On oublie les armes de destruction massive. Je vous présente les armes de développement inclusif !

 

Je vais partir d’un exemple en vous parlant d’Odiora, une entreprise qui donne un réel sens à l’expression « joindre l’utile à l’agréable ». Odiora est une marque qui s’est lancée le défi d’apporter des solutions à un problème qui ne nous sauterait pas aux yeux si nous ne sommes pas concernés directement : seulement 20% des personnes malentendantes en France sont appareillées.

Le handicap auditif est associé à un fort stigmate négatif : vieillesse, faiblesse, impact sur l’estime de soi, etc. Beaucoup de personnes malentendantes repoussent donc l’échéance de l’appareillage, ou préfèrent ne pas porter leurs appareils en public.

Odiora propose des bijoux d’oreilles qui créent du lien entre les personnes entendantes et malentendantes. En effet, ces bijoux mêlent des techniques de fabrication modernes au savoir-faire traditionnel de la joaillerie. Ainsi, l’appareil auditif devient un accessoire de mode au même titre qu’une paire de lunette !

 

 

Et pour marquer cette inclusivité et ce lien, Odiora a lancé l’offre Coffrets Complices, un bijou pour vous et un deuxième pour la personne de votre choix, appareillée ou pas !

 

À l’origine de cette entreprise se trouve Nathalie Birault. Cette jeune femme, née entendante, a été diagnostiquée d’une surdité sévère à ses 12 ans. Elle a vécu en première ligne la stigmatisation autour du handicap, la surdité étant un handicap dit « invisible ». Elle a vécu ses années de collège avec des prothèses auditives en plastique marron qui la différenciait de tous les autres… Cela a rendu son épanouissement impossible !

Comment être heureuse quand tous les autres vous regardent de travers à cause d’une simple aide auditive ? Nathalie a donc pris le taureau par les cornes et a décidé d’assumer sa différence : elle fit son entrée au lycée avec des appareils auditifs rose flashy, elle s’est passionnée pour les prothèses auditives et après un passage par les Beaux-Arts, la voilà aujourd’hui à la tête de cette entreprise qui promeut l’inclusivité des personnes malentendantes. Notons d’ailleurs que la fabrication des créations Odiora est réalisée dans des ateliers ESAT (Établissements ou Services d’Aide par le Travail) et entreprises adaptées, pour une fabrication 100% française et inclusive.


 

Inclusivité :

Qui intègre une personne ou un groupe en mettant fin à leur exclusion.

 


Grâce à l’initiative de personnes comme Nathalie Birault, la joaillerie est en train de devenir un outil majeur sur le chemin de l’inclusivité. L’Humain a un besoin primaire d’appartenance. Les stigmatisations autour de la couleur de peau, du genre, de l’âge, de l’orientation sexuelle, des capacités mentales et motrices de ce qu’on appelle des « minorités » – qui sont bien loin d’être des minorités en réalité, mais c’est ce qu’en fait l’homme blanc cis hétéro – porte directement atteinte à ce besoin d’appartenance. Se sentir inclus, c’est un premier pas vers le bonheur et l’épanouissement, au sein d’un groupe. Qui saurait atteindre un épanouissement personnel sans s’épanouir préalablement au sein d’un groupe ? Voilà une question fortement liée au taux d’accroissement du nombre de dépressions diagnostiquées depuis le premier confinement…

         Je vous propose ci-dessous quelques designers ayant fait du bijou une « ARME DE DÉVELOPPEMENT INCLUSIF » :

 

Via Sibi est une marque de joaillerie française novatrice et astucieuse. Particulièrement intéressée par les problématiques liées au handicap, Via Sibi s’emploie à trouver des solutions et créer des bijoux aussi jolis qu’utiles. Voici quelques exemples de bagues proposées par la marque, qui peuvent remplacer des orthèses classiques en plastique, approuvées par du personnel médical qualifié.

A.W.A.R.E Causes propose des bijoux émaillés dont les couleurs se portent comme un étendard. Atteint par exemple d’anorexie, on peut porter un bijou couleur pervenche ; on peut aussi le porter simplement en soutien aux personnes atteintes de troubles alimentaires. Le principe est simple et peut-être semble-t-il trop insignifiant mais cette marque, par le biais de ses bijoux, tisse un lien entre des personnes qui peuvent ressentir une grande solitude face à la maladie ! Voilà une petite attention qui peut faire le bonheur de certains.

Voilà, j’espère que cet article vous aura plu et informé.

PAL Marie-Caroline – DNMADE2BIJ – Février 2021

Une réflexion sur « On oublie les armes de destruction massive. Je vous présente les armes de développement inclusif ! »

  1. Merci pour cet article qui mérite toute notre attention et qui je pense, est nécessaire pour prendre conscience d’un besoin de changement auprès d’une minorité (15% de la population). Les personnes en situation de handicap sont totalement écartées de tous nos standards et critères de beauté. Une personne en situation de handicap n’est pas prise en compte dans la décision d’une création, elle ne sera pas un futur acheteur potentiel, ne sera pas l’image d’une marque. Or, ces personnes ont tout autant le droit de s’assumer, et de s’aimer, d’autant plus que le bijoux, l’accessoire reste une arme de confiance en soi (prothèse, bague..). Cet article fait du bien et nous montre qu’il y a du changement, que ces personnes commencent à être considérées et cela ne doit pas s’arrêter là.
    Je suis persuadée qu’apprendre à s’aimer, s’accepter et s’assumer, peut commencer grâce à un simple accessoire !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.