Revenir à Programmes

Dyscalculie spatiale

Selon  le Dr Michèle Mazeau :

(Médecin de rééducation MPR
Spécialiste en Neuropsychologie Infantile DYS & TSA)

Son site

« Les troubles optomoteurs (ou oculomoteurs) concernent la planification  des mouvements des globes oculaires qui permettent d’explorer une scène visuelle, d’y sélectionner et de saisir une information précise,  fonction du projet de regard du sujet. Les troubles de la programmation des mouvements oculaires, de la stratégie d’exploration visuelle et du calibrage des saccades, infiniment plus lourds de conséquences développementales, vont induire des perturbations en cascade dans des apprentissages précoces implicites,  distorsions méconnues dont les symptômes émergents, vers 4-7 ans, seront alors rarement reliés à leurs causes initiales.      

Se constituent en particulier des troubles de la structuration de certaines  notions spatiales.

[…]

La saisie précise d’une information précise dans une scène visuelle complexe est compromise. Ainsi, la copie est non seulement inutile mais particulièrement nocive (l’enfant désapprend ce qu’il a compris et appris verbalement, ou par raisonnement logique), et ce, qu’il s’agisse de copie de textes[…] ou de dessins (impossibilité de prendre des repères dans des systèmes de quadrillages, de points, d’ordonnées).

[…]

La dyscalculie spatiale est précoce, quasi-constante, sévère  et tenace . Elle est la conséquence directe des 2 lignées de troubles : les troubles de la stratégie du regard, qui induisent  un trouble du dénombrement et le déficit de structuration des relations topologiques, qui compromet l’accès à la numération   écrite (numération arabe, de position) .      

Le dénombrement, qui suppose une excellente coordination entre  la récitation de la comptine numérique (dire la suite des  mots-nombres) et la désignation (du doigt, du regard) de chaque élément de la collection, est perturbé par des oublis (éléments non vus, qui n’ont pas été balayés du regard) et des doubles ou triples comptages. En effet, du fait de son  absence de stratégie oculo-motrice lors des activités de   comptage d’une collection, les yeux de l’enfant vont se poser de façon  non controlée plusieurs fois sur le même élément,   alors que d’autres n’auront pas été vus. Comme ceci est aléatoire, les essais successifs vont aboutir à des résultats  différents pour la même collection. Aussi, plus il dénombre, plus il détruit sa confiance dans l’invariance  du nombre. L’expérience répétée qu’à  une même collection peuvent correspondre des cardinaux différents  altère les racines mêmes de la construction du concept de  nombre chez l’enfant.      

Ensuite, à partir du cours élémentaire, l’enfant  est confronté à la pose et la résolution des opérations, ce qui, en numération arabe, requiert l’acquisition et l’automatisation d’algorithmes spatiaux (aligner unités/dizaines/centaines à partir de la droitevers la gauche, mettre les retenues en haut de la colonne immédiatement  à gauche de celle sur laquelle on vient de travailler) .  »    

Ref : Médecine thérapeutique / Pédiatrie. Volume 3, Numéro 4, 273-80, Juillet – Août 2000, Revue : Séquelles neurologiques et sensorielles de la grande prématurité

                                                     Schtroumpfs dyscalculique

Dans le cas de certains élèves, nous pouvons constater rapidement ces trois difficultés : le dénombrement aléatoire dès la maternelle ainsi qu’à l’occasion de jeux de société, la pose difficile des opérations en primaire et les difficultés à se repérer dans un quadrillage. D’où des résultats catastrophiques en mathématiques qui doivent rapidement alerter parents et enseignants.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.