Une aventure follement zélée !

Les Fous Zélés, mais qui sont-ils ? Que font-ils ? Comment ? Pourquoi ? C’est de cela que nous allons parler dans cet article.

Les Fous Zélés sont une troupe de théâtre et une association à but non lucratif basés à Longchaumois dans le Haut-Jura et à Quingey dans le Doubs depuis bientôt 3ans.

Leur projet est de faire découvrir et partager une expérience théâtrale entre le spectacle de rue et le spectacle de salle tout en communiquant des valeurs de simplicité de vivre ensemble de partage et de bonne humeur.

Leur prochain spectacle s’intitule « La mer dégonde… ou quand Spielberg rencontre Maupassant » un spectacle original écrit et mis en scène par Romain Jaillet. Ce spectacle, comme son nom l’indique s’inspire de l’univers de Spielberg ainsi que celui de Maupassant et plus particulièrement des Indiana Jones et du Horla.

Dans cette pièce qui  promet d’être haute en couleurs, le jeune Indi accompagné de pleine lune son acolyte se lancent dans la quête du Horla, de rencontres en dangers, de surprises en déceptions, arriveront ils au bout de leur quête ?

Ils présenteront ce spectacle lors de leur 3ème tournée itinérante début juillet entre Quingey et Longchaumois, en passant par Orchamps-Vennes près de Morteau et beaucoup d’autres villages du Doubs et du Jura.

si vous voulez les suivre et/ou les soutenir ils vous invitent à aller voir leur page Facebook et leur campagne helloasso pour faire prospérer ce projet qui leur tient à cœur.

Merci d’avoir suivi cet article, n’hésitons pas à nous intéresser et soutenir des projets locaux, bienveillants et qui prônent la culture et la diversité.

Pierre O. DNMADe1 – Février 2022

Le théâtre c’est des gens bourrés sur internet !

« Le théâtre au début c’était des gens bourrés sur une charrette.

Tout le monde y allait c’était facéties, fièvres, farces et faits. Mais aujourd’hui n’y vont que des bourgeois à lunettes. 

Mais on veut que ca redevienne branché et chouette. Scénique c’est des gens bourrés sur internet ! »

 

Ci-dessus vous avez pu lire les paroles du générique de la série « Scénique ta pièce » crée, réalisée et mis en scène par Charlotte Issaly et Mathilde Wind.

Charlotte Issaly sous le pseudonyme de « Charlie Rano » qui est en grande partie a l’origine de ce projet est une jeune youtubeuse propulsée par Madmoizelle et maintenant indépendante.

Comme dit dans le générique de la série le but de ce projet est de ramener le théâtre dit « classique » au goût du jour en le rendant plus dynamique, notamment en vulgarisant des passages et en y intégrant du langage familier « actuel ». << Parler de théâtre aux vrais gens de la vraie vie >>

Cette belle et jeune équipe est composée de 17 personnes, 9 commédiens.es dont 2 réalisatrices, 3 ingénieurs.es son, 2 régisseuses et 3 personnes à l’image. 

Pour une présentation plus complète clique ici

Pour présenter ce projet plus concrètement nous pouvons nous pencher sur l’épisode reprenant Cyrano de Bergerac écrit en 1897 par Edmond Rostand.

Dans cette vidéo, après une scène d’introduction dans laquelle les personnages sont intelligemment introduits, les acteurs présentent la pièce originale et le contexte dans lequel elle a été écrite, le tout suivi par le générique introduisant cet article.

Suite à cela les acteurs jouent la pièce dans une savante alternance des scènes originales rejouées dans des décors modernes et des scènes revisitées utilisant un langage familier afin d’habilement raccourcir la durée de la pièce tout en escamotant le moins de passages possible.

Merci d’avoir suivi cet article jusqu’au bout et intéressons-nous au spectacle vivant !

N’hésitons pas à suivre et soutenir ce jeune groupe.

Pierre O. – DNMADe14Ho – Déc 21

De la poésie à très grande échelle !

 Aujourd’hui j’ai envie de vous partager un souvenir d’enfance si marquant. Un regard touchant et une gestuelle qui rendaient ces immenses créatures mécaniques si vivantes !

Des promenades au côté de Géants dans la ville de Nantes

Une histoire inventée par Royal de Luxe « la Géante du Titanic et le scaphandrier » :

