner pour participer à l’éducation des enfants qui nous sont confiés. Nous courons sans cesse après les programmes en sachant pertinemment qu’il est illusoire de vouloir les terminer. Dans cette course à l’apprentissage, à la différenciation, à l’éducation, nous oublions peut être l’essentiel: l’Humain !

Une enseignante innovante croit, elle, en cette place privilégiée laissée à l’humain. Privilégier le bien être de l’enfant qui est un humain avant d’être un élève. Voilà le fondement de la pédagogie du bonheur : découverte !

Le reste est à découvrir dans ma dernière chronique: La pédagogie du bonheur

Vous trouverez sur cette page l’ensemble de mes chroniques publiées

L’élève français: un cancre en langues étrangères

Je vous invite à lire cet article paru dans le monde de l’éducation et qui préconise entre autre de sortir d’un enseignement des langues de manière trop académique en exploitant des films, des chansons, toute situation de communication (bref ce que nous faisons nous à l’école primaire). Il rappelle aussi la proposition de l’ex-ministre de l’éducation Luc Chatel qui voulait amener les langues étrangères dès la maternelle. A méditer…

http://www.lemonde.fr/education/article/2012/07/22/l-eleve-francais-ce-cancre-en-langues-etrangeres_1736714_1473685.html