L’article extrait du magazine Label France, 4° trimestre 2007, N° 68, dont la page web est http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-label-france_5343/les-numeros-label-france_5570/lf68-un-tour-france-villes_17157/culture_17170/mode-gastronomie_17179/rougui-dia-sa-cuisine-est-une-histoire-integration_53747.html  parle sur une femme chef appelée Rougui Dia. Elle est née au Sénégal. Son père est arrivé en France dans les années 60 pour travailler.  L’aventure culinaire commence à treize ans, le jour où elle doit remplacer sa mère aux fourneaux pour préparer à ses sept frères et sœurs le « Latiéré khako », un plat peul à base de semoule et d’épinards.

Ses résultats ont été positifs, ses frères l’ont félicitée et elle a alors réalisé que la cuisine n’était pas forcément une corvée.

Elle est titulaire d’un baccalauréat professionnel après un parcours scolaire sans faute. La jeune fille abandonne vite l’idée de devenir styliste de mode pour se lancer dans la cuisine.
Elle se heurte à la difficulté de trouver un maître d’apprentissage, mais aussi à la rivalité de certains collègues qui usent de tous les moyens pour la déstabiliser, dans un milieu machiste où peu de femmes sont acceptées.

Elle surmonte les obstacles grâce à sa détermination et à son fort tempérament.

Elle passe par tous les postes, du service en salle à la cuisine. Puis, en 2005: Armen Petrossian -l’actuel patron russo-arménien du restaurant fondé par son père en 1920- la nomme chef et lui confie les rênes d’une équipe de dix personnes.

Il lui donne carte blanche: à elle de réinventer le menu.
 Celui-ci est son défi. S’inspirant des cuisines sénégalaise, indienne, antillaise et des traditions culinaires caucasiennes, elle mélange saveurs et épices et crée de nouvelles alliances.

Sa cuisine est une histoire d’intégration parce que ses mets ont un rapport étroit avec ses goûts et sa culture. Elle arrive dans ses souvenirs d’enfance lorsqu’elle prépare les repas. Dans l’assiette, les résultats sont surprenants d’imagination.

 Rougui Dia voudrait maintenant donner des cours pour ouvrir la porte à d’autres femmes et peut-être un jour fonder son propre restaurant.
         Nous pensons que c’est une personne agréable, engagée et rêveuse. Sa décision d’affronter tous les obstacles pour accomplir son rêve montre sa vaillance.

Enfin, l’article est très intéressant parce qu’il s’agit de la description d’une femme avec un long parcours comme chef professionnel.

 Ce commentaire a été rédigé par les élèves de troisième année de l’École Mariano Moreno à l’aide d’un guide de questions. Ils ont écrit leur point de vue sur la personne décrite ainsi que sur l’article.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags : , , , , ,