La Banda

Photo: La Banda Diario

http://www.dailymotion.com/video/x9b5m2

 Berceau de poètes et chanteurs

 

C´est la deuxième ville importante, au centre nord de l´Argentine. Elle
se trouve à l´est de Santiago del Estero. Sa population est de plus de
120.000 habitants.
En 1912, par loi provinciale, le village de Banda devient ville. Les
premiers habitants sont les « Lules » et les « Vilelas », des
aborigènes. Quand les espagnols arrivent au XVII° siècle l´actuelle
ville se forme. En 1886, avec le train et avec la construction du pont «
Carretero » qui la relie à la capitale, La Banda se développe avec l
agriculture, le chemin du fer favorisant le commerce.

Cette ville se caractérise par ses artistes, ses écrivains, ses poètes,
son folklore. C´est pour cela que La Banda est appelée « Cuna de Poetas y
cantores » c´est à dire, la terre, des écrivains et des chanteurs, qui
portent les valeurs et les richesses culturelles transmises de
génération en génération dans les familles, comme identification
régionale, ce qui permet aux argentins et
au reste du monde de connaitre la ville.

Parmi les écrivains, on trouve : Jorge Washington Ábalos, Blanca Irurzún,
Prof. Domingo Bravo ; des artistes plastiques : Juanita Briones, Adela
Llugdar, Nelly Orieta, des sculpteurs de bois comme Roberto Benavidez,
Pedro Ramirez, Luis Guzmán, etc.
Des artistes comme : Julio Argentino Gérez, Cristóforo Juarez,
PabloRaúl Trullenque, la Famille Carabajal et pour la danse : Los
látigos, Omar Silva, Juan Ceballos, Humberto Romano. La plupart des
artistes habitent en dehors de La Banda, parce qu´ils ont plus des
accessibilités pour travailler dans le reste du pays, mais ils
retournent toujours à la ville pour les principales manifestations
culturelles de la ville, Le folklore dans ses expressions du chant et de
la danse est très important pour la culture des « Bandeños » parce que
c´est la culture populaire

On y trouve de nombreuses académies de folklore argentin dans toute la
ville, Dans la Banda c´est difficile de trouver un « Bandeño » qui ne
joue pas la guitare, qui ne chante pas ou qui ne danse pas. Ce serait
bizarre s´il n´y avait pas une expression artistique de ce type. Comme
la plupart des « Bandeños » nous nous sentons attires par notre culture,
On peut constater que par exemple, si un enseignant met un CD de
folklore dans une classe, on voit les élèves qui commencent à suivre la
musique avec la main !
Curieuse ville que cette cité des Arts où le peuple est tout entier
tourné vers les différentes formes de culture argentine. Puisse-t-elle
longtemps conserver cette orientation

9 2º de l´école Normal Superior : Dr. José Benjamin Gorostiaga

Santiago del Estero – Argentine