Chasse à l’homme, dystopie et voyage spatial !

Cowboy Bebop

Cowboy Bebop est une série d’animation japonaise de 1998 dont l’histoire se déroule en 2071 dans un univers cyberpunk dystopique au sein même de notre système solaire.

Dans cette série nous suivons l’équipage du Bebop sur un bon vieux vaisseau. Ils sont un petit groupe de chasseurs de prime, autrement dit dans le jargon : des cowboys !

Les Cowboys du Bebop !

 

L’équipage est constitué de :

Jet, le capitaine du Bebop et un ancien policier de l’ISSP « La police spatiale internationale » un homme au passé lourd de sens et de responsabilités.

Spike Spiegel, un jeune très doué en arts martiaux plutôt discret et mystérieux avec un passé qui le hante.

Faye Valentine, une jeune femme accroc aux jeux d’argent. suite a un accident grave, elle fut cryogénisée et plus tard guérie, malheureusement, elle ne parvient pas à retrouver la mémoire et est criblée de dettes.

Ed, une jeune hackeuse surdouée échappée d’un orphelinat

(dans l’ordre de gauche à droite)

Tout au long de cette série nous apprenons à connaître chaque personnage tout en découvrant leurs histoires singulières au cours des chasses aux primes ayant des rapports de près ou de loin avec le passé des personnages.

Je conseille cette série à tout le monde! surtout si vous êtes adeptes de l’univers western fantastique des univers punks et des musiques d’ambiance blues, jazz.

Pierre O. – DNMADe1HO – Oct. 21

« Un homme ne change jamais, il apprend seulement à mieux mentir. »

Je sens que je vais en rebuter quelques uns, avec ce titre…

Aujourd’hui au programme, une nouvelle série. Comment la présenter au mieux… je dirais une comédie noire, un peu ironique, sarcastique, féministe et puis bizarrement fataliste (d’où le titre).

Je veux vous parler de « Why women kill » (« Pourquoi les femmes tuent » en français). Alors je vous stoppe tout de suite, c’est une FICTION, pas une de ces émissions anxiogènes sur des psychopathes ayant existé. Quelques chiffres et quelques noms pour vous mettre dans le bain.

Poster Why Women Kill - Saison 2 - Affiche 1 sur 16 - AlloCiné

« Why women kill » c’est :

– 2 saisons,

– 10 épisodes,

– Marc Cherry à la réalisation (il a aussi réalisé Desperate Housewives),

– Date de sortie ; 2019

– Diffusé en France depuis un mois sur M6 le jeudi à 21h,

– Un casting qui comprend Lucy Liu, qu’on a remarqué dans « Charlie’s Angels » ou « Elementary ».

Rassurez-vous, je ne vais pas vous spoiler, je n’ai moi-même pas terminé la série.

Alors, en quoi cette série se démarque-t-elle des autres ?

D’abord, cet humour grinçant. Vous commencez cette série, le titre vous intrigue, car il vous indique que vous allez avoir une réponse à la question « Pourquoi les femmes tuent ? » Vous avez envie de savoir. Vous allez presque vous ficher de qui va mourir. Vous voulez savoir POURQUOI. Mais rien n’est si simple, c’est tout l’intérêt.

La série met en scène trois couples, à trois époques différentes. Un en 1960, un dans les années 80, et un en 2019. Trois couples beaux, assortis, chez qui rien ne paraît dépasser. Le point commun, c’est la maison. Ces trois couples se succèdent dans la même maison. (Et alors là bravo c’est intelligent pour pas avoir à trop dépenser en budget décor.) Donc nous passons à travers les décennies ainsi, grâce à des transitions souvent bien travaillées, intelligentes, en découvrant les petits secrets de ces couples.

Il apparaît alors que les femmes dont parle le titre vont donc devenir des meurtrières, certes, mais qu’elles ne vont pas tuer n’importe qui. La cible privilégiée semble être un homme, voire leur mari.

Vous lisez ça et vous vous dites « mais elle est débile elle vient quand même de me raconter la fin » eh bien non ! Je vous l’ai dit je ne la connais pas. Le génie du scénariste réside ici : il vous balade dans toutes les hypothèses possibles. Vous SAVEZ qu’une personne va sortir les pieds devant de cette maison. Vous SAVEZ comment ça va finir. Mais ce n’est pas l’important, vous voulez savoir qui est mort, et pourquoi.

Toute l’intelligence de cette histoire réside en plusieurs points ; je l’ai dit, déjà, on joue avec nous, on nous promène dans toutes sortes d’hypothèses, ensuite, en traversant les époques, on parle de la condition de la femme. On assiste à une évolution du féminisme, à une prise de conscience forte. Et, alors là même en moi ça fait débat, on met toujours le doigt sur le problème : l’homme. L’homme qui dans les années 60 mène sa femme par le bout du nez, la traite comme une bonne, dans les années 80 se permet des fantaisies loufoques au détriment de sa femme, et en 2019… bon ok là je vous laisserai voir.

C’est bien ici qu’il faut se rappeler que cette série est une comédie, et à forte dose sarcastique. La réponse au titre apparaît dès le début ; les femmes tuent car les hommes se croient bien trop supérieurs à elles. Les femmes tuent parce que les hommes sont des menteurs. « Le problème c’est l’homme ». SAUF que, excusez-moi, ce ne sont pas mes mots. Malgré l’humour, l’image masculine en prend un coup. Et bien que, en regardant la série, je me suis parfois identifiée dans des petits passages à ces femmes, je me dit « Est-ce que ça vaut vraiment le coup de taper sur la gent masculine à ce point ? »

Donc, si vous êtes intéressé.es, ne prenez pas trop à cœur les réflexions sur vous messieurs (le titre en est une), et mesdames, rappelez-vous que le meurtre n’est pas une solution, c’est même illégal !

