Ce qui se cache derrière le Cigare Cubain !

Composé à 100% de tabac, le cigare ne contient ni filtre, ni papier. Pourtant, Il n’a RIEN à envier à sa petite soeur la cigarette, dont la consommation et le désir sont d’une différence étrangement lointaine. Passionné depuis un petit moment pour ce domaine, j’ai décidé de construire mon article sur ce sujet.

Cigares cubains en Suisse

Histoire :

La consommation du tabac vient des Amérindiens qui considéraient la plante comme « précieuse« , car elle servait soi-disant à purifier et avoir le pouvoir d’entrer en lien avec leur Dieu.

En 1493, Christophe Collomb repart de nouveau dans cette partie du monde inconnue des Européens pour convertir la population américaine au christianisme. Il décide d’embarquer du tabac dans les caravelles pour présenter ces fameuses feuilles en Europe.

Par la suite, cette plante a un grand succès auprès de Charles Quint. L’Espagne s’engage donc à utiliser les terres de L’ile de Cuba pour la fabrication du tabac. Pourquoi ?  Pour son climat chaud, humide et surtout pour les propriétés volcanique de la terre qui la rend riche en minéraux.

Cuba est aujourd’hui pionnière dans l’industrie du tabac. Beaucoup de riches européens ont investi une partie de leur fortune pour installer leur propre fabrique de cigare. On peut citer par exemple Herman Upmann, banquier allemand qui se lance dans ce commerce en 1844 sous la marque H.Upmann.

La Fabrication :

Chaque fabricant a ses secrets de fabrication surtout au niveau de la plantation, car le choix de l’engrais serait d’une importance capitale pour le goût final. 

https://static.lexpress.fr/medias_12095/w_605,h_350,c_fill,g_north/v1561437871/un-ouvrier-agricole-transporte-une-caisse-de-feuilles-de-tabac-dans-une-plantation-a-esteli-au-nicaragua-le-17-mai-2019_6193098.jpg

 

 

 

 

 

 

On attend évidemment la maturité de la plante pour récupérer ses feuilles. Elles sont grossièrement classées par taille, couleur et reposent un instant dans les entrepôts.

Composition d'un cigare

Le Torcedor (l’Ouvrier qui roule le cigare), ajoute sur son établi la Tripe, un tas de petites feuilles très aromatisées dont le choix du mélange apporte beaucoup à la dégustation, puis il enroule autour la Sous-Cape et la colle avec du Miel pour maintenir le tout. Cette étape est de nouveau répétée avec la Cape, une feuille de la même taille, mais celle-ci est plus lustrée, plus raffinée et plus élégante que la précédente. Elle enrobe l’intégralité, c’est donc LA pièce maitresse du cigare puisque c’est uniquement elle qui embellit et esthétise l’objet.

Ensuite vient la réalisation de la Tête (le bout arrondi), qui permet la conservation des saveurs jusqu’à ce que le consommateur la « décapite » avec son coupe-cigare. L’autre coté est découpé à la taille requise en fonction du modèle que conçoit le Torcedor.

Pour que les feuilles du cigare perdent de leur teneur en Ammoniac, elles sont entreposées dans un endroit adapté au vieillissement. Ce procédé déshydrate, donc évapore lentement le liquide.

Avant que le cigare soit exporté dans le monde entier, la marque dépose sa propre Bague signée sur le produit afin que l’acheteur puisse être informé du nom de la manufacture de l’exemplaire qu’il décide d’acquérir.

La Classification :

Voici d’ailleurs la fameuse pyramide qui classe le prestige  des marques faisant partie du groupe Habanos :

Quels sont les arômes des cigares cubains ?(Pour info, Habanos S.A. est une entreprise qui contrôle la fabrication, garantit l’authenticité et se charge d’exporter les produits des marques qu’elle certifie. Il s’agit d’un partenariat commercial entre le producteur (chaque marque) et le distributeur Habanos S.A.)

Cohiba était auparavant la marque privée du très célèbre dirigeant cubain Fidel Castro ! La fabrique est dorénavant au sommet de la classification pyramidale Habanos.

Je laisse ci-joint des modèles de formes plus ou moins courantes :

Comment fumer un cigare: 15 étapes (avec images)

 

Julien KOLLY, DNMADE14Ho – Déc. 21

 

 

 

Laisser un commentaire