The Crow : Le tragique hymne à l’amour

The Crow premièrement c’est le titre d’une bande dessinée de James O’Barr paru en 1989 qui fut par la suite adaptée à l’écran plusieurs fois. Je vais parler principalement de la première adaptation faite par Alex Proyas pour le cinéma et du livre de O’Barr.

Le film raconte l’histoire d’Eric Draven et de sa fiancée Shelly Webster qui tous les deux se font assassiner le 30 octobre lors des événements de « devil’s night ». Un an plus tard Eric revient à la vie ressuscité par un corbeau. Les faits de l’assassinat ne sont pas les mêmes dans le livre mais j’y reviendrai plus tard.

The devil’s night est un événement réel qui existe aux États Unis à Détroit dans le Michigan, où durant cette nuit certaines personnes mettent à feu et à sang la ville. En 1984, 800 feux ont été déclenchés volontairement. Je vous renvoie sur ce site où se trouvent des photos des évènements (malheureusement je ne peux pas les mettre directement ici car elles sont protégées).

https://ksc711.smugmug.com/Detroit-FD/Detroit-Devils-Night-1980s/

Dans le livre les amoureux se font tuer alors qu’ils étaient arrêtés sur le bord de la route par une bande d’hommes. Dans les deux adaptations ce gang est présent et Shelly est violée par celui-ci. Cette scène de la voiture s’explique car l’auteur a perdu sa petite amie dans un accident de la route, il se sentait coupable et a exorcisé son mal-être dans ce livre. Une tragédie est à l’origine de cette histoire c’est la première similitude entre la fiction et la réalité car la suite dans le monde réel est tout aussi tragique. Lors de l’adaptation de Proyas c’est l’acteur Brandon Lee qui obtient le rôle d’Eric et durant l’une des scènes de violence le personnage de Funboy tire sur Eric, cependant l’arme à feu éjecta un projectile qui tuera Brandon, cet événement après enquête sera classé comme étant accidentel. Les informations concernant comment l’arme à feu a pu tuer l’acteur diffère : l’une des raisons serait que dans l’arme se trouvait peut être une véritable balle oubliée ou bien que de véritables balles modifiées à blanc auraient été utilisée une semaine avant et une pointe serait restée dans le canon et aurait été éjectée en même temps que la balle à blanc. Rappelons que le père de Brandon, Bruce Lee est lui aussi mort durant le tournage de l’un de ses films ce qui créera des théories (mais cela ne nous intéresse pas pour cet article). Brandon après le tournage devait se marier avec Eliza Hutton cela est une autre similitude entre la réalité et le film puisque Eric devait se marier avec Shelly. Cette ressemblance rend le récit encore plus triste et renforce l’idée de malédiction autour de The Crow.

Toutefois n’oublions pas que derrière ces évènements tragiques se trouve un hymne à l’amour. En effet, Eric revient d’entre les morts car son amour pour Shelly est si fort et les causes de sa mort sont si horribles que le corbeau lui donne la chance de se venger des monstres qui les ont tués. Que ce soit dans le livre ou le film les scènes de flash-back nous montrent à quelle point les deux personnages s’aiment. Eric de nouveau parmi les vivants souffrira au contact des objets dont leur amour est imprégnés. Eric éprouve aussi un profond amour pour Sarah une enfant dont la mère ne s’occupe pas, le couple sera donc comme sa deuxième famille et les retrouvailles entre les deux sont un passage très fort, plein d’amour et de tendresse. Dans le livre Sarah s’appelle Sherri et elle n’est pas proche du couple, Eric la rencontre en cherchant Funboy, leur relation n’est pas aussi forte que dans le film. A la fin de l’histoire Eric peut retrouver l’amour de sa vie en paix.

Si le film a une esthétique gothique et qu’il possède une grande violence il est avant tout le récit d’une grande histoire d’amour brisée, un amour pur qui permet des miracles. Sur le poster on peut voir qu’il est écrit sous le titre « believe in angels », croyez aux anges, malgré la mort l’amour sera toujours plus fort que la mort, Eric dit dans le film « it can’t rain all the time », il ne peut pas pleuvoir tout le temps, je pense que l’on peut l’interpréter comme un message d’espoir malgré la pluie, le beau temps revient toujours. L’amour est ce qu’il reste, il sera toujours vainqueur face à la mort.

Marine Chardigny – DNMADE 1 Bijouterie, Octobre 2020

Une réflexion sur « The Crow : Le tragique hymne à l’amour »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.