« Islande, faite de volcans, abritait alors certains géants forts occupés à moduler le paysage pour en faire une terre habitable. L’un d’entre eux, ou plutôt l’une d’entre elles, avait pour tâche de faire apparaître d’immenses geysers (…) Des corsaires anglais, à la solde de sa Majesté, capturèrent la géante. Elle fut embarquée clandestinement dans une cale du Titanic afin d’être exhibée dans le nouveau monde et démontrer ainsi la suprématie du Royaume-Uni. Comme chacun sait, le navire déchiré par un iceberg venant du nord d’Islande, sombra et par le fait notre géante avec. Mais comme tout passager du bâtiment notre géante avait de la famille : un frère nommé « le Géant » et une fille appelée « Petite Géante » (…) Durant de longues années le Géant parcourut le fond des océans et finit par retrouver l’épave. (…) Alors il décida de rejoindre sa nièce : la Petite Géante. »      

https://www.royal-de-luxe.com

La Petite Géante

Du 5 au 7 juin 2009 à Nantes la compagnie de théâtre de rue Royal de Luxe reproduisait la rencontre entre la Petite Géante et le scaphandrier. Le scaphandrier arriva à Nantes en émergeant de la Loire et la Petite Géante sortant d’un bateau. Nous avons pu les suivre se promener mais surtout vivre dans la ville à travers ces scènes de vie quotidienne où l’on voit la Petite Géante dormir, se laver ou encore manger une sucette. Le lendemain nous avons pu voir la rencontre entre les deux personnages. Cette rencontre se passa devant nos yeux. Pendant quelques minutes nous avions oublié que ce n’était que des créatures mécaniques à travers ces gestes de tendresses et les doux regards qu’ils se lançaient. L’effervescence de la ville rendait ces moments festifs, familiales et débordants d’émotion.

Rencontre entre Le scaphandrier et la Petite Géante
La Petite Géante et les Lilliputiens

 

Des marionnettes mais pas seulement

Les marionnettes sont accompagnées de lilliputiens qui les actionnent, sans eux les marionnettes resteraient immobiles. Ces hommes sautent, courent, tombent, se précipitent et la marionnette les regarde agir avec étonnement comme si elle ne comprenait pas qui ils étaient. Cela donne vraiment une impression de marionnette vivante.

Qu’est-ce que Royal de luxe ?

Royal de Luxe est une compagnie de théâtre de rue Française fondée en 1979, à Aix-en-Provence par Jean-Luc Courcoult, Véronique Loève et Didier Gallot-Lavallée. Elle est l’une des plus connus internationalement. Leur terrain de jeu c’est la rue, ce lieu  où se mêle toutes les classes sociales. Cette aventure a commencé par un spectacle : « le Cap Horn » puis ont suivi : « les mystères du grand congélateur », « la mallette infernale » « Terreur dans l’ascenseur » … Leurs spectacles ont pris une telle ampleur qu’ils sont allés jouer partout en France et dans le monde.

En 1989, Jean-Marc Héraud (le maire de Nantes) offre à la compagnie un hangar pour créer et stocker leurs créations, Nantes va devenir la principal ville ou sont joué les spectacles.

La « saga des Géants » fut la réponse à une question que Jean-Luc Courcoult se posait depuis des années : « Comment raconter une histoire à une ville entière ? »    Jean-Luc Courcoult

En effet ces spectacles de quelques journées où des marionnettes géantes vivent avec nous leurs aventures ont mis en haleine toutes les villes dans lesquelles ils sont passées. 

La « Saga des Géant » met en scène une dizaine de géant qui raconte leurs histoires dans le monde entier il y aura les Girafes, le Rhinocéros, El Zolo (le chien), la Grande Mère, l’Eléphant, le Scaphandrier, le Petit Géant et la Petite Géante.

J’ai eu l’impression que cette prouesse relevait de la magie tellement on pourrait qualifier cette performance de grandiose. Ces géants resteront gravés dans les mémoires des petits et des grands.

Si cet article vous a plu, je vous invite à aller voir le documentaire réalisé par Jean-Michel Carré « Royal de Luxe » où les nombreux reportages sur YouTube sur Royal de Luxehttps://youtu.be/rigKzJuCb_o https://youtu.be/WgwWrzEw0Xk

Léna BONNEAU – DNMADe14HO – Décembre 2021

Les hologramme, un futur proche ?

Avec la crise sanitaire, l’interdiction des concerts, et des soirées certains ont eu la merveilleuse idée de nous plonger dans une fête digne de la science- fiction afin de nous faire rêver, danser sans bouger de chez nous ! Le 31 décembre 2020 , Tomorrowland le plus grand festival de musique électronique au monde ainsi que Jean Michel Jarre, auteur, compositeur et interprète, organisaient des concerts futuristes dans un décor uniquement holographique !

Un peu d’histoire !Credit: Bettmann Archive/Bettmann

Une image contenant des informations tridimensionnelles appelée hologramme est une projection obtenue via l’holographie, technique qui enregistre le volume 3D d’un objet grâce aux propriétés ondulatoires de la lumière. Cette idée d’hologramme est née en 1947 grâce à Dennis GABOR, ingénieur et physicien hongrois, avec l’avènement du laser le procédé se développe dans les années 60.

