Coupable ou innocent ?

 » Et toi, pour ou contre la peine de mort ? « 

Si tu es encore indécis à ce jour, que le sujet te remplit l’âme et le corps de frisson, alors il serait peut être temps à ton âge d’affirmer ton humanité et me dire si oui ou non tu es pour ? Quoi…? Tu as peur de prendre partie ? Alors peut être que la suite va pousser ta réflexion à son paroxysme.

Appuyons notre thèse sur le film de Michel Drach sorti le 7 novembre 1979  (adaptation du roman éponyme de Gilles Perrault, 1978) qui n’a pas peur de verser  au débat « Le Pull Over rouge » dans les griffes d’une société en plein débat national sur la peine capitale !

Un film de Michel Drach.

Synopsis : Ce film traite du procès de Christian Ranucci, antépénultième (avant avant dernier) prisonnier exécuté en France. L’histoire se déroule à Marseille, le 3 juin 1974. Une fillette de 8 ans disparaît. Une heure plus tard vers midi, deux voitures ont un accident à un carrefour non loin de là, et l’une d’elle prend la fuite. Le véhicule immatriculé 1369 SG 06 est retrouvé ! Le conducteur s’appelle Christian Ranucci, il a 22 ans. Lorsque la police découvre le corps mutilé de la jeune victime, la population locale est en émoi. Ranucci doit être sévèrement puni… 

Le livre publié en 1978 fait naître le doute sur la culpabilité du condamné et ouvre aussi la question sur la peine de mort. Comment se fait-il qu’on puisse encore « couper un homme en deux » ? 

Réalisation très simple mais qui, je pense, reste efficace. La réalisation se passe d’artifices stylistiques et met l’accent sur l’aspect informatif qui plonge le public dans un climat extrêmement stressant. Des sauts dans le temps permettent de reconstituer toute l’histoire avec beaucoup de minutie. La caméra omnisciente frôle les personnages et fait ressortir les vérités indiscutables : l’angoisse de la famille, l’intimité du coupable, le sort terrible de l’enfant, sans oublier la pression populaire sur l’enquête et le système judiciaire. Frôlant le film polémique et engagé,  l’auteur critique au contraire la polémique médiatique qui eut lieu quelques années auparavant autour de l’affaire mais reconnaît dans le même temps la légitimité de l’indignation générale. Son côté déplacé marque une justice oppressée par les observateurs, privée d’indépendance, totalement dépassée par la quête de la vérité. Les acteurs sont grandioses. Pour conclure, un très bon drame policier ainsi qu’un très bon film sur la justice et le système pénal. A vos écrans les inspecteurs, et oui… il faut bien vous faire un avis !

Est-il coupable ou innocent ? Tout est vrai dans cette histoire ! Certes invraisemblable, mais vraie !

Ce n’est pas à moi de juger si dans ce cas précis l’homme suspecté est coupable ou innocent mais dans un cadre plus large, la peine de mort n’a pas permis de dissuader un tel crime, peut être avait-il envie d’être une « star » des médias avant de mourir dans une mort « peu douloureuse » ? La condamnation a perpétuité doit, j’en suis certain, faire réfléchir plus d’une personne. En tous cas si j’étais l’un d’entre eux j’aurais moins peur de mourir en 1 minute que d’être enfermé toute une vie sans jamais sortir, mépris par des remords à en devenir fou (une terrible cruauté psychologique). Une étude prouve qu’au Canada par exemple, la peine de mort n’a pas fait baisser la criminalité, des années 70 à aujourd’hui, où elle est désormais abolie. Je suis sûr que vous aussi vous trouverez une part de vengeance dans la Justice  ! Ne vous méprenez pas chers lecteurs, le terroriste, qui veut mourir pour ses convictions, a d’autant plus de volonté que ses actions font de lui un martyr plutôt que de mourir de l’intérieur dans une cellule grise, seul et désemparé.

Les peines doivent être selon moi durcies jusqu’à atteindre une allégorie de la peur et de la souffrance. Parfois il faut savoir remanier les éléments plutôt que de les changer.

Article proposé par Victor Monnin, DNMADE1 HORLOGERIE – 2019-2020

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.