Et si les coïncidences n’en étaient pas ?

Couverture du livre

La Prophétie des Andes écrit par James Redfield est une référence parmi les livres dit initiatiques. On y suit un protagoniste sans nom à la recherche des écrits d’un ancestral manuscrit le conduisant à s’aventurer au Pérou. Au fil des péripéties, l’auteur illustre des théories qui expliqueraient les rapports qu’entretiennent les humains entre eux et le monde.

Le style d’écriture est simple, sans fioriture ou tournure alambiquée. La lecture est ainsi très accessible. Certains pourraient même s’en agacer tant l’auteur s’applique à bien se faire comprendre répétant parfois certaines idées lors d’une explication.

C’est un livre que j’ai personnellement trouvé très intéressant de part la vision du monde qu’il propose. Bon, c’est un récit initiatique qui, comme dans la majeure partie des livres du même genre, expose des principes pétris de spiritualité. Avis donc aux éternels sceptiques n’aimant que le concret ; ce livre n’est pas fait pour vous. Du moins, c’est probablement ce que vous en penserez car oui, les théories semblent parfois bien trop perchées, certains diraient aussi que le héros est d’une naïveté déconcertante et que l’histoire laisse un sentiment d’ incohérence avec ses ficelles scénaristiques faites de coïncidences improbables. Et pourtant, justement même, je vous recommande sa lecture. Il faudra cependant prendre en compte que l’intérêt du livre n’est pas son histoire ou ses personnages mais une vision du monde que ces derniers mettent en scène.

Mais qu’elle est cette fameuse vision du monde ? L’auteur nous l’expose en neuf chapitres, chacun illustrant un principe qui est qualifié de révélation dans l’histoire. Chaque principe ce complète avec le suivant. En voici quelques uns, les plus éloquents selon moi :

  • Il est d’abord question d’un réveil des consciences qui ne cesse de prendre de l’ampleur dans notre société. Globalement il s’agit de reconsidérer les coïncidences non pas comme des évènements fortuits mais nécessaires au développement de chacun. Suivre notre intuition en ayant l’esprit ouvert et vigilant nous permettrait de saisir correctement les coïncidences et de trouver une harmonie intérieur.

On y croit ou pas, je remarque tout de même que bien qu’écrit au début des année 90, la société prés de 30 ans plus tard accorde effectivement plus d’importance au bien être de chacun. Je pense à l’essor des bouquins sur le développement personnel, la possibilité de se réorienter professionnellement, de manière générale, on observe une évolution des mentalités qui se veulent plus ouvertes, progressives.

  • On attribut l’origine des coïncidences à une énergie constituant l’ensemble de l’univers reliant tous les phénomènes entre eux . En prenant conscience de ce pouvoir, nous aurions la capacité de l’observer, d’influencer notre vie et par la même occasion, celle des autres indirectement.

L’idée me semblait assez absurde au départ, je la trouve bien trouvée au finale ; il semble difficile de la contredire et elle pourrait concorder avec bon nombre de croyances religieuses d’une part et l’effet papillon par principe de causalité d’autre part. Cette théorie semble particulièrement bien correspondre à la physique quantique aussi. En effet, La physique quantique définit un monde composé d’atomes vibrants où chacun à un niveau d’énergie différent. Cette énergie peut venir de la lumière, sous forme de « paquets » de photons de longueurs d’onde différentes, soit de couleurs différentes si observables. D’ailleurs, j’ai du mal à le concevoir mais certains prétendent être capable d’observer cette énergie, elle émanerait des êtres vivants telle une aura colorée stagnant autour d’eux. On pourrait aussi y rapprocher le spiritisme qui semble emprunter une vision du monde similaire ainsi que le taoïsme qui surnomme chi cette fameuse énergie vitale.

  • Dans l’idée que le monde est composé de cette mystérieuse énergie et est régit par cette dernière, les êtres vivants y puiserait leur force vitale et sentiment de bien-être. Ce serait à travers la nature, une alimentation saine et les relations d’amour inconditionnel qu’il serait possible de se procurer de l’énergie.

La méditation qui par contemplation de la nature et de la beauté serait un moyen de s’en alimenter. Là encore, on observe des concordances avec divers courants de pensée dont le bouddhisme alliant religion et philosophie. 

Ruines du Machu Picchu présenté dans le livre. La beauté du paysage serait apprécié par les férus de méditation
  • Seulement, avec le temps, l’Homme se serait éloigné de la nature et aurait oublié comment correctement se ressourcer. Pour y palier, les Hommes ont acquis un mécanisme de domination ayant pour but de voler l’énergie de son prochain lorsqu’on échange avec.

    Il est distingué 4 sortes de mécanismes :

      – l’intimidation tire sa force de la crainte qu’elle inspire.                                                                                    – l’interrogation déstabilise en cherchant à mettre en évidences les failles de son interlocuteur.      – la plainte accable et recherche la consolation auprès de son interlocuteur.                                            – l’indifférence joue sur la peur de l’abandon et du rejet amenant l’interlocuteur à chercher son intention.   

    Cette lutte de pouvoir inconsciente installée dans nos relations serait l’origine de tous conflits.

Le livre se base sur cette approche spirituo-sociologique pour proposer un monde idéal dans lequel les Hommes apprennent à entretenir leur bien-être sans nuire à autrui. Cela permettrait une évolution des consciences dans un cercle vertueux où chacun serait apte à apporter réciproquement aux autres.

Là encore, il y a de quoi être sceptique, la part spirituelle de la théorie est majeure et rien ne semble y donnait un réel crédit si ce n’est que des suppositions. Et pourtant, on pourrait être tenter d’y croire dans une certaine mesure. Il ressort de ces principes une bienveillance appréciable et certaines théories semblent tenir la route ce qui explique selon moi l’engouement autour du livre.

En somme, c’est un livre assez marquant de part ses idées. Bien qu’il paraît assez loufoque par endroits, je pense notamment à la fin où j’ai eu le sentiment de complètement tomber dans la fantaisie, une bonne partie m’a donné l’impression d’être appuyée sur un fond de vérité.

Solveig D. – DNMADe1 – Oct 21

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.