Fin des années 70, la science-fiction s’empare des hologrammes pour inventer des applications ou des moyens de communication futuristes, l’hologramme apparaît avec une force fascinante qui incarne le futur dans de grands classiques du cinéma hollywoodien. L’hologramme « le plus célèbre de l’histoire » est dans le premier épisode de la Saga Star Wars sortie en 1977, pour vous rafraîchir la mémoire c’est le message de détresse de la princesse Leila envoyé à Obi-Wan Kenobi et diffusé par R2D2 qui incite Luke Skywalter à se lancer dans l’aventure, et on en retrouve tout au long de la saga mais aussi dans de nombreux films tels que Retour vers le futur (1989), Minority report (2002), Avatar (2009), Iron Man et la saga des Avengers ou encore Jurassic World (2015)…

Et la musique dans tout ça ?

En 2017, Eric Prydz, Disc-Jockey et producteur Suédois, a marqué la foule avec son  concert EPIC 5.0 qu’il surnomme aussi «  Les plus grands hologrammes du monde », en offrant aux spectateurs une taille d’images holographique absolument hallucinante, avec un rendu final qui donnerait presque des frissons. Un petit frisson pour l’homme mais une grande prouesse pour l’humanité !

L’année dernière en décembre 2020, pour donner de la joie, espoir et magie à tout le monde deux grandes figures ont expérimenté l’hologramme

Jean Michel Jarre, auteur, compositeur et interprète Français connu pour son travail dans la musique électronique a créé un concert virtuel dans le décor holographique entièrement reconstitué de la cathédrale de Notre-Dame de Paris.

Tomorrowland le festival de musique électronique situé sur la commune de boom en Belgique quand à lui a réalisé son décor féérique autour de ces Dj qui jouaient sur fond vert.

Le futur est proche peut-être que dans quelques années les hologrammes seront présents dans notre quotidien…

BARRAL Mathilde – DNMADE1JO – Décembre 2021

« Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux »

Le titre que vous venez de lire est une citation extraite de la pièce de théâtre « Caligula » d’Albert Camus (1944). C’est une vérité que le jeune empereur romain découvre après avoir assisté à la mort de sa sœur et maîtresse, Drusilla. Cet évènement lui fait perdre ses repères et Caligula devient alors « l’empereur fou ». Il s’aperçoit que le monde tel qu’il est ne le satisfait pas et trouve cette idée insupportable. Pour continuer à vivre, il a désormais besoin de la lune, c’est-à-dire de quelque chose d’impossible qui vienne contrebalancer l’absolu de la mort. Il devient un tyran provocateur, particulièrement cruel et destructeur : il humilie, viole, assassine devant les patriciens impuissants.

« Caligula », mise en scène par Stéphane Olivié‑Bisson (2011)

Caligula utilise son pouvoir comme bon lui semble, il obtient tout ce qu’il désire. Par ennui peut-être, il va chercher les limites de sa toute-puissance que lui procure son titre d’empereur de Rome. Il choisit la voie la plus perverse, le mal pour le mal.

Le protagoniste recherche une forme de bonheur, de plénitude mais il ne sème que le chaos autour de lui. Il choisit le bonheur immoral, agissant comme un enfant capricieux et cherchant à imposer sa vérité. Pourtant en agissant ainsi, il crée autour de lui un tissu de relations factices. En effet, contrarier l’empereur signifie une mort rapide, pour survivre il faut le servir avec zèle. Caius veut aller au bout de sa logique absurde et finit par connaître des instants de « bonheur », où il estime avoir obtenu l’impossible et ainsi avoir surpassé Dieu :

« Je vis, je tue, j’exerce le pouvoir délirant du destructeur, auprès de quoi celui du créateur paraît une singerie. C’est cela, être heureux. C’est cela le bonheur, cette insupportable délivrance, cet universel mépris, le sang, la haine autour de moi. »

Eprouvant la joie euphorique d’un assassin impuni, il ressent ce contrôle sur la vie humaine. Mais cette joie est de courte durée, il se déclare lui-même coupable dans un monde sans juge.

« Si j’avais eu la lune, si l’amour suffisait, tout serait changé. »

Caius sera donc un insatisfait, un malheureux qui croyait pouvoir être heureux en suivant une voie différente des hommes. Il en éprouve une haine de soi et est envahi par le désespoir.

« Ma liberté n’est pas la bonne […] Cette nuit est lourde comme la douleur humaine. »

Il finit tué par les patriciens, c’en est finit du règne de l’empereur tyrannique.

Il m’est difficile de décrire le caractère de Caius. Il est à la fois naïf et enfantin tout en étant nihiliste et désenchanté. Il va au bout de son objectif croyant atteindre le bonheur mais s’aperçoit de son erreur après avoir commis des crimes impardonnables. En vivant dans le vice, en agissant contre la morale de l’Homme, Caligula détruit ses semblables et se détruit lui-même par la même occasion. L’ordre du monde n’a pas changé, l’empereur est pris au piège, son destin est scellé. En participant à sa propre mort, il change son assassinat en mort sacrificielle. Il montre ainsi l’exemple et son entreprise marquera les esprits.

