D’où vient notre motivation de rechercher des exoplanètes ? Dans quel but ?

Une exoplanète est une planète hors de notre système solaire. Elles ne sont pas détectables directement, il faut déduire leur existence grâce à la lumière des étoiles. C’est pourquoi la prospection se fait par d’énormes télescopes avec des miroirs pouvant atteindre 8m de diamètre. Pour l’heure il nous est impossible d’envoyer des sondes pouvant recueillir des informations, du fait des distances nous séparant de ces planètes.

Pourtant, des laboratoires mènent actuellement des recherches d’exoplanètes atteignables pour :
– savoir si la vie est possible ailleurs que sur terre ?
– entrer en contact avec elle ?
– la coloniser ?
– trouver des nouveaux éléments chimiques ?
-….

Personnellement je me suis toujours demandé si nous en serions techniquement capables, sans parler des moyens financiers pour y accéder bien sûr ! Auxquels viendraient s’ajouter des considérations éthiques : pourquoi ne pas s’occuper en priorité de l’humanité sur terre ?

C’est pourquoi dans cet article je vais vous présenter la vidéo d’un youtubeur qui pour moi est la meilleure vidéo à propos de ce thème : « Les chasseurs d’exoplanètes. »

Je vous propose de visionner ce film de 30 minutes « chasseurs de monde », une vidéo youtube que l’on pourrait classer selon moi dans la catégorie des documentaires (C’est d’ailleurs ce que j’ai fait). Ensuite nous pourrons reprendre le débat autour de ces questions : « Quelles sont nos raisons d’explorer l’espace ? Avons-nous besoin d’y chercher des réponses avant d’avoir entièrement exploré notre planète ? Quelles sont nos priorités entre conquête et protection de la Terre ? »

Quelques mots à propos de ce support :

Cette vidéo a été publiée le 31 Juillet 2019 par Axolot (Pseudonyme du Youtubeur).

On y retrouve Michel Mayor, l’astrophysicien qui a découvert la première exoplanète en dehors de notre système solaire en 1995, découverte récompensée par un prix Nobel de physique cette année… Une sacrée pointure donc !
Alexandre Astier, un humoriste qui possède une vision de l’avenir bien différente de la plupart des êtres humains, fait également partie de l’aventure. Il a créé « L’exoconférence », une pièce de théâtre abordant le sujet des exoplanètes.

Chacun a été (en plus de cette vidéo) interviewé par Axolot. Pour en savoir plus voici les liens :

Alexandre Astier : https://www.youtube.com/watch?v=LwkmqvmcyEw

Michel Mayor : https://www.youtube.com/watch?v=6uPUm21Hn4M

Dans ce reportage, nous apprenons beaucoup de choses sur la conquête de l’espace. Pourquoi voulons nous trouver absolument de la vie sur une autre planète ? Cherchons nous des réponses à nos questions ou simplement communiquer avec ces formes de vie afin d’en apprendre plus sur cet infini lointain inatteignable qui est l’espace ?

Plusieurs phrases d’Alexandre Astier ont particulièrement retenu mon attention, la première : « Je crois qu’il faut qu’on règle d’abord ce qu’on cherche avant de savoir ce qui nous satisferait ou non ».

Pour Alexandre Astier la question porte sur l’objectif poursuivi lors de la recherche d’exoplanètes mais pour moi, la question se pose même encore avant : pourquoi mener des recherches dans l’espace alors que l’urgence est de trouver des réponses aux problèmes qui se posent sur notre planète ? Nous préférons nous imaginer coloniser l’espace plutôt que d’essayer de supprimer le plastique dans nos vies. N’est-ce pas un défaut de la race humaine de vouloir toujours conquérir sans se soucier de la désolation causée par ce sentiment de supériorité et d’insatisfaction ?

La seconde phrase : « Si on pourrit là on n’a pas de backup ».
La recherche de traces de vie sur les exoplanètes pose les questions suivantes :
– Qu’est-ce qu’on considère comme la vie ?
-Est-ce que la vie est née en 1 seul point sur terre, où a pu, ou pourra, naître ailleurs si l’endroit est propice ?
– Est-ce que toutes ces considérations ne seraient pas des fantasmes car l’homme se sent seul sur terre ?

En fait les exoplanètes ne sont pas un plan B, il n’y a pas d’autre monde refuge que le nôtre.

Vous me direz : et alors ? Nous serons déjà morts depuis longtemps, nous ne connaitrons pas tout cela. Le monde peut s’arrêter de tourner du jour au lendemain, un simple virus emprisonné dans la glace pourrait exterminer l’espèce humaine… Alors pourquoi ne pas se préoccuper de ce que nous avons sous nos pieds plutôt que ce que nous n’atteindrons peut-être jamais ?

Jules Depoisier DNMADE 1 HO – 2019-2020

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.