Le Petit Lion du Mali

Photographie du bord du fleuve Niger, Mali, novembre 2009, par Gwenola

Dans cet article, je vais vous confier le récit d’un ami, qui un jour a décidé de changer son destin pour une vie meilleure. Un témoignage touchant parmi tant d’autres, qui nous invite à prendre du recul sur notre propre vie, et de comprendre les enjeux sociaux-politiques qui s’en dégagent.                                 Il s’appelle Daby, il a 16 ans, et se résout à  prendre sa vie en main dans l’espoir d’avoir le choix d’un avenir encourageant.

C’était un jeune Malien que l’on surnommait le Petit Lion.                                                                    Dès son enfance, il a vécu des moments difficiles. Son père l’avait abandonné, et dans la famille, personne ne s’occupait de lui, hormis sa mère. Le Petit Lion n’avait pas eu la chance d’aller à l’école comme les autres enfants de la famille. Chaque matin, il se levait pour aider son oncle au marché. C’était la seule personne qui prenait soin de lui. Il lui achetait des vêtements et, s’il tombait malade, son oncle le soignait. C’est pour cela qu’il l’aimait comme un père, car sans lui sa mère n’aurait pas pu s’occuper de son petit lionceau.
        Un jour pourtant, le Petit Lion se demandait comment il pourrait échapper à un destin au travail ardu, pour finalement gagner trois sous ?  Le matin venu, le Petit Lion partait au marché avec son oncle, et profitait de cet instant pour partager son projet. Quitter le Mali pour avoir le choix de mener une meilleure vie en France, voilà quel était le rêve du Petit Lion. Son oncle acceptait alors de lui financer son parcours, pour lui offrir la chance de choisir la vie qu’il souhaitait mener.

Confié à un homme, son voyage commençait. 

Trajet parcouru entre le Mali et la France

      Il débutait ce long périple par traverser le Mali pour rejoindre le nord du pays. Arrivé à la frontière du territoire, il rejoignait un groupe où des passeurs les attendaient. La prochaine étape était de traverser le désert du Sahara pour rejoindre le Nord de l’Algérie. Sur leur chemin, des bandits armés ont attaqué le groupe du Petit Lion pour les obliger à donner leur argent sous peine d’être torturés et abandonnés dans le désert pour y mourir.

       Puis, le jour où le Petit Lion est arrivé en Algérie  les vrais problèmes ont commencé. Il comprit ce jour-là que le racisme existait. Là où il passait, les gens se pinçaient le nez comme s’il sentait mauvais. Certaines personnes attaquaient les clandestins en pleine journée, et personne n’intervenait, comme si cela était normal. Epuisées, les femmes en route pour l’Europe, subissaient des viols, sans pouvoir se défendre. Malgré toutes ces difficultés, le Petit Lion et son groupe ont continué leur chemin jusqu’à la frontière entre l’Algérie et le Maroc.                                  Au Maroc ce fut une autre histoire, les clandestins vivaient dans la forêt. Et le Petit Lion rencontrait beaucoup d’ethnies africaines. Durant son premier jour dans cette forêt, il était parti chez un passeur pour payer sa place au ghetto. Il pouvait ainsi avoir une couverture et un endroit où dormir pour la nuit, sous une tente en plastique. Souvent, il se levait tôt pour plier ses affaires et monter jusqu’en haut de la colline, car les policiers et les gendarmes venaient chasser les clandestins, détruire leurs tentes et tout brûler avant de les rapatrier vers les frontières. Des personnes ont vécu dans ces conditions pendant deux à trois ans. La vie en forêt était pire que l’enfer…                                                                                                                                                     Un soir, le passeur l’avait prévenu de préparer ses affaires. Le Petit Lion était content car était arrivé le moment de la grande traversée. Cependant, il avait très peur, car il n’y avait que deux issues : la réussite ou la mort. À la nuit tombée, un camion était alors venu les chercher pour emmener le groupe au bord de la mer. Embarqués sur un zodiac, il y avait un capitaine et un homme qui tenait la boussole. Tout le monde était effrayé et l’odeur de l’essence en faisait vomir quelques-uns. Ils passèrent 14 heures sans manger, ni boire. La mort était sous leurs yeux. Le Petit Lion était désespéré. Il pensait à sa mère et son oncle. Soudain, un avion survola leur flotte. Le Petit Lion et ses compagnons crièrent à l’aide, et quelques temps plus tard un bateau Espagnol apparut. Le Petit Lion était tellement heureux. L’espoir revenait en lui. Une fois monté à bords, le Petit Lion sut que sa vie allait changer.   

         L’homme avec qui il fit le parcours, l’emmena dans sa famille où il resta quelques jours, avant de reprendre le chemin vers ses rêves. Ses premiers jours en France le réjouissaient. Il remarquait beaucoup de choses, il voyait partout de belles maisons. Sa tête était toujours levée, c’était la première fois pour lui qu’il voyait des buildings. Les métros, les TGV et les rues étaient bondées et il y avait de beaux jardins. Le Petit Lion était dans un autre monde, si différent de chez lui.                                                                                                                                                       Il n’avait pas de famille en France. Il partait donc se présenter, dans une association qui aide les Petits Lions comme lui. Dès son arrivée sur ce nouveau continent, il a reçu beaucoup d’aides. Aussi, le Petit Lion fit beaucoup de progrès. Il savait maintenant lire et écrire en français. Lorsqu’il est arrivé en France, il a compris que c’était un pays différent du sien. Un pays de droits et d’égalité. Malgré tout, la réalité est souvent bien différente de ce que l’on peut imaginer. Le petit lion pensait qu’arriver en France tout serait facile, ce qui était loin d’être le cas. En effet, les Petits Lions ne peuvent pas rester sur le territoire sans titre de séjour. Il comprenait également que la France est un pays où l’on respecte les lois. Personne n’est au-dessus d’elles. Depuis son arrivée, il n’avait pas non plus subi le racisme comme dans les pays qu’il a pu traverser. D’ailleurs il avait appris que dans son nouveau pays, le racisme était puni. 

     Une nuit, alors qu’il regardait les étoiles, le Petit Lion songeait à tous ceux qui n’avaient pas réussi leur voyage. Il réalisa qu’il avait beaucoup de chance. Nombreux ayant emprunté le même chemin n’avaient pas atteint leur rêve. Il comprenait alors que pour résoudre ses problèmes, il avait risqué sa vie. Mais maintenant qu’il était dans son pays adoptif, le Petit Lion était déterminé à se batir une nouvelle vie.

« Tout être humain doit faire preuve de courage. Que ce soit au Mali, en France ou dans un autre pays, le courage et le travail payent toujours. »

-Daby

Sarah Barrier – DNMADE14Jo – Déc. 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.