Finalement l’homme peut-il croire au bonheur ? La recherche du bonheur est-elle raisonnable ?

Sylva EHRLACHER – DNMADE 2 – Février 2021

L’illusionnisme ou l’Art du détournement d’attention.

Depuis tout petit, j’ai toujours été fasciné par la magie et je suis prêt à parier que toi aussi. Qui n’a jamais rêvé de pouvoir faire disparaître des objets ?

L’illusionnisme est apparu vers 1700 avant J.C, mais cette appellation date de la fin du 19e siècle, cette discipline est plus globale que la prestidigitation. Elle touche aussi bien l’art du spectacle que l’art du trompe l’œil.

Bref, assez parler d’histoire, parlons maintenant de ce qui nous intéresse le plus, comment ça marche ?

L’illusion se base essentiellement sur un des cinq sens de l’être humain. C’est bien entendu la vue. Le but est de mettre notre regard sur ce que l’on veut vous faire voir. En réalité l’illusionniste ou l’illusion s’il s’agit d’une œuvre sur support, est là pour vous faire perdre votre sens de réflexion, afin que vous assimiliez uniquement avec la vue. Et je peux vous assurer que cela fonctionne.

Je vais prendre l’exemple des cercles mouvants que vous pouvez voir ci-contre. Ces cercles vous paraissent en mouvement alors qu’en réalité ceux-ci sont complètement immobiles ! Cela est dû à un effet d’optique qui trompe votre œil, afin de transmettre une réponse fausse à votre cerveau. Il existe beaucoup  d’illusions de ce genre plus dingues les unes que les autres, que vous pouvez retrouver facilement sur Google image. Avec celles-ci, des objets impossibles se mettent à exister, des géométries fixes s’animent, et des couleurs identiques nous paraissent différentes.

Mais est-ce la même chose avec les illusionnistes ?

Le principe de base reste le même, mais la différence c’est que le spectateur se trouve face à une personne qui est réellement en mouvement. Il faut savoir que notre regard est automatiquement attiré vers les éléments mobiles. Et c’est sur cela que « le magicien » va intervenir pour vous tromper.

Il va tout faire pour détourner votre attention, à l’opposé de la zone où il effectue les véritables manipulations, qui va permettre la réalisation du tour de magie. Je vais prendre l’exemple de la téléportation de balles. Ce tour consiste à faire passer une balle en mousse d’une main à l’autre. Pour réaliser ce tour, le magicien va faire semblant de positionner la balle dans sa main gauche, et insister sur cette main en la montrant du doigt avec sa main droite.

A ce moment-là, vous pensez que la balle est à gauche car ce geste vous conforte dans votre première impression. En réalité le tour est déjà joué ! La balle est resté dans sa main droite et lorsqu’il effectue son geste magique, et quand il ouvre sa main gauche, vous n’y croyez pas. Certains vont même à faire totalement disparaitre la balle en mousse. Pour cela il réalise une petite manipulation supplémentaire, qui consiste à dire qu’il va récupérer de la poudre magique dans la poche. A ce moment-là, il utilise sa main droite pour déposer la balle dans sa poche et ressortir avec la main vide. Il fait ensuite semblant de déposer une poudre, et là, plus rien, la balle a totalement disparu.

La différence avec l’illusion sur support, c’est que pour cela fonctionne, il est nécessaire d’avoir une très grande dextérité pour réaliser un geste permettant de tromper le regard du spectateur.

Mais comprendre comment tout cela fonctionne est-il vraiment ce que vous souhaitez ? N’est-il pas plus satisfaisant de ne pas comprendre, afin de garder ce sentiment d’innocence que cet art vous procure ?

Si je peux vous donner un conseil ce serait celui-ci :

N’essayez pas de comprendre, mais laissez vous surprendre !

CAILLER Olivier, DNMADE 1 Horlogerie, Février 2021

Si vous pensiez que le corona allait également nous enlever ça…

Cette année 2020, tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Mesures sanitaires renforcées, confinement et bouleversements obligent, des évènements, des pratiques et des comportements repensés.

nuit blanche

Les nuits blanches à Paris, qui avaient pour habitude de se dérouler annuellement, ont bien été maintenues.
(Pour celles et ceux qui se sentent perdus avec ce terme, une nuit blanche est une manifestation artistique qui se déroule chaque année durant toute une nuit. Elle propose des accès gratuits pour des musées, des institutions culturelles et d’autres espaces publics ou privés. Elle présente des installations ou des performances artistiques ouvertes à tous en cette nuit spéciale.)
Celle de cette année s’est déroulée le 3 octobre 2020, dans une forme plus légère et limitée à 62 événements. Parmi eux, 20 œuvres et installations officielles, et 42 musées et lieux culturels. Ces derniers sont dans la sélection « OFF », qui n’a pas été commandée par la ville de Paris, pour une édition toute particulière et inédite. Une sorte de réinvention, en raison du coronavirus…

Le parcours culturel a pris une forme ciselée et bien différente, à vivre par groupes de 10 maximum, port du masque obligatoire. Les installations se sont déroulées au maximum en extérieur, dans des jardins des musées de la ville de Paris ainsi que dans d’autres lieux ouverts à tous. Avec 2 parcours – l’un rive droite et l’autre rive gauche pour éviter la foule statique -, Paris invite les artistes et collectifs à investir les rues de Paris pour se retrouver à travers tous ces bouleversements et ce, pour le plus grand plaisir et bonheur de tous.

