Revenir à Programmes

ECHEC SCOLAIRE (1)

Dysgraphie/Dysorthographie

Incidences des troubles neurovisuels sur la fonctionnalité de l’écrit.

Laurence COTARD,orthoptiste, Annecy, Mars 2004.

L’origine du travail que nous allons présenter est le résultat d’un travail pluridisciplinaire sur les difficultés visuelles rencontrées chez l’enfant IMC (infirmité motrice cérébrale). Devant les résultats obtenus chez des enfants IMC qui présentent des troubles associés importants (moteur, sensoriel, fonctions exécutives), il nous est paru intéressant d’appliquer ce type de prise en charge à des enfants scolarisés présentant des troubles d’apprentissage sans lésions cérébrales.

Nous pensions au départ que les troubles neurovisuels allaient avoir des répercussions sur la lecture. Nous nous sommes très vite rendus compte qu’un trouble du regard pouvait entraver l’écrit de façon plus générale. Il faut souligner que le développement depuis quelques années de la neuropsychologie a permis de mieux comprendre comment s’effectue le traitement visuel sur le plan cognitif.

Le rôle de l’orthoptiste tant dans le dépistage que dans la prise en charge de ces troubles spécifiques est important mais il reste encore trop peu connu.

Comment peut-on définir les troubles neurovisuels ?

Rappelons que l’ophtalmologie classique s’intéresse à l’œil et à sa pathologie et que la neuro-ophtalmologie s’intéresse au traitement cérébral des informations visuelles. Sous le terme de troubles neurovisuels on désigne un ensemble de pathologies distinctes qui peuvent toucher les composantes cérébrales du système visuel :

 • Anomalie sur les voies de commande et de régulation de l’oculomotricité : voies efférentes, practomotrices qui contrôlent et régulent les mouvements du regard.

• Anomalie portant sur les voies afférentes : troubles du décodage cérébral de la signification de l’image rétinienne ( agnosies visuelles).

 En sachant que le bon fonctionnement de ces deux voies est soumis aux capacités attentionnelles. Nous allons nous intéresser ici aux anomalies des voies practomotrices : anomalie du regard.

Le regard est l’outil de la vision : outil indispensable à la saisie de l’information visuelle. Comme tous les mouvements de notre corps, les mouvements oculaires s’acquièrent par apprentissage dès la naissance. Le bébé est doté de certains réflexes qui constituent une base qu’il va sans cesse améliorer jusqu’à obtenir une aisance parfaite. Il pourra ainsi rechercher puis suivre des yeux un objet. Ces essais lui offriront le contrôle idéal de ses yeux et il sera ainsi prêt pour le summum de l’exercice oculaire : la lecture.

Une bonne utilisation du regard va permettre à l’enfant de développer harmonieusement ses capacités.

On peut imaginer les difficultés des enfants qui ne possèdent pas au niveau oculomoteur les habiletés normales.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.