Un festival artistique en plein désert

« Desert X AlUla »  est un festival qui expose des œuvres contemporaines dans un cadre impressionnant mais qui pourtant pose problème.

C’est donc dans un oasis du désert saoudien que sont exposées les œuvres d’une quinzaine d’artistes contemporains arabes qui sont venus se confronter à l’histoire ancienne de la région. Le lieu classé au patrimoine mondial de l’Unesco vieux de 7 000 ans se trouve au nord-ouest de l’Arabie saoudite plus précisément dans la région de Médine. Vous le remarquez comme moi, ce paysage est juste incroyable avec ces rochers aux airs de grand canyon, arches panoramiques, hameaux abandonnés. L’exposition s’est terminée le 7 mars dernier.

Elle a été organisée par la biennale « désert x » (Californie, la plupart des autres éditions étaient à Coachella) et le gouvernement Saoudien pour « créer des ponts et des dialogues culturels entre artistes arabes ».

Entre deux falaises se dressent des installations monumentales qui se jouent de l’imagination et la compréhension des spectateurs comme avec les balançoires Superflex ou l’œuvre « A Concise Passage » de Rashed Al Shashai ou encore les trampolines de Manal Al Dowayan sans oublier l’œuvre de Mohammed Ahmed Ibrahim qui redessine à sa façon l’architecture de l’endroit.

 

Rashed Al Shashai, A concise Passage 

Superflex, One two three Swing

Mais  , il y a un gros mais dans cette histoire, cette initiative saoudienne suscite quelques réactions à l’annonce du projet. Trois des quatorze membres du CA de Desert X ont démissionné. L’un d’eux a même déclaré que cette initiative était comme « conclure un accord avec un gouvernement national anti démocratique ».

Le fait de participer ou non à cette expo nous dirige personnellement vers un choix éthique. Comme l’a fait l’artiste américano-égyptienne Sherin Guirguis qui a affirmé vouloir boycotter le festival à cause de la politique répressive qui continue à punir dans le pays.

De leurs côtés, les artistes sont plutôt confiants, mais ce n’est vraiment pas le même point de vue pour les critiques d’art qui voient cette collaboration « moralement corrompue ». Je pense que vous l’aurez deviné, cette expo est juste magnifique à photographier donc le gouvernement n’a pas pu résister à inviter un énorme groupe d’influenceurs pour faire… sa propagande…. Mais ce sujet mériterait un autre article car si les internautes sont bien habitués aux voyages sponsorisés et publicités plus ou moins déguisées, la pilule saoudienne a ici bien du mal à passer…

Je vous laisse découvrir cette expo avec quelques photos :

Amma Qabel Nasser AlSalem

Gisela Colon, The future is now

Rashed Al Shashai, A concise Passage

el seed , Mirage

Manal Al Dowayan , Now you see me Now you don’t

rayyane tabet, Steel rings

Alexandre Hazemann Dnmade 2  10/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.