Laissez vous tenter par une petite sélection que voici…

  1. « Oasis » d’Ariane Michel dans la Grande Mosquée de Paris.Nuit Blanche 2020 à la Grande Mosquée de Paris
    Le son aquatique, les images et les objets de cette installation sont articulés autour du cycle de l’eau, capricieuse, débordante ou rare. Entre présence et absence, on observe d’un côté le mouvement naturel de l’eau descendant des ciels d’orage jusqu’aux profondeurs de la terre et des océans, et de l’autre le mouvement inverse de l’urbanisation et de l’industrialisation qui (é)puisent l’eau. Oasis salvatrice ou désert aride, tout se conjugue, s’allie, s’épuise et recommence…

  2. « Se laisser pousser les animaux » de Françoise Pétrovitch au Petit Palais.https://sortir.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/media_640_auto/public/assets/images/10._francoise_petrovitch.jpg?itok=HOMJR-dQ
    Un spectacle alliant vidéo, danse, dessin et son. L’installation  suspendue comme une lanterne au dessus du bassin du Petit Palais, raconte un petit récit pendant une dizaine de minutes et éclaire et se reflète dans l’eau noire. Entre les dessins à l’encre de l’artiste sur la lanterne qui passent l’un après l’autre, les sons hypnotiques, le parcours envoûtant, et le danseur, la narration se réalise dans celui qui regarde. L’installation reflète également les inquiétudes sur l’environnement.
  3. « Companions » de Kaws dans les rues de Paris.Nuit Blanche 2020 dans les rues : les companions de Kaws en réalité augmentée
    Cette fois, c’est de votre téléphone dont il fallait vous munir pour observer les « companions » de l’artiste New-yorkais. Avec l’application mobile Acute Art, laissez vous guider en direction des lieux participants à la Nuit Blanche par ces drôles de personnages au corps de Mickey, surmonté d’un crâne de pirate avec des yeux en x.
  4. « Le sillage de la mémoire » de Guillaume Cousin à l’Eglise Saint-Eustache.
    « Le visible ne suffit pas, le visible ne s’interprète qu’en référence à l’invisible » (Pascal QUIGNARD)
    Cette ingénieuse installation rend visible et parfumé un mouvement d’air en formant un anneau de fumée qui voyage dans l’espace et le temps. Elle est le fruit d’une collaboration entre l’artiste Guillaume Cousin, le studio olfactif Magique, la parfumeuse Ane Ayo et le studio sonore Nuits Noires. Une boule de fumée étirant une traîne derrière elle, l’intérieur se vidant et laissant apparaître l’anneau net… Il voyage. Puis lentement, ralentit, s’affine et vacille, puis se rompt et se dissipe subitement. Cette fumée qui nous semble vivante, nous envoûte et attise notre curiosité, par ses mouvements normalement invisibles et pourtant tellement familiers…
  5. « Autre-Monde, rêver tout haut! » du collectif Dessin Envolé à la Canopée des Halles.

    Un spectacle de danse inouï où dessinateurs, danseurs, circassiens, musiciens et artistes sonores sont sollicités pour faire rêver les spectateurs. C’est le cas de le dire, ils explorent les limites du basculement entre la réalité et les songes en recréant l’aventure des agitations nocturnes d’un sommeil éveillé…

    Convaincus ? Rendez-vous aux Nuit Blanches prochaines !!!

Louison JACQUOT – DNMADe1 JO – Décembre 2020

L’Histoire n’attend que vous.

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir voyager dans une autre époque ? De pouvoir se mettre dans la peau d’une princesse, d’un soldat, d’un gladiateur, d’un Viking, d’un Gaulois ou encore d’un Romain ? Même si vous avez perdu la foi en cette magie, que vous avez délaissé votre âme d’enfant, vous pouvez encore accomplir ce rêve. Il n’est jamais trop tard. Que vous soyez enfant, adolescent, adulte, une personne âgée et que votre soif d’aventure ne vous a pas quitté, venez découvrir le Puys du Fou!

Oui je sais ça fait un peu article publicitaire… Mais la différence c’est que j’ai vécu cette expérience extraordinaire et que je partage avec vous ces souvenirs fabuleux.

Le Puys du Fou est situé en Vendée, c’est un parc un peu particulier.

Est-ce qu’il y a des manèges et des attractions ? Non.

Est-ce qu’il y a des super héros? Non.

Mais y a quoi alors au Puys du Fou ?