Si vous êtes arrivés au bout de ce (très long) article en ayant tout lu, félicitations, vous avez droit à la bande-annonce !

Boulat Elise DNMADE2 Bij (2019-2020)

Une clé pour comprendre ce qui se passe dans ma tête…

    Bon.

Je ne dis pas que vous voulez TOUS savoir ce qu’il y a dans mes pensées, et pour tout avouer, rien n’est jamais si bien ordonné. Mais ce dont je vais vous parler va peut-être vous aider à comprendre ce qui motive la création de votre pote un peu loufoque, un peu illuminé.e, qui passe des fois du coq à l’âne dans un éclair de génie sans que vous arriviez à le suivre.

Les idées ont toute une base, une image qui nous a marqué, une info insolite, une couleur, une texture, et j’en passe. Qu’est-ce qui fait qu’un designer est bon ? Qu’est-ce qui fait que le produit est un succès ? C’est la question à laquelle tente de répondre la série documentaire « Abstract : l’art du design » produite par le géant Netflix.

Résultat de recherche d'images pour "abstract l'art du design"

« Encore une téléréalité qui promet au gagnant une somme faramineuse, et mal ficelée comme pas possible… » me direz-vous, eh bien non ! Cette fois, la production et la direction artistique ont fait les choses bien. Chaque épisode concerne un ou une designer dans un domaine différent. Chaque épisode est réalisé différemment, car tout dépend du professionnel qui fait l’objet du documentaire. Chaque épisode retrace une réflexion complète et aboutit à une réalisation effective. Chaque épisode fait entre 45 minutes et une heure. Simple, ludique, rapide.

Ne pensez pas non plus que les designers invités sont des énergumènes aux réflexions obscures qui font leurs bidouillages dans leur coin, car de grands noms (même si souvent méconnus) sont concernés. Tinker Hatfield ? Vous me dites non. Le designer de toutes les Jordan de chez Nike ? Là vous me dites oui.

Résultat de recherche d'images pour "abstract l'art du design Tinker"

Et ne quittez pas cette article en disant « Pff allez le design ça m’intéresse pas de toute façon. » Parce qu’il y aura forcément un épisode qui concernera un domaine que vous aimez. Je l’avoue, j’ai préféré l’épisode sur un graphiste et j’ai failli abandonner celui sur le design d’intérieur… et étonnamment j’ai aimé le chapitre sur le designer automobile !

Bref. Foncez.

Elise BOULAT – DNMADe 2 2019-20

Une série à dévorer en une nuit ?

Une soirée d’hiver à ne pas savoir quoi faire?
Tu cherches une série à dévorer en une nuit ?
Tu es curieux?

Alors jette un coup d’oeil par ici! 

Je vous conseille : Mr robot,

Série datant de 2015, qui pourtant ne semble pas avoir vieillie, toujours d’actualité, en accord avec la société dans laquelle nous vivons  aujourd’hui. Elle traite de l’impact des réseaux sociaux et des conglomérats, des grand lobbies et de la société de consommation dans laquelle nous sommes. Envie de voir la société a travers les yeux d’un jeune révolté, aux capacités informatiques très développées lui permettant de rentrer dans la vie privée de tout à chacun par le biais de méthodes quelquefois peu orthodoxes ? Un peu paranoïaque, bien que très lucide, ce personnage jongle entre mille et une facettes. Ce personnage est interprété par Ramy malek, que vous avez aussi pu apprécier dans Bohemian Rhapsody qui retrace les prémices du célèbre Freddy Mercury chanteur principal du groupe Queen, (film que je conseille également du coup si vous ne l’avez pas déjà vu, car par son jeu d’acteur il retranscrit à merveille l’âme même de cette icône au vécu parfois insoupçonné)

Garanti Sans spoileur-

je vous laisse découvrir le synopsis:
Elliot Alderson est un jeune informaticien vivant à New York, qui travaille en tant que technicien en sécurité informatique pour Allsafe-Security. Celui-ci luttant constamment contre un trouble dissociatif de l’identité et de dépression, son processus de pensée semble fortement influencé par la paranoïa et l’illusion. Il pirate les comptes des gens, ce qui le conduit souvent à agir comme un cyber-justicier. Elliot rencontre « Mr. Robot », un mystérieux anarchiste qui souhaite le recruter dans son groupe de hackers connu sous le nom de « Fsociety ». Leur objectif consiste à rétablir l’équilibre de la société par la destruction des infrastructures des plus grosses banques et entreprises du monde.

Si cela ne vous suffit pas, sachez que l’on s’y retrouve même sans compétence particulière dans l’informatique. À la fois par la complexité de l’intrigue et la simplicité presque dérangeante par laquelle se déroule chaque épisode. Les multiples références raviront certains pendant que d’autres se délecteront du script général de la série. Ramy Malek alias Eliot, à la personnalité vertigineuse nous laisse entrer dans sa tête, bien qu’aucun contact physique ne semble possible en réalité.

Si après avoir dévoré la première saison vous n’avez toujours pas décidé de cacher votre caméra d’ordinateur c’est que vous n’avez rien à cacher au monde entier, à bon entendeur. 

A consommer sans drogue, sans alcool, mais sans  limite ..A présent votre thé est froid, alors servez vous la saison 2 avec des glaçons.

Article de Pauline Lecocq – DNMADE2 BIJ – 2019-20

buy windows 11 pro test ediyorum