Le rap, cette sous culture !

Je suppose que vous avez tous vu ou du moins entendu parler de ce groupe de musique française qui a tourné un clip sur notre chère Tour Eiffel, et pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, je vous invite avant de continuer votre lecture de faire un tour (même quelques secondes) pour voir de quoi je vais parler aujourd’hui.

Les cheveux lissés, les chansons auto-tunée aujourd’hui, nous allons parler de chanson française ou plutôt de rap français. Le groupe dont je vais parler aujourd’hui est … (roulement de tambour) PNL !

Après plusieurs albums, ils sortent leur dernier projet en avril 2019 qui s’intitule « deux frères »

Nous n’allons pas nous étendre sur la performance de rap de ce groupe, non…

Je vais vous poser une seule question, j’espère que vous changerez d’avis sur le rap français après avoir vu mon article. La chanson urbaine peut-elle être une source de curiosité culturelle ? La réponse à cette question va vous surprendre !

Commençons depuis le début, le rap français est très peu apprécié par le grand public, seules certaines chansons du type Aya Nakamura ou  Gims sont les plus appréciées mais c’est sûrement les chansons qui ont les textes les moins recherchés, va savoir pourquoi ?
Le rap, cette sous culture (comme le dit si bien notre très cher Éric Zemmour) peut être source d’ouverture vers la culture… avec leur texte, PNL, pourrait peut-être nous donner envie de nous/vous ouvrir ?

Pendant ce confinement (qui est très long…), j’ai analysé pour vous (oui car un album contient de nombreux petit recoins) tous les textes un par un (oui c’était très long, mais j’y ai mis tout mon cœur) pour vous dégoter toutes les références qui ressortent de leurs chansons.

Le groupe a depuis plusieurs années évolué dans la manière de décrire leur quotidien, pour comprendre leurs textes (car curieux comme vous êtes, j’imagine et j’espère que vous allez prendre la peine d’écouter une de leur chanson…) je vais vous expliquer leur univers.

Leur musique est rythmée par 5 actes, 5 piliers qui sont un peu plus qu’une simple histoire. Le groupe joue d’une vraie imagerie et a construit un univers complet autour de ces piliers.

Bon, commençons. Nous voici dans la jungle leur premier pilier, cette jungle n’est pas celle de Mowgli, non c’est une métaphore du quartier, de la banlieue. Le groupe marche beaucoup avec des visions animalistes pour décrire dans quoi ils ont grandi.
La famille est leur deuxième acte, oui pour eux, la famille est très importante et comme nous pouvons le comprendre dans leur titre “deux frères” (le groupe est en effet constitué de deux vrais frères) leur amour fraternel est très important.
Le troisième pilier, lui, est un des plus importants dans leur univers car c’est grâce à ce sentiment que nous comprenons qui ils sont, et pourquoi ils écrivent comme ceci. Ce sentiment très particulier est la haine, il est la conséquence de leur souffrance et le sentiment qui leur donne la force de réussir mais cette haine dans leur dernier album est peu à peu remplacé par la tristesse et éclipsé par la mélancolie (oui des jeunes de banlieue et bandits tristes, oui ça existe.. ) et nous pouvons nous en rendre compte sur la piste 16.
Le monde est l’avant dernier pilier de leur univers, leur objectif est le même que Tony Montana, conquérir le monde, un peu à la manière de « la fin justifie les moyens ». Leur fameux clip sur la Tour Eiffel est un peu un moyen de montrer qu’il y réussissent, et la réussite par soi-même est beaucoup plus appréciable qu’avec l’aide des autres car il se produisent en indépendant.

Et pour conclure les piliers, nous allons parler de religion. Elle est présente dans leurs textes (avant la musique, ces deux garnements n’ont pas toujours fait des choses licites pour atteindre leur but) leur objectif était la lune comme Amel Bent.

Après une longue et pénible description pour les plus impatients, je vais vous dévoiler les références que j’ai trouvées mais ce ne sont pas que des simples références qui sortent de leur texte à tout va, elles sont utilisées subtilement et judicieusement comme vraie métaphore en cohabitation avec les onomatopées très animalistes…

Voici un petit récapitulatif qui montre la multitude de métaphores, et face à cette large palette, nous ne pouvons qu’être curieux de tout ce petit monde qui nous attend. Certaines sont très familières mais d’autres un peu moins, des références ont déjà été présentées dans certains articles comme Dr.Stone par exemple. Et nous pouvons voir que beaucoup de références sont portées sur les animés/mangas et les jeux vidéos, des films qui pourront certainement vous occuper pendant toute la durée de cet ennuyeux confinement ! (Ne me remerciez pas ! Pour les références, je vous invite à les regarder pour vous immerger dans leur univers et découvrir par vous même les mangas/films/jeux… ) et bonne ouverture culturelle ! (Grace au rap).

Liste références :

Manga/animé :

Dragon Ball
GTO (great teacher onizuka )
Bleach
Dragon Ball Z
Tobaku Mokushiroku Kaiji
Akira
Hunter x Hunter
Naruto
Dr.stone

Film/série/dessin animé :

Paid in full
Split
Super man
Rasta rockett
Babar
Le livre de la jungle
Mulan
Peter Pan
Dallas
La cité de Dieu
Star Wars
Les princes de la ville
Notre belle famille
Deux frère
Batman
Scarface
Zorro
E.T
Training day
Le roi lion

Jeux vidéo :

Street Fighter
GTA vice city
Pac-Man
The legend of Zelda
Shenmue
Shinobi
Devil may cry
GTA V

Bonus personne populaire diverse :

Ricardo Izecson dos Santos Leite (Kaká)
Barack Obama
Alphonse Capone (Al Capone)
Édith Gassion (Edith Piaf)
Pedro Miguel Carreiro Resendes (Pauleta)
Tandem
Fonky family
Léo Ferré
Henry Olusegun Adeola Samuel (Seal)
Franck Ribéry
Edson Arantes do Nascimento (Pelé)

PERROT Marion – DNMADE2 – Avril 2020

2 réflexions au sujet de « Le rap, cette sous culture ! »

  1. Étant moi même relativement admiratif du travail artistique exposé par les deux frères, Tarik et Nabil ANDRIEU, j’étais relativement enjoué à l’idée de lire cet article. Tout ce qui est dit est bon, cependant peu représentatif du travail fourni par le duo. L’article manque juste de références au précédents projets du groupe. Afin de faire comprendre même au non connaisseurs l’univers des deux frères.

    De plus le fait d’avoir des références ne fait pas tout, en reprenant l’exemple d’Eric ZEMMOUR, qu’on le veuille ou non c’est une personne très intelligente et très cultivée par ses lectures mais cela n’empêche pas qu’il soit l’une des personnalités les moins appréciées par le peuple français.

    Pour terminer je suggèrerais un petit changement de titre car oui LE RAP est pris pour une sous culture mais il n’est par représenté uniquement par ce duo. Un tas d’autres artistes ont des références plus pointues et subtiles comme le rappeur Médine ou encore Nekfeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.