C’est un peu la question que tout le monde se pose. Enfin, non. On ne se la pose même pas tellement on a l’image grisonnante des sons et des lumières qui tournent en boucle dans notre tête rien qu’en attendant le mot « Puys du Fou ».

Mais tu nous dis pas. Il y a quoi là-bas?

Il y a des spectacles grandioses avec le son à fond, avec des batailles, des animaux, des cascades, des effets spéciaux. Un en particulier m’a marqué. C’était au spectacle des Vikings. J’ai vu un énorme bateau en flamme sortir de l’eau avec tout son équipage sur le pont. Non ce n’était pas une hallucination, et non je n’avais pas fumé trois pets avant de venir. J’ai réellement vu ça. D’ailleurs, je me demande encore aujourd’hui comment ils ont réussi à faire ça… Mais ce qui est extraordinaire c’est qu’il n’y a pas que ça! Il y a aussi des décors ultras-réalistes (loin des décors en  carton pâte présents à Disney…) et dans lesquels on peut se promener. Il y a le bourg de 1 900, le village du XVIIIe… Avec de vraies boutiques plongées dans le jus de l’époque. Moi je vous le dis et vous le répète on s’y croirait vraiment ! Il y a le forgeron qui fait des épées, le libraire qui vend des livres écrits à la main, le souffleur de verre, de vieilles auberges… Là-bas vous êtes coupé du reste du monde et êtes plongé dans une multitude d’époques différentes.

J’espère qu’après avoir lu cet article vous pourrez jeter vos préjugés aux lions et dire oui à ce voyage extraordinaire.

Et si je ne vous ai pas assez convaincu, ou au contraire que vous désirez découvrir ce merveilleux endroit, cliquez sur la vidéo ci-dessous.

Domitille Pajot DNMADE2 jo – Avril 2020

 

Cet article va vous scotcher !

Alors voilà, je vous présente « Sam Wills » plus connu sous le nom de « The Boy With Tape On His Face » ou seulement « Tape Face ». C’est un artiste, plus précisément un humoriste néo-zélandais hors du commun  né le 28 août 1978.

Cet humoriste a décidé de faire toute une série de sketchs avec comme particularité de ne pas dire un seul mot car il trouve que le faire avec la parole serait trop simple.

Pour ce faire il met un morceau de scotch sur sa bouche pour ne pas parler et utilise le mime et la musique pour se faire comprendre. Il fait participer le public au maximum ce qui rend ses sketchs encore plus drôles.

Celui-ci c’est présenté à « America’s Got Talent 2016 » et s’y est fait connaitre en obtenant la première place.

Je tenais à vous présenter cet artiste parce que je trouve que sa façon de nous faire rire est innovante et tout simplement géniale. La première fois que je suis tombé sur une  vidéos d’un de ses sketchs j’ai juste eu envie de regarder tous les autres et de les regarder plusieurs fois tellement j’ai trouvé ça hilarant. Non mais vraiment, à quel moment le mec s’est dit : « tiens je vais me produire sur scène avec un scotch sur la bouche ? » Comme on dit souvent « le ridicule ne tue pas » ! et j’espère que cet artiste vous intriguera autant que moi.

Titouan Bulle, DNMADe 1 – Horlogerie – Février 2020

« Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait ! » (M. Audiard)

A toi, lecteur censé et soucieux de faire de ta passion ton métier passe ton chemin, fuis cet article qui fera perdre du temps oh si précieux temps à ton existence si courte sur cette Terre ! dans mon dernier article j’interrogeais simplement sur une démarche artistique (à mes yeux inexistante) d’une illuminée et non sur autre chose. Mais les commentaires m’ont fait comprendre que je n’avais pas vraiment été compris…

Cependant, comme le débat semble s’orienter et pour calmer les esprits (échauffés à mon avis par de simplissimes vérités de bon sens), j’ai donc décidé de traiter d’un sujet plus d’actualité qu’artistique je veux bien le reconnaitre (quoi que certains sortent bien des articles sur des cactus…) on ne peut plus neutre : si si vous verrez ! Toujours avec cette obligation de produire un article (sinon croyez bien que je m’épargnerai et vous épargnerai ces mots inutiles), je voudrais objectivement (évidemment) et avec beaucoup de bienveillance (pro-mis) émettre un avis sur deux œuvres issues de l’art total (ou nuisance absolue) dont se rendent capable et parfois coupables ces dignes étendards (non je déc…) de la cause des Femmes que sont les FEMEN.

Pour introduction, les Femen sont un groupe d’activistes fondé à Kiev par Anna Hutsol, Oksana Chatchko et Oleksandra Shevchenko selon elles pour lutter en faveur du droit des femmes, qui, dans certains pays est effectivement proche de l’inexistant. En vérité, la branche française étant plus politique (anarchiste) que féministe, ces activistes font leur propagande en donnant leur coups d’éclats à travers le pays sur des sujets qui dans le fond posent problème il faut leur accorder, comme la place des femmes dans la société, les femmes battues/tuées, Vladimir Poutine (pourquoi en France ?) ou encore le front national… mais est-ce la bonne manière et les bons arguments à employer pour notre époque ?

L’art total est par définition un art qui touche à tous les prismes du domaine artistique, je vous propose de commencer par la peinture (et sa mise en scène) :

Pour description de l’œuvre, un groupe de femen s’est introduit au sein (elle était facile…) de Notre Dame de Paris, y ont fait leur show quelques instants durant et ont dégradé le lieu ainsi qu’une des nouvelles cloches de la cathédrale (le remplacement des cloches plus que centenaires de la cathédrale étant un événement planétaire) avant d’être emmenées par la Police (crédits photo : Le Monde).

Comprenant tout à fait le fond de leur idée (l’église n’est guère vectrice d’émancipation et de valorisation pour les femmes, au contraire et comme bon nombre de religions hélas…) ainsi que leur désir de s’y opposer et de manifester cette opposition, mais n’ayant qu’une approche du débat et de l’échange d’idée proche de l’homme de Cro-Magnon (notez que cette absence criante de rhétorique se fait beaucoup sentir chez des personnes beaucoup trop à gauche ou beaucoup trop à droite ce qui revient au même : des extrémistes), ces dames n’ont trouvé mieux que de ‘’décorer’’ leur corps (poitrine nue, cela va de soi) de lettres noires, épaisses et tracées à la va-vite (il est vrai que le corps, des femmes de surcroit, a toujours été une source d’inspiration intarissable pour les peintres de toutes époques) où l’on peut lire des slogans tous plus affligeants que contradictoires… Si ce n’était que cela ! Et non, il fallait entrer dans La cathédrale et salir ce que certains sacralisent en raison des reliques vieilles de 2000 ans qui auraient appartenu à Jésus, donc provoquer : choquer croyants et pèlerins (qui eux n’y peuvent rien). Pour couronner le tout, il fallait en plus qu’elles dégradent le lieu que des générations ont vu s’élever dans l’horizon parisien…

En agissant de la sorte : une argumentation réduite à la vindicte et des méthodes plus que primaires dans la manifestation de celle-ci, n’est-ce pas là une façon scandaleuse de réduire la femme à son corps, ne trouvez-vous pas ?

Ces artistes complètes savent également se montrer des talents de chanteuses voir rappeuses (parfois supérieurs à ce que l’on peut entendre aujourd’hui à l’Eurovision ou Skyrock, au passage…) :

https://www.bfmtv.com/societe/manifestation-de-soutien-aux-femen-jugees-pour-exhibitionnisme-a-lille-954099.html

D’abord contextualisons, je cite la Voix Du Nord : ‘’Trois militantes Femen étaient jugées ce mercredi matin à Lille pour exhibition sexuelle. Le 10 février 2015, elles avaient manifesté devant le palais de justice de Lille en plein procès du Carlton, le torse nu recouvert de slogans. Le parquet a requis trois mois de prison avec sursis et 1000 euros d’amende. Le tribunal rendra sa décision le 23 mars.’’ Pour rappel, l’affaire du Carlton relatait du proxénétisme dont a profité Dominique Strauss Khan (autre débauche, mais de l’homme cette fois-ci). Là il y a paradoxe, elles réclament d’un côté l’application la plus dure de la loi et sans transition un laxisme criant dans un autre (pour des faits d’une nature différente certes, mais la loi s’applique à tous, proportionnellement aux actes commis : c’est inscrit sur la déclaration des droits de l’homme non?), notez que ça parait bizarre pour des militantes en faveur de l’égalité… Mais nous ne sommes pas à une contradiction près !

De manière tout à fait sincère et objective, je tiens à faire une mise au point sur le fond de ma pensée concernant les relations entre femmes et hommes (et cette fin d’article sera la seule partie que vous pourrez prendre au 1er degré). Là où je partage les idées des groupes les plus extrémistes, c’est sur une égalité la plus stricte et la plus pure (donc supériorité ni de l’un ni de l’autre) entre les femmes et les hommes, tant en droits, en moyens, en salaire, en image… Une personne, quelle qu’elle soit doit s’apprécier au mérite, à ses compétences, ses qualités, ses idées et à ses capacités : rien d’autre (insinuant aucune discrimination : ni négative ni positive, compliqué dans une société du ‘’paraître’’ comme la nôtre…). De quel droit, de quelle légitimité un individu peut se croire supérieur à un autre (et que veut donc dire  »supérieur »?), selon quel jugement, selon quelles règles ?  Je terminerai par un petit hommage à quelques personnalités (je vous recommande de googler si vous ne connaissez pas) que je considère comme étant les plus belles incarnations du combat pour les droits des femmes, à savoir prouver qu’elles sont au moins l’égal des hommes et donc capables de fermer le claque-merde des abrutis (et abruties) les plus machistes de toutes époques qui  réduisent les femmes à un utérus… Et ce sans heurt, sans cri, sans rébellion mais avec une immense efficacité : Simone Veil, Marie Curie, Margaret Hamilton, George Sand, Aretha Franklin, Marie et Catherine de Médicis, Stéphanie Frappart, Christine Lagarde, Anna Fisher, Mercedes Gleitze et tant d‘autres…

Pour toutes ces grandes figures de l’humanité, je ne comprends pas comment on peut apparenter au féminisme les comportements de ces groupuscules d’hystériques (faites une recherche sur ce mot), dégradant plus l’image de la femme qu’autre chose… Enfin, je crois important de rappeler ici que tous les extrémismes/intégrismes sont un poison mortel : tant pour la cause prétendue soutenue que pour la société.

Je ne résiste pas à l’envie de vous quitter sur ces lignes : à la différence de certains propos,  je ne discuterai jamais l’existence d’un fait ou d’un écrit m’étant gênant car je porte trop de respect à la liberté d’expression pour cela, en revanche, et grâce à cette même liberté, je m’octroie le droit de partager mon opinion, ici j’interroge simplement sur la légitimité de cette secte (car oui, c’est une secte : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/02/11/01016-20140211ARTFIG00372-le-temoignage-choc-d-une-ex-femen.php ) (et même créditée par certains de sens artistique)  à représenter la cause des femmes au XXIe siècle. Bien qu’intéressé par ce sujet je n’en suis pas le premier concerné, d’où ma question : mesdames vous sentez-vous, en tant que femmes, représentées et élevées dans la société et dans le monde par ces intégristes telles que ces Femen (ou même Milo Moiré dans un certain sens) ?

Vous quittant sur ces quelques vers d’Alfred De Musset  et vous souhaitant un bon printemps !

Le carnaval s’en va, les roses vont éclore ;
Sur les flancs des coteaux déjà court le gazon.
Cependant du plaisir la frileuse saison
Sous ses grelots légers rit et voltige encore,
Tandis que, soulevant les voiles de l’aurore,
Le Printemps inquiet paraît à l’horizon.

Théo L.  – DNMADe Horlogerie 1ère année – Février 2020

Attention mesdames et messieurs : Risque d’émerveillement !

Vous connaissez ce rêve que l’on a tous fait au moins une fois, un univers cotonneux peuplé de créatures hybrides, de sons diffus et de formes furtives ? Vous vous souvenez de cette sensation de paix et de bonheur qu’il procure ?

Inutile de se tourner vers des produits illicites pour retrouver ce monde; voici Transe Express !

Si vous n’avez jamais entendu parler de cette compagnie, il est temps, car vous manqueriez du grand spectacle ! Depuis presque 40 ans cette troupe d’artistes de rue nouvelle génération sillonne le monde en laissant de la magie dans les yeux de ses spectateurs. Entre cirque et théâtre de rue, avec grues et autres installations massives, Transe Express est reconnaissable parmi tous.

Je me souviens d’un spectacle dans le sud, un soir d’été, dans la moiteur d’un village excessivement bétonné, cette grue à laquelle était suspendu ce bourgeon démesuré, qui dans la nuit avait libéré des créatures chimériques, puis s’était envolé et métamorphosé en méduse emportant avec elle ses enfants acrobates.

La description semble exagérée, mais il faut le voir pour le croire.

P.S.: Leur chaîne Youtube est à explorer sans modération !

Elise B. – DNMADe 2 Bij – 2019-2020

Darwin : une théorie de la Révolution

Et si on vous disait que vous aviez la possibilité de prendre un brunch au milieu de poules dans une des plus grandes villes de France ? Le Darwin eco système est là pour ça.

 

C’est un espace de co-working dédié au développement économique responsable, à l’entrepreneuriat social, à la transition écologique et à l’activité citoyenne, situé quai des Queyries à Bordeaux.

Installé dans la vieille caserne Niel sur plus de 3 hectares d’ancienne friche militaire au bord de la Garonne, cet écoquartier est ouvert au public qui souhaiterait s’y balader : murs recouverts d’images, de dessins mais aussi de tags et de graffitis.

Mais c’est aussi autour d’un espace de coworking une mine d’entreprises consacrée à l’accompagnement de start-up et projets liés au développement durable, d’un restaurant et d’une épicerie bio, d’espaces associatifs, site permanent d’événements réflexifs et festifs,… vous pouvez ainsi y travailler, y manger, faire du sport, faire vos courses, réparer et bricoler votre voiture, vous y  promener …

Darwin accueille chaque jour plus d’un millier de personnes et compte 230 entreprises, 100 million d’euros de chiffre d’affaires, 500 000 personnes qui fréquentent le site chaque année. Une vraie richesse pour la rive droite, et pour la ville !

Reportage Darwin France 3

Hannah BASILE – DN MADe 2 Horlogerie